Menu

Vacances au Mexique, fête des morts, plages et pyramides

Pour être complètement sincère avec vous, il aurait fallu que j’intitule cet article « souvenirs de mes vacances au Mexique ». Exercice bien difficile et inédit pour moi que de devoir presque me remémorer un voyage pour vous le raconter ici. J’avais tant pris l’habitude, lors de mes grandes aventures en Amérique du Sud ou en Asie, d’écrire du tac au tac, que de replonger presque un an après dans ma mémoire pour vous rapporter mon séjour au Mexique tient du tour de force.

Qu’on se le dise : ce voyage là fut mes premières vacances depuis longtemps

Je suis partie au Mexique presque sur un coup de tête. Parce qu’il fallait que je parte. Parce que c’était une envie que j’avais depuis (trop) longtemps. Il était hors de question que je repousse le départ à cause de mon nouveau boulot. Mais comme je l’écrivais plus haut, ce furent pour une fois de vraies vacances. Et donc, ma logique fut tout autre. Quand on part juste 10 jours, on ne se prive pas. Quand on a besoin de se faire plaisir, on ne compte pas. Et malgré tout, ces vacances furent quand même empruntes d’une grande frustration et m’auront donné une bonne leçon : je ne partirai plus jamais aussi loin aussi peu de temps. 

Comment profiter de ses vacances au Mexique ?

Je rêvais du Mexique depuis des années. Si vous suivez ce blog depuis ses débuts, vous savez déjà que ce pays aurait du être la destination finale de notre séjour en Amérique du Sud. Nous nous serons arrêtés en Colombie, préférant revenir plus tard pour mieux en profiter. J’ai attendu quatre ans de plus… pour finalement ne pas mieux en profiter, mais en profiter quand même un peu.  Attention, je ne me plains pas. Je suis très contente d’être partie au Mexique, même juste 10 jours.

J’ai relativisé bien longtemps avant de prendre l’avion en me disant que je ne partais pas au Mexique, mais à Mexico et Sayulita.

Que je n’allais pas courir après les visites et les trucs à voir, mais plutôt faire quelque chose de nouveau dans ma façon de voyager : me laisser complètement porter. En bref, kiffer.

Vous allez me demander « genre, t’as pas kiffé tous tes voyages avant ? ». Encore une fois, je le répète, on parle bien ici de vacances au Mexique. En un temps imparti très court et dans une toute petite partie du pays. Si je ne me suis jamais forcée à partir en Inde, j’y étais aussi à moitié à cause de mon ancien boulot. Partir quatre mois quelque part impose forcément des impératifs – dont celui de tout rapporter sur ce blog – que je n’avais plus au Mexique. Ou en tout cas que j’ai décidé de ne plus avoir. Je ne suis pas partie dans l’optique de tout vous raconter, mais juste d’en profiter. La preuve, je ne vous raconte tout (ou presque) que quasiment un an plus tard.

Comment organiser ses vacances au Mexique ?

Pour le coup, c’est l’amie qui m’a accompagnée qui a tout organisé. Elle nous a trouvé des logements chez des amis d’amis, et pour le reste, on a avisé sur place. Nous avions juste une envie et le calendrier allait dans notre sens (on a même pris nos billets en conséquence à vrai dire), faire la fête des morts. Résultat : je pense que je n’aurais pas mieux profité de mes vacances au Mexique autrement.

Si comme moi, vous voulez explorer une partie du Mexique sans trop vous laisser guider par un itinéraire, je vous donne quelques conseils à ne suivre que d’un œil.


 10 jours de vacances au Mexique en 7 commandements 


 

Commencez par un verre de mezcal et quelques plats typiques… 

Quoi de mieux comme accueil, après avoir fait le tour du cadran, qu’un shot de mezcal, des nachos, une bonne bière fraîche et quelques tapas locaux. Ça vous mettra de bonne humeur pour le reste de vos vacances au Mexique. Si je n’étais pas friande du mezcal – alors que j’ai eu l’occasion de le goûter au meilleur bar de Paris – j’ai appris à le déguster au Mexique. Pour nous, Don Keso dans le quartier de la Condesa fut notre QG pendant tout notre séjour et on ne saurait que trop vous recommander de nous imiter. Pas d’autres bonnes adresses à vous conseiller donc, ci ce n’est pourquoi pas un grignotage dans la rue (dont je ne garde pas pour autant un super souvenir).

vacances au Mexique

Don Keso la Condesa – Où manger pendant ses vacances au Mexique ?

Que manger au Mexique ?

  • les classiques guacamole, buritos, tacos, nachos et tortillas
  • des tamales
  • du consommé de lentilles ou de nopal (cactus) pour les plus téméraires
  • des sauterelles grillées (et c’est super bon !)
  • de la viande sauce mole poblano (chocolat amer)
  • un cocktail de michelada (avec une sauce de coquillages, c’est encore meilleur)
  • et du mezcal bien sûr (vous le saurez à force)
Pour explorer les spécialités culinaire du Mexique, on vous recommande le super Festival Que Gusto chaque année à Paris, qui met à l’honneur la gastronomie de là bas via plusieurs restaurants et ateliers de la capitale
Que manger pendant ses vacances au Mexique ? ©voyagesadeux

Que manger pendant ses vacances au Mexique ? ©voyagesadeux


Explorez la ville au petit bonheur la chance

Laissez vos guides à l’hôtel. Ne prévoyez rien. Arrêtez de flipper au moindre coin de rue. Faites confiance aux gens un peu ! Les Mexicains ne sont pas tous de sombres narco-trafiquants prêts à vous égorger pour une rançon. Ne vous habillez pas trop comme des touristes. Rangez au maximum votre appareil photo. Evitez les bijoux et la grosse montre tape à l’œil. Et tout ira bien ! Une conduite à suivre que vous voyagiez à Mexico ou à Paris, en fait.

Quels quartiers éviter pendant ses vacances au Mexique ?

Vous allez me dire, plus facile à dire qu’à faire quand on se balade exclusivement dans les quartiers de la Condesa et Hypdoromo, réputés pour être les plus riches de la ville. Encore une fois, tout est une question de bon sens. Pourquoi s’aventurer dans les bas-fonds d’une ville surtout quand on y reste 3 jours et qu’on tient à rester en vie ? On laisse le safari de favela aux touristes peu scrupuleux. Pour nous, vacances au Mexique ne riment pas avec voyeurisme et mise en danger volontaire. Je vous déconseille donc Iztapalapa et Tepito.


Maquillez vous en Catrina pour la fête des morts

Je l’écrivais au début de cet article, c’est la première raison pour laquelle nous sommes venues passer quelques jours de vacances au Mexique entre amies : el dia de los muertos !  Un peu comme pour Munich et son Oktoberfest ou Rio et son carnaval, c’est pour cette journée en particulier que j’ai voulu découvrir Mexico, tout comme j’aurais adoré visiter la Nouvelle Orléans pendant mardi-gras.

Quoi de mieux que de visiter une ville durant sa journée la plus importante de l’année ?

On a tous en tête une image de la fête des morts. Soit l’ouverture du dernier James Bond ou du très beau Santa Sangre de Jodorowsky, soit le récent film animé de Guillermo del Toro La légende de Manolo, soit peut-être encore juste un tatouage (très à la mode…) d’une Catrina. A défaut de me l’être encrée pour toujours dans la peau, je me suis transformée quelques heures en déesse de la mort. L’idéal pour se fondre dans la foule familiale de Coyoacán où le jour des morts est largement célébré. Sous les guirlandes multicolores, après un petit maquillage pour 5€, il ne reste qu’à grignoter des gourmandises sur la place de l’église Sainte-Carmen.

Faire la fête des morts pendant ses vacances au Mexique ©voyagesadeux


Supportez votre lutteur préféré dans l’arène de lucha libre 

C’était une envie qui remonte à 2012, quand nous avions fêté notre départ en Amérique du Sud au bar lucha libre à Paris. Cette fois, je n’allais pas voir des lutteurs parisiens du dimanche mais de vrais compétiteurs mexicains. Et compétitrices ! Une nuit de pur show… pour qui est vraiment fan. Nous sommes restés deux heures, ce qui est largement rentable vu le prix du billet (5€) et suffisant pour se marrer et se dépayser. En sortant, j’ai forcément acheté un masque en souvenir !

Voir un combat de lucha libre s ses vacances au Mexique ©voyagesadeux


Allez rendre hommage à Frida Khalo

Pour mon amie et moi, cette visite était une évidence. On n’avait beau rester que trois jours à Mexico City, il était impératif que nous fassions un pèlerinage à Coyoacan – banlieue proche de Mexico – dans la maison de cette grande artiste. Si je préfère un tantinet les grandes fresques murales de son mari Diego Rivera, c’est son parcours, son courage, son combat et sa force qui me font admirer la femme que Frida Khalo était. On passera sur le côté complètement « Disney Land » de sa maison-musée où l’on défile à la queue leu-leu, sans parler du nombre incalculable de goodies avec sa tête dessus, vendus à la boutique de souvenirs, et on retiendra uniquement la beauté du lieu en lui-même. Il m’a confirmé que j’aurai un jour un patio bleu comme celui de cette sublime « maison azul ».

Et si vous n’avez jamais entendu parler de Frida (personne n’est parfait, je ne juge pas), rattrapez vous en regardant au moins le très beau film éponyme avec Salma Hayek.

Visite de la maison de Frida Khalo ©voyagesadeux


Dévalisez la Ciudadela

Prenez deux meufs. Collez les dans un avion direction le Mexique avec de belles économies sur leurs comptes en banque. Lâchez les sur THE marché artisanal de la capitale et vous obtiendrez ? Une razzia  ! Bonjour le cliché, mais on ne peut que l’avouer, nous avons donné raison à tous les poncifs éculés de la petite Française au bout du monde. Et mon « moi d’il y a à peine 4 ans » a à peine honte. Et pour tout ramener ? C’est une autre histoire. Et pour la négociation ? On n’est pas en Inde, mais ça se tente. Un peu. De toute façon, rien n’est excessif.

Que ramener en souvenir du Mexique ?

  • des crânes peints. Pleins ! De toutes les couleurs et toutes les tailles
  • du mezcal (claro que si). Des litres ! De tous les goûts
  • de la poterie et des terrariums en verre.
  • des caterinas et des guirlandes en papier. Pour refaire la fête des morts chez vous
  • des objets artisanaux peints (des tasses, bols, cendriers, bouteilles…)
  • des santons de la fête des morts
  • du textile (des tapis, plaids, housses d’oreillers) aux couleurs et motifs du Mexique
  • un batteur à chocolat et du chocolat mexicain

Prenez le bus de nuit, direction Sayulita pour faire le plein de soleil 

Arrivé sur place, n’ayez pas peur, vous n’êtes pas mort. Oui, le paradis sur Terre existe. Imaginez un endroit magique situé entre le côté sportif de Punta del Diablo en Uruguay, celui un peu (trop) touristico-festif de Koh Phangan en Thaïlande mais ultra cool des Antilles. Bingo ! Bienvenue à Sayulita !

Vous hésiterez entre prendre un cours de surf, attiré par ces gringos taillés dans le marbre, cheveux blonds (forcément) au vent, ou vous faire masser sur la plage. Vous opterez finalement pour acheter encore plus de souvenirs dans les boutiques artisanales du coin et remplir le frigo de Corona, juste parce que vous pouvez vous faire livrer à n’importe quelle heure pour 3 fois rien. Bon, n’oubliez pas de boire un peu d’eau quand même. Ou au moins de goûter aux Margaritas sur la plage. On est en vacances on a dit, le régime c’est pour le retour, ok ? Et tant que vous y êtes,  succombez aux petits-déjs de Choco Banana, le rendez-vous du coin de la rue principal, comme le bon touriste que vous êtes, avec des œufs, du bacon, des pan-cakes, du sirop d’érable.

Que faire à Sayulia ?

Rien de bien mexicain, mais ici, vous aurez du mal à trouver autre chose.

  • Vous baigner, cela va sans dire, en faisant attention aux courants contraires du traître Pacifique
  • Tester les bols de super food  – guacamole, bœuf, riz – dans les restaurants sur la plage, aux prix relativement prohibitifs
  • Un tatouage souvenir si vous n’êtes pas ralenti par le prix quant à lui plus que prohibitif puisque proposé par le seul et unique salon de tout Sayulita, qui profite donc largement de son monopole
  • Dormir beaucoup, parce que vous aurez peut-être la chance d’être logé dans une super baraque et que 60h de boulot par semaine, c’est trop
  • Prendre le moindre cactus, hibiscus, agave, colibri, surfeur en photo.

Et surtout, vous repartirez bronzé, reposé et déprimé de rentrer, mais avec la ferme conviction de revenir un jour plus longtemps. On parie ?

Partir à Sayulita pendant ses vacances au Mexique ©voyagesadeux

Partir à Sayulita pendant ses vacances au Mexique ©voyagesadeux


Grimpez les pyramides à Teotihucan 

S’il vous reste une journée, donnez vous bonne conscience en faisant au moins une petite visite historique. Après le musée de Frida, si je dois ne vous conseiller qu’une seule autre sortie près de Mexico City, c’est les pyramides de Teotihucan. Un petit aller retour en moins d’une heure de bus dans la journée et vous pourrez vous prendre pour Esteban des Cités d’Or #enfantdusoleil, et vous vanter d’avoir vu les vestiges de cette ancienne civilisation précolombienne. Mieux, vous pourrez même en faire profiter votre moitié restée à l’autre bout du monde : la WiFi fonctionne à merveille jusqu’au sommet des pyramides, c’est pas dingue ? Au passage, vous aurez le loisir d’être accompagné par un mariachi qui aurait du s’inscrire au The Voice local (ou pas), et aussi voir (de loin) les bidonvilles qui entourent tristement la ville.

Découvrir Teotihuacan pendant ses vacances au Mexique ©voyagesadeux

Quand tu prends le bus au Mexique t’as pas besoin de la radio.

Une publication partagée par MariePoupi (@mariepoupi) le


INFOS PRATIQUES

  • Comment se rendre au Mexique ? En avion (sans blague) pour environ 500€ aller/retour en s’y prenant environ 6 mois à l’avance. Vous pouvez trouver votre bonheur notamment sur le comparateur de voyages Alibabuy.
  • Comment se déplacer à Mexico City ? Nous avons privilégié Uber parce que c’est plus simple et plus rapide.  Aussi, nous étions deux filles. Donc ça ne nous revenait pas trop cher et ça nous rassurait un peu (surtout la nuit). Mais nous sommes aussi rentrées à pied, seules, tard et bourrées. Attention, ce n’est pas un modèle à suivre ! On avait 6 minutes à parcourir dans le quartier plutôt cool de la Condesa. Ailleurs, des copines se sont faites agresser en plein après-midi. Mais comme écrit plus haut, tout Mexico n’est pas un ghetto à ciel ouvert !

Prévoyez toujours du temps dans les transports pour vous rendre d’un point A à un point B. Surtout si vous avez un bus/avion à attraper. Mexico DF est toujours embouteillée.

  • Où manger à Mexico City ? Nous vous avons cité plus haut Don Keso. On y a (très bien) mangé des spécialités locales et bu du super mezcal. L’endroit est cool. Un sosie de Devendra Banhart y travaille (#jdcjdr). La terrasse est toujours agréable (à l’ombre la journée) et la clientèle plus que sympathique. Allez y les yeux fermés de la part de Stefania et Marie 🙂
  • Où dormir à Mexico City ? L’offre hôtelière est assez large pour que vous trouviez forcément une solution en fonction de votre budget. Nous dormions chez un ami d’ami (qui est devenu un vrai pote à la fin du séjour) dans le quartier de la Condesa, et qui loue parfois deux de ses chambres. Contactez moi en privé si vous souhaitez son contact.
  • Comment se déplacer au Mexique ? Nous avons pris le bus de nuit pour aller à Sayulita (comptez environ 36€ aller-retour) et un bus local pour aller à Teotihucan (3€), en réservant le jour même à chaque fois. L’avion reste une solution pour les longues distances.
insertion d’un lien sponsorisé

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :