Menu

A la découverte de la gastronomie suisse : les saveurs de la Bénichon

Au Moyen-Âge, dans la région de Fribourg, en Suisse, on avait coutume de célébrer la mémoire du saint protecteur du village en fêtant l’anniversaire de la bénédiction de l’église paroissiale. C’est ainsi qu’est née une impressionnante tradition : la Bénichon.

Aujourd’hui encore, en vous baladant dans la campagne suisse, entre début septembre et fin octobre principalement, vous avez toutes les chances de pouvoir participer à la fête. Pour ma part, j’ai pu assister à la Bénichon de Châtel-Saint-Denis.

La gastronomie étant au cœur de cet événement, j’avais réservé une table au Café Tivoli, établissement réputé situé en plein sur la place principale.

Le repas a duré deux heures. Autant vous prévenir, c’est ce que l’on appelle un vrai festin ! A commencer par une institution : la moutarde de Bénichon.

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Elle ressemble un peu à une sorte de croisement entre la moutarde que l’on connaît et une confiture de figue. Pas facile à décrire tant la recette est parfumée d’épices variées et tant le résultat est tout bonnement unique. Goûtez paraît-il à deux moutardes de Bénichon et vous aurez-là deux moutardes bien différentes. Cela dépendra de la proportion des ingrédients et d’un éventuel de secret de famille. Car la Bénichon ne se fête pas uniquement au restaurant, on la célèbre aussi volontiers à la maison.

J’insiste un peu sur la moutarde, mais c’est parce qu’elle porte le nom de l’événement et qu’elle est, en quelque sorte, la porte d’entrée qui permet d’y accéder véritablement.

C’est une recette complètement originale, une sorte d’exclusivité mondiale si j’ose dire. Pour la préparer, on utilise une autre spécialité suisse : le « vin cuit ». Oubliez le vin chaud qui nous réchauffe en hiver sur les marchés de Noël, ce vin cuit là n’a jamais connu les sarments de la vigne. Il s’agit d’un drôle de sirop obtenu par réduction d’un mélange de jus de pommes et de poires. Le produit final est exceptionnellement concentré, comme une espèce de mélasse de couleur brune aux arômes puissants. C’est ce sirop, qui sert aussi à faire des tartes (la fameuse tarte au vin cuit !) qu’on retrouve, comme base, dans la moutarde de Bénichon. Ajoutez-y un peu de badiane, de la cannelle, du clou de girofle et bien sûr quelques graines de moutardes est vous obtenez une gelée unique, savamment sucrée et légèrement piquante. On la tartine sur de belles tranches de cuchaule généreusement beurrées. De cuchaule ? Oui, une belle brioche jaune comme un soleil et parfumée de safran. C’est la compagne traditionnelle de la moutarde de Bénichon.

Bon, on accélère un peu, parce que c’était seulement la mise en bouche… En guise d’entrée, un délicieuse soupe au chou. Le combiné gagnant entre rusticité et efficacité.

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Regardez-moi cette belle assiette qui sent bon la campagne où le jambon, le lard et langue de bœuf communient généreusement avec le chou et la patate, sans oublier la traditionnelle poire à botzi. Ne vous étonnez pas de ne pas connaître cette dernière, c’est du patois fribourgeois. On pourrait le traduire par « poire en grappes ». Ces poires-là, plus petites que celles que nous avons l’habitude de consommer, se dégustent cuites. Ce n’est pas aussi inoubliable que la moutarde de Bénichon mais c’est assez original.

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Petit détour par le fromage… suisse cela va de soi !

Autant vous dire qu’à ce moment du repas, l’appétit s’est depuis longtemps envolé. Quand le dessert arrive, il faut uniquement faire confiance à la gourmandise. Roulements de tambour… Ta dam !!! La meringue à la double crème de Gruyère !!!

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

J’ai commencé par goûter la crème seule. Fatale erreur ! Ce dessert assez délicieux et très traditionnel lui aussi réclame une certaine harmonie pour ne pas écœurer le gastronome le plus aguerri. En gros, la lampée de double crème doit absolument être accompagnée de sa bouchée de meringue. Et vice-versa… Alors, une bouchée de meringue arrosée de double crème après l’autre, j’ai finalement réussi à venir à bout de ce festin de la Bénichon. Et je dois avouer que la gastronomie suisse m’aura pas mal impressionné.

Menu de la Bénichon - Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Menu de la Bénichon – Tivoli Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Quand le café arrive, il est accompagné de bricelets et de petits sablés. Non sans peine, j’ai pu faire honneur aux bricelets. Pour les sablés, je reviendrai l’année prochaine.

En bonus : quelques photos du joli défilé de la Bénichon !!!

Défilé de la Bénichon - Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Défilé de la Bénichon – Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Défilé de la Bénichon - Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Défilé de la Bénichon – Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Défilé de la Bénichon - Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Défilé de la Bénichon – Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Bénichon - Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Bénichon – Châtel-St-Denis ©Voyagesadeux

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :