Menu

Découvrir Genève en un jour sans se ruiner

A la base, ce weekend aurait dû se dérouler à Cologne, mais les grèves en auront décidé autrement. Du coup, j’avais mes billets (non remboursables) pour Paris. Oui, parce que pour aller à Cologne depuis Lausanne, c’était moins cher depuis Paris #vacomprendre. Donc ce weekend aurait finalement dû se dérouler à Paris, mais ça c’était avant que mon avion ne soit bloqué pour des défaillances techniques en Hollande. Vol annulé.

« Vous pourrez repartir demain, sauf que le vol du matin est plein, celui de l’après-midi aussi, mais on vous en a préparé un juste pour vous demain à 16h30 » « Merci, trop sympa ! » #payetonweekend

Bref, je venais officiellement de perdre une journée que j’étais bien décidé à récupérer d’une manière ou d’une autre. Après nous avoir fait poireauter 1 bonne heure et demie, Easyjet a tout de même la délicatesse de nous offrir un voucher pour pouvoir manger un bout à l’aéroport. 15 CHF, c’est à dire un menu dürüm dans un aéroport suisse. 1h30 plus tard, c’était l’hôtel. Direction le Starling, à proximité de l’aéroport. Le personnel est très sympa. Il nous a passé un nouveau voucher pour remanger un peu mieux et, quand j’ai demandé comment me rendre en centre-ville, une carte de transport valable deux jours dans tout Genève.

Une petite douche, un morceau de poulet, deux cuillères de pâtes et une de tiramisu, me voilà dans le bus numéro 5 en direction de la gare de Cornavin. Je demande à deux jeunes filles où sortir le soir à Genève. Après quelques secondes d’hésitation, elles me conseillent Plainpalais. A Plainpalais, je demande à deux autres personnes un bar sympa. On m’indique la rue de Carouge. Je m’arrête où il y a du monde, La Taverne, pour boire une bière à une heure avancée de la nuit. Le bar est cool, avec un étage et une petite salle de concert en sous-sol. Bonne ambiance, même si je dois avoir l’air d’un vieux vu qu’on m’a appelé « monsieur » quand j’ai dit « pardon » pour me faufiler parmi la foule. Je rentre avec le dernier bus, non sans avoir traversé à pied la « moitié » de la ville : Plainpalais, le vieux Genève, l’île Rousseau, le quartier de la gare et la place des Nations.

Réveil tardif, le temps de petit-déjeuner et d’aller me faire rembourser mes billets par le staff d’Easyjet, je rejoins le centre-ville vers 13h. J’avais prévu de visiter le musée d’Histoire Naturelle et celui d’Ethnographie à cause de la météo qui s’annonçait mauvaise. Il n’en est rien. Du coup, j’opte pour le jardin botanique où je me prends tout de même trois gouttes mais où je squatte longtemps parce que les arbres et les plantes sont nos meilleurs amis.

Ce sera ma visite préférée de Genève avec les différentes serres, les aménagements extérieurs harmonieux et la grande diversité des espèces

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

Une sortie vraiment cool à faire en famille ou en amoureux avec des endroits pour pique-niquer, un jardin des senteurs et du toucher, un petit parc animalier pour les plus jeunes et même un joli manège à l’ancienne.

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

Jardin botanique de Genève ©voyagesadeux

En sortant, je reste dans le vert en traversant le parc Barton, au bord du lac, jusqu’au Musée de l’Histoire des Sciences dans lequel je rentre, intrigués par ces drôles d’instruments d’une époque pas si lointaine. J’y découvre entre autres une machine à reproduire les aurores polaires, le canon à électron de Guye (Charles-Eugène de son petit nom) qui a permis de vérifier qu’Einstein ne disait pas des conneries quand il a annoncé son célèbre E=mc2 et une collection d’yeux de secours à faire pleurer tous les borgnes de la Terre. Bref, là encore, une excellente visite pour toute la famille (il y a des petites activités très fun pour les plus jeunes) et qui aurait d’ailleurs mérité que je lui consacre un peu plus de temps.

Musée de l'Histoire des Sciences©voyagesadeux

Musée de l’Histoire des Sciences©voyagesadeux

Je prends trois bateaux différents pour passer au plus près du fameux jet d’eau de la ville qu’on croirait évadé des entrailles de Moby Dick.

Lac de Genève ©voyagesadeux

Lac de Genève ©voyagesadeux

Lac de Genève ©voyagesadeux

Lac de Genève ©voyagesadeux

Genève ©voyagesadeux

Genève ©voyagesadeux

Je rejoins le vieux Genève en passant par l’horloge fleurie, témoignage, s’il en fallait, de la passion nationale pour l’horlogerie. Petite visite de la Cathédrale Saint Pierre, très sobre, surtout en comparaison à la chapelle des Macchabées qu’elle abrite et qui détonne autant par ses couleurs que par ses motifs orchestraux.

Horloge fleurie de Genève ©voyagesadeux

Horloge fleurie de Genève ©voyagesadeux

Cathédrale de Genève ©voyagesadeux

Cathédrale de Genève ©voyagesadeux

Chapelle des Macchabées ©voyagesadeux

Chapelle des Macchabées ©voyagesadeux

Place Bourg-de-Four, mimie comme Mathy, même si ma photo ne lui rend pas vraiment honneur mais c’est parce que j’avais tellement shooté au jardin botanique que je n’avais déjà plus de batterie.

Place Bourg-de-Four ©voyagesadeux

Place Bourg-de-Four ©voyagesadeux

C’est le cœur de la ville et je vagabonde dans les rues alentour à la recherche de l’histoire secrète de Genève. Rue Chausse-Coq, anciennement rue Chausse Con où se trouvaient paraît-il les filles de joie. Je lève la tête en vain pour rencontrer Tabazan, l’ultime bourreau de la ville. Maison Tavel, encore un emblème de Genève. Classé le plus ancien monument du Moyen-Age historique. On y découvre, dans une exposition assez riche et sur plusieurs étages, la vie genevoise d’autrefois, dont un saisissant portrait de la Mère Robineau qui ressemble à Lou Diamond Phillips, l’acteur de Big Hit avec sa jolie moustache qui ne l’a pas empêché d’avoir quatorze enfants.

 

Décidément, je n’aurai pas fait les visites que j’avais prévu, mais celles que je n’avais pas prévu, en plus d’être gratuites, sont vraiment chouettes. Seul bémol, ma batterie qui rend l’âme. Je ne peux donc vous montrer et il faudra me croire sur paroles : la Tour du Molard, bien plus ragoutante que son nom ne pourrait le suggérer avec son Lénine de pierre dans une pose libidineuse, ma part de pizza bien fat à 5CHF chez Globus où il y en a pour tous les goûts et la place Philibert Berthelier qui a tout de même été décapité (qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour avoir sa place ?) et où on apprend que Jules César est passé à Genève 58 ans avant un certain JC.

Pour finir, direction l’îlot 13, derrière Cornavin. Quartier à la réputation destroy que la ville a voulu détruire pour agrandir la gare. Ancien abri de squatteurs aujourd’hui reconverti en quartier associatif. Au milieu des tags qui, partout, colorent les murs, ça transpire l’humanité. C’est ici que je dépenserai quasiment un tiers de mon budget genevois, soit même pas vingt balles d’alcool. J’avais prévu de rentrer via Annemasse avec le bus de 20h03, mais je suis bien au bar de l’Ecurie. Je rentrerai avec le dernier bus… et l’envie furieuse de revenir.

îlot 13 - Genève ©voyagesadeux

îlot 13 – Genève ©voyagesadeux

 

L’astuce du jour pour visiter Genève sans vous ruiner

Prévoyez de visiter Cologne et faîtes confiance aux grévistes. Avec eux, votre destin est entre de bonnes mains.[1]

Ça peut aider : adaptez-vous et soyez souriant.

 

INFOS PRATIQUES :

Pour en savoir plus : le site de l’office de tourisme de Genève

Prix du billet aller depuis Lausanne : 27CHF (environ 25 euros)

 

 

 

[1] Il ne faut pas oublier que c’est grâce à eux que les congés payés existent aujourd’hui.

2 réponses to “Découvrir Genève en un jour sans se ruiner

  • Le musée de l’histoire des Sciences donne très très envie ! Toute la ville en fait. Je n’y suis passée que pour voir des amis, donc en dehors du jet d’eau et de la halte shopping chocolat, je n’ai rien vu.

    • Franchement, je ne m’attendais pas à apprécier autant. J’avais des retours assez mitigés de Genève, mais j’ai vraiment passé un bon moment. Quasiment tous les musées de la ville ont l’air (ou sont) super et c’est vrai que celui de l’Histoire des Sciences vaut le détour. A refaire 😉

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :