Menu

Cinétrip : Saint Amour, l’humanité dans un verre de vin (ou plusieurs)

Le saint-amour est un vin rouge de nos régions. De Saône-et-Loire plus précisément. L’appellation fait référence à la commune de Saint-Amour-Bellevue, dans le Beaujolais. Par là-bas, je suis plus un habitué du morgon et du brouilly. Mais merci à Kervern et Delépine de nous rappeler la diversité de nos vignobles.
479468

Saint-Amour – cinétrip

Ce voyage, vu les auteurs, c’est aussi un peu un voyage au Groland, ma présipauté de cœur. Ça faisait d’ailleurs un petit moment que je voulais faire un cinétrip et que j’étais indécis quant au choix de l’oeuvre. Saint Amour s’est imposé comme une évidence : c’est une route des vins et c’est justement les prochaines vacances que j’ai proposé aux copains. J’ai hâte.

En réalité, je n’ai pas grand chose à dire sur le film, si ce n’est qu’il faut que vous alliez le voir. Pourquoi ? Parce qu’il y a des émotions et c’est bien les émotions. Ça à l’air tout con comme ça, mais c’est comme dire je t’aime, ce n’est pas toujours facile. Il faut que vous y alliez pour les acteurs aussi. Ils sont tous très bien. Depardieu (même si… mais c’est une autre histoire) et Poelvoorde, c’est du bon syrah, charpenté et poivré derrière les lumières du fruit ; de la gueule, du caractère, du poivre et du tabac sous les violettes. Avec Vincent Lacoste, on reste dans les parages, mais profil gamay façon beaujolais nouveau, c’est jeune et ça tire sur le fruit, mais c’est plein de surprises. C’est rare que je dise ça d’un beaujolais nouveau, mais ça déborde de promesses. Le Saint Amour c’est Céline Salette, encore du gamay, peut-être l’esprit de séduction de chez Pascal Berthier, un vin soyeux et mature à la fois. Bref, une merveille de simplicité ! Même la cuvée Houellebecq, pourtant râpeuse, est agréable à déguster.
ARP0629__c__Roger_Arpajou_2015_No_Money_Productions_JPG_Films_Le_Pacte__Copier_

Saint-Amour – cinétrip

Il faut bien sûr que vous y alliez parce que Saint Amour donne envie d’appeler un taxi et de prendre la route direction des domaines viticoles et pourquoi pas des snacks de bord de route.

Direction les vacances et la tranquillité, dans ce bon temps qui coule comme le sang des vignes pour célébrer, malgré les doutes et les accrocs, nos fêtes éternelles. Hallali ! Cette bête qui se rend, c’est la connerie humaine, le non sens de nos existences. Hallali jusqu’à la lie !
C’est un joli voyage que ce Saint Amour. Un bel assemblage. D’abord, on y célèbre nos campagnes, un monde mourant mais fort heureusement (enfin je l’espère) increvable. Ensuite, derrière la beauté du terroir et celle de nos cépages, il y a notre étrange beauté à nous, celle d’une humanité bâtarde et magnifique. C’est un cinétrip qui passe par de drôles de chemins, de l’éthylique jusqu’à l’idyllique, le tout porté par l’enivrante BO de Sébastien Tellier. Quoi de plus logique en même temps, il y a toujours de la douceur de vivre derrière la douceur de boire. En quelques mots, garanti sans gueule de bois, Saint Amour est un film élégiaque et dionysiaque. Bref, un grand cru !

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :