Menu

Cinétrip : Autour du Monde avec Orson Welles

Avant Nicolas Hulot, Antoine de Maximy et Frédéric Lopez, avant même que les chaînes télé ne s’emparent aussi précisément de la « case » voyage, un grand réalisateur a tenté de poser les jalons d’un format encore bredouillant. Ce grand réalisateur s’appelle Orson Welles.

3D AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES 2 DVD DEF

 

Chez Carlotta, vient de sortir en DVD, en plus d’une version restaurée de l’excellent Dossier Secret, a.k.a. Mr. Arkadin (qui fera peut-être un jour l’objet d’un prochain cinétrip), la série Autour du Monde avec Orson Welles. L’occasion pour nous de remettre également à l’honneur sur le blog cet admirable cinéaste. Tournée au milieu des années 50 pour la télévision, la série Autour du Monde avec Orson Welles, malgré un succès aussi bien public que critique, n’ira jamais plus loin que les six épisodes initialement prévus. A qui la faute ? Suite à des embrouilles avec son producteur qui œuvre également sur Mr. Arkadin, Welles s’écartera progressivement du projet. La série souffre d’ailleurs de ces tensions puisque certains épisodes sont complétés par des images d’archives (Saint-Germain-des-Prés), sinon en partie réutilisés pour coller au format de 26 minutes (Le Pays Basque et La Pelote Basque) suite au désintérêt de Welles.

ANECDOTE: De tous les épisodes, c’est le septième seulement qui passionnera son réalisateur. Un épisode inédit, jamais terminé puisque – si vous avez bien suivi, vous avez déjà dû vous en rendre compte – la série ne compte que six épisodes. Ce septième épisode est d’autant plus étrange qu’il s’intéresse à l’Affaire Dominici et s’éloigne assez, sur le fond, de la thématique du voyage. A visionner sur un second DVD, ce documentaire (réalisé par le cinéaste Christophe Cognet)  revient sur la tragédie de Lurs et propose une version de l’Affaire Dominici par Orson Welles en intégrant les rushs originaux complétés par des entretiens avec les protagonistes d’époque. Bien qu’un peu long, le documentaire ne manque pas d’intérêt.

De sa propre série, Welles disait, suivant les interviews, qu’elle était un essai de création d’un genre nouveau autour du film voyage, mais aussi qu’elle s’apparentait à un film de vacances, quelque chose d’anodin, presque amateur. S’il est vrai que la série est imparfaite, Welles est, dans le second cas, un peu dur avec lui-même. Autour du Monde avec Orson Welles est en fait intéressant sur trois niveaux : celui du cinéma, celui de l’Histoire et celui du voyage.

ORSON WELLES 04

AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES © 1956 GRAY FILM SIPIRS S.A. Tous droits réservés.

Au niveau cinématographique, c’est certes une œuvre moindre dans la carrière de Welles, mais elle reste néanmoins assez révolutionnaire pour l’époque. En partie tournée en son direct (une première pour ce type de programme) mais avec deux caméras, dont une mobile, Autour du Monde est assez dynamique dans sa forme. Welles choisit d’y apparaitre à l’écran dans le rôle de l’intervieweur, un autre parti pris pour le moins audacieux en 1955. Pour le reste, la musique du Troisième Homme, dans le générique de début, n’opère que comme un clin d’œil avec l’épisode Retour à Vienne, mais jamais Welles ne s’autorise ici, budget oblige, les folies formelles de La Dame de Shanghai ou celles, à venir, de La Soif du mal.

Au niveau historique, Autour du Monde avec Orson Welles est une série de documentaires précieux, comme autant de témoignages sur l’Europe des années 50. On y rencontre un monde fascinant et qui n’existe plus, comme celui de l’artiste Raymond Duncan à Saint-Germain-des-Prés, mais aussi des reflets touchants d’un passé qui a su perdurer jusqu’à aujourd’hui : la maison Demel à Vienne ou encore la Corrida à Madrid.

C’est au niveau du voyage enfin qu’Autour du Monde avec Orson Welles s’avère particulièrement indispensable.

Si Welles était intéressé par ce projet, c’était avant tout parce qu’il pensait que le voyage allait se populariser de plus en plus et ainsi s’ouvrir le monde.

On peut aujourd’hui constater à quel point il n’avait pas tort, à l’heure où les blogs sur le sujet abondent et où il est devenu beaucoup plus facile de se déplacer d’un pays à un autre (bien que cela dépende encore parfois du sens, c’est-à-dire de la provenance du passeport). Et si chaque média a son propre langage et sa propre écriture, je trouve un peu tristement que les blogs ont de plus en plus tendance à usurper, dans leur volonté de devenir une profession, la place des webzines. Je veux dire par là que de plus en plus de blogs favorisent une imagerie publicitaire (photo-carte postale, top 10 en pagaille, copié-collé de dossiers de presse…) en dépit du caractère intime (le fameux « je » dont je me méfie au demeurant, mais particulièrement bien utilisé chez Welles) pourtant essentiel à cette forme d’expression.

CORRIDA A MADRID

AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES © 1956 GRAY FILM SIPIRS S.A. Tous droits réservés.

PAYS BASQUE

AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES © 1956 GRAY FILM SIPIRS S.A. Tous droits réservés.

SAINT-GERMAIN-DES-PRES

AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES © 1956 GRAY FILM SIPIRS S.A. Tous droits réservés.

Welles, au moment de réaliser Autour du Monde, avait déjà pour habitude de voyager et sa série est bien un essai de création d’un genre nouveau autour du film voyage. S’il s’empare souvent des clichés touristiques (Saint-Germain-des-Prés pour Paris, la Corrida pour Madrid…) ce n’est que pour captiver d’emblée son audience. Par la suite, il pose un regard documenté et personnel sur chaque destination, ne s’arrêtant jamais à une succession de belles images plus ou moins vides de sens. Ainsi, qu’il s’agisse de Paris, de Vienne, de Madrid (un peu moins) ou du Pays Basque, le dialogue a souvent plus de place que l’image.

Le voyage que Welles propose est une exploration au plus près d’une culture et de ses habitants

Une expérience au final tout à fait passionnante. L’exemple le plus flagrant, en dehors du cas un peu particulier de l’Affaire Dominici, reste l’épisode londonien des Vieux de la Reine d’Angleterre. Quid de Big Ben et du Palais de Buckingham ? Welles préfère poser sa caméra devant les veuves joyeuses d’un singulier hospice et partir à la rencontre d’anciens militaires de carrière dans les quartiers de Hackney et Chelsea.

LES VIEUX DE LA REINE D'ANGLETERRE

AUTOUR DU MONDE AVEC ORSON WELLES © 1956 GRAY FILM SIPIRS S.A. Tous droits réservés.

Plutôt que de montrer et d’annihiler dans l’œuf la possibilité de la surprise, Welles incite et nous invite au voyage en attisant notre curiosité en même temps qu’il nous cultive. Aussi explicatifs que truculents, les épisodes d’Autour du Monde avec Orson Welles regorgent d’anecdotes savoureuses et de rencontres inoubliables comme seul le voyage peut en susciter. Welles s’y permet même, au détour de quelques bons mots, des réflexions bienvenues, dont une apologie de la lenteur dans un ciel révolutionné par la rapidité des avions et le danger de ne plus savoir s’amuser sans l’aide de la technologie. En définitive, Autour du Monde avec Orson Welles est une initiative trop rare dans le paysage télévisuel en même temps qu’un chaînon mineur mais rare dans l’œuvre de l’uns des réalisateurs les plus doués du XXème siècle. Un voyage unique et captivant.

Autour du Monde avec Orson Welles, nouveau master restauré, disponible depuis le 8 Juillet 2015 aux éditions Carlotta. Prix de vente : 20.06€

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :