Menu

Koishi Sakebar à Hiroshima, toutes les saveurs du Japon

Si nous sommes venus à Hiroshima, c’était d’abord pour découvrir les sakés de la région. Cela ne nous a pas empêchés de découvrir plein d’autres choses. Et parfois, toutes ces découvertes se sont mélangées pour notre plus grand plaisir. Au Koishi Sakebar, nous avons ainsi pu faire une expérience assez unique, mêlant dégustation de sakés et découverte de la gastronomie japonaise dans un cadre intime et soigné.

Le chef  et créateur du Koishi Sakebar, M.Daisuke Yoshida, n’a que 46 ans. Il a ouvert cet établissement en juin 2014, juste à côté du bistro familial (une adresse qui existe depuis 65 ans) tenu par son père. Il travaille aujourd’hui avec une vingtaine de maisons du saké et propose rien de moins qu’une trentaine de bouteilles différentes à la carte. Il suffit de jeter un simple coup d’œil dans les vitrines et l’on sent vite la soif monter en nous.

 Tous ces sakés, c’est une partie de l’âme d’Hiroshima. Quoi de mieux pour la découvrir un peu plus que des plats typiques de la région  ?

DSC08643

Koishi Sakebar – Hiroshima ©voyagesadeux

Au menu donc, des compositions de saison dignes d’un restaurant gastronomique. Il suffisait de lire l’intitulé du simple apéritif pour s’en rendre compte : vinaigre de gelée de pétoncles et plantes sauvages. Une mise en bouche élégante accompagnée d’un premier verre. Du Tenpouichi, un saké léger au goût très fin.
DSC08649

Koishi Sakebar – Hiroshima ©voyagesadeux

Suivront cinq plats et un dessert. Des recettes bien travaillées avec des ingrédients locaux et toujours de saison. Des grands classiques à l’image du sashimi, ici à la daurade et au calmar. Un délice. Mais aussi des plats vraiment surprenants comme cette « soupe-bouillon » à la texture amidonnée parfumée à la fleur de cerisier. Une curiosité à laquelle mon palais n’est pas habitué mais qui invite néanmoins au voyage. Pour sublimer chaque recette, quatre autres sakés, tous de la région d’Hiroshima : Maboroshi, Houken (le favori du chef), Ryuusei et Hanahato. Chaque saké est différent et se marie à merveille avec son plat. Mention spéciale au Ryuusei et au porc cuisiné à la chinoise qui ne sont pourtant ni mon saké préféré, ni mon plat préféré, mais d’on aurait dit que chacun existait uniquement pour rencontrer l’autre. Cela dit, chaque mariage avait du sens et c’est là la grande réussite du Koishi Sakebar.

Le saké est ici pensé comme le ferait un sommelier avec le vin. Une initiative malheureusement encore très peu répandue au Japon. Gageons que le Koishi Sakebar, par la qualité de ses propositions, ne devrait pas tarder à faire des émules. 

Koishi Sakebar - Hiroshima ©voyagesadeux

Koishi Sakebar – Hiroshima ©voyagesadeux


Nous sortons de là repus et riches de nouvelles saveurs. C’est sans aucun doute l’une de nos meilleures expériences gastronomiques du voyage. Quant à l’objectif de départ qui était de découvrir le saké d’Hiroshima, rien qu’avec le Koishi Sakebar c’est mission accomplie ! Entre l’aérien Tenpouichi et le singulier Hanahato du dessert (un saké très particulier puisqu’il s’agit en fait d’un Kijoshu, une variété de saké produite directement avec du saké), nous avons pu expérimenter une palette bien variée de cette généreuse tradition.

 

 

Infos pratiques :

3-14 Nagarekawacho
(ou 中区流川町3-14)
Naka Ward, Hiroshima, Japon
menu (saké inclus) : 6000 yens (environ 45€)
Tel : +81 82-298-1510

 

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :