Menu

Festival Que Gusto : découvrir le Mexique à travers le mezcal

Il y a peu de temps, nous étions invités à une dégustation de mezcal par les organisateurs de la première édition du festival Qué Gusto, visant à faire découvrir la gastronomie et les saveurs du Mexique à Paris. En grands amoureux de ce pays (sans y avoir encore jamais mis les pieds, mais on en rêve !) nous avons évidemment répondu présents. 

11270432_1398001143863868_2554866372094512267_o

Petit précis sur le mezcal pour les nuls.

Le Mezcal on connaissait. Un peu. L’un de nos amis barman à La Candelaria – notre bar préféré à Paris – nous l’avait fait découvrir, mais nous n’en savions finalement pas grand-chose si ce n’est qu’il en existait différentes saveurs, un peu comme le vin chez nous… et qu’on aimait ça !

Nous avons rejoint La Mezcaleria – nouveau bar clandestin calqué sur celui de La Candelaria, installé au fond des cuisines de l’hôtel 1K – où nous attendaient trois petits verres remplis de différents mezcal, quelques tranches d’orange au sel et Louis Sabby, représentant de la marque de mezcal Zacbe et maître de conférence improvisé, prêt à nous en apprendre plus sur cet alcool mexicain.

Le mezcal est l’alcool le plus parfait à la consommation !

Ah bon ? Le ton est donné : on se couchera moins bête ce soir. Sages comme des images, on boit les paroles de notre conférencier (entre deux gorgées de mezcal bien sûr), pour glaner pêle-mêle quelques anecdotes qui vous feront briller en société :

8 choses à savoir sur le mezcal

  • Le mezcal, c’est fait avec quoi ?

    L’agave, une plante qui met 12 ans à pousser et qui existe sous 280 formes différentes dont 180 rien qu’au Mexique. Elle donne sa vie au moment de la transmettre ce qui lui vaut un profond respect des Mexicains.

  • Le mezcal, c’est fait comment ?

    La plupart des producteurs de mezcal continuent d’employer des méthodes artisanales en faisant cuire l’agave dans un four en pierres creusé dans le sol. Mais le procédé commence à s’industrialiser, effet de mode oblige.

  • Le mezcal, ça vient d’où ?

    Le mezcal doit son nom à maguey, qui veut dire agave, et calli qui veut dire cuît. La plupart des producteurs de mezcal (80%) sont dans la région d’Oaxaca, au sud du Mexique . Certaines fouilles auraient trouvé des vases en terre cuite remontant à avant l’arrivée des Espagnols et leurs alambics. Sa date de naissance est donc mystérieuse.

  • Le mezcal, qui en boit ?

    Au Mexique, le mezcal était autrefois bu surtout par les prêtres lors de rituels, afin de transformer leur état et pouvoir parler aux Dieux. Aujourd’hui, tout le monde s’y est mis !

  • Le mezcal, c’est comme la tequila ?

    Le mezcal est le père de la tequila, mais possède sa propre appellation d’origine contrôlée depuis 1994.

  • Le mezcal, c’est fort ?

    Les puristes disent  qu’un bon mezcal doit faire au moins 45° !

  • C’est quoi ce truc au fond de la bouteille ?

    Un ver ! Et si c’est avant tout un ingrédient marketing, c’est aussi un moyen de reconnaissance visuelle pour les mezcaliers qui font parfois également du rhum, car le ver est un ingrédient essentiel de la gastronomie d’Oaxaca.

  • Le mezcal, c’est à la mode ?

    Les premiers distributeurs de mezcal sont à New York… donc oui, un peu quand même.

 

Maintenant que l’on avait tout bon sur la théorie, il fallait passer à la pratique. Nous avons dégusté trois mezcal :

  • le Sangremal, un mezcal dit joven (jeune) à 48°, au goût fumé renfermé dans une belle bouteille bleu très minimaliste. Idéal avec les fameuses tranches d’orange au sel.
  • un Zacbé joven également, à 40°,  issu d’un assemblage de trois agaves, dilué à l’eau de pluie, au goût plus fin et équilibré. Parfait avec du fromage.
  •  le Zacbe dit reposado, à la jolie robe dorée, issue d’un agave angustifolia à la note crémeuse, qui se complète très bien par du chocolat (mexicain de préférence).

 

 

Nos conseils de dégustation du mezcal :

Commencer par sentir le mezcal en faisant chauffer une goutte dans votre main

Embrasser le mezcal avant de le boire, en humectant vos lèvres pour découvrir les premières notes du goût

Garder votre première gorgée dans la bouche pour mieux apprécier toutes les saveurs (le mezcal commence à se digérer dans la bouche)

Certaines bouteilles (comme le Zacbe reposado) se dégustent très fraîches, donc on vous recommande de les mettre 30 minutes au congélateur avant dégustation

 

Verdict ? On confirme que l’on adore le mezcal et qu’on a vraiment envie d’aller au Mexique. Merci au festival Qué Gusto pour son invitation et à Louis Sabby pour son initiation ! Si vous voulez vous aussi goûter du bon mezcal, direction La Mezcaleria (13, boulevard du Temple -Paris 11e) ou  La Candelaria  (52 Rue de Saintonge, Paris – 3e) et restez informés de la prochaine édition du festival Qué Gusto via leur page Facebook, c’est ICI.

 

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :