Menu

Shimane, beauté méconnue du Japon

Au nord d’Hiroshima se trouve la modeste et douce préfecture de Shimane. Nous avons eu le privilège d’y être invités quelques jours lors de notre séjour au Japon. Ce n’est pas forcément le premier endroit auquel on pense lorsque l’on part découvrir le pays du soleil levant… et c’est bien dommage. Pour bien commencer, on vous propose de découvrir la charmante Matsue que l’on vous présentait en détail ICI. Pour le reste, suivez le guide, on vous promet que vous ne le regretterez pas. 

Izumo, au pays des dieux et des nouilles

DSC08961

Izumo ©voyagesadeux

A moins d’une heure de Matsue, Izumo abrite l’un des temples les plus fameux du Japon. Le sanctuaire Izumo Taisha est en effet le plus important et le plus ancien lieu de culte de la religion shinto. C’est en quelques sorte leur mont Olympe (ou leur Mont Popa puisque l’on était en Birmanie il y a peu) dans la mesure où il sert de sanctuaires aux Dieux et marque géographiquement la naissance des croyances qui y sont associées. Si toutes les divinités n’ont pas la chance de résider sur place en permanence, elles s’y donnent néanmoins rendez-vous une fois dans l’année. Kanna-zuki, littéralement le « mois sans Dieux » au Japon est alors appelé kamiari-zuki dans la région : le mois des Dieux. Le temple en lui-même est déjà assez impressionnant, mais il faut imaginer pour mieux se rendre compte de la légitimité de sa réputation qu’il aurait été construit en hauteur, sur des piliers immenses aujourd’hui disparus. Des travaux archéologiques semblent vérifier cette hypothèse et, si c’est le cas et que le temple retrouve un jour son incroyable stature, nous serions ravis de revenir pour assister à cette renaissance. En attendant vous pouvez toujours profiter, en plus des charmes naturels du site, du plus grand drapeau du pays et de la plus grosse tresse rituelle en paille de riz de tout le Japon. Pas moins de trois tonnes pour cette dernière, autant dire un beau bébé !

DSC08975

Izumo ©voyagesadeux

Ce beau shimenawa (c’est le nom japonais de cette mémorable tresse) me servira d’ailleurs de transition par sa forme qui rappelle deux nouilles emmêlées pour en arriver au restaurant Haneya, temple sacré des amateurs de soba cette fois. En effet, les sobas, ces nouilles de farine de sarrasin, font le bonheur des locaux comme des étrangers et sont l’une des spécialités gastronomiques les plus populaires de la région (avec le saké notamment puisque Shimane compte pas moins de 32 distilleries, mais aussi la viande Wagyu que j’ai adoré et Marie beaucoup moins). Dégustés traditionnellement froids, les sobas de Shimane se recouvrent de condiments et de sauce avant d’être engloutis avec délice. Il faut dire qu’ils sont particulièrement parfumés, fermes et savoureux à la fois. On peut également les manger chauds. C’est tout aussi délicieux mais peut-être moins subtil. On peut enfin les manger comme nous, façon gourmande, c’est à dire deux fois, froids puis chauds.

 

Adachi, le plus beau jardin du japon ?

On avait déjà pas mal flashé sur le jardin Sankeien de Yokohama, mais ce qui est bien avec le Japon c’est que tu n’es jamais au bout de tes surprises. Le jardin Adachi – que dis-je, le musée d’art Adachi – à Yasugi est un jardin unique au monde. Peut-être le plus beau du Japon. C’est en tout cas sa réputation. Intégré au musée et pensé comme une œuvre d’art à part entière, on le contemple depuis l’intérieur dans des « cadres » géants (comprenez par là derrière des baies vitrées) qui sont comme des tableaux vivants. Le résultat est surprenant et l’on pourrait rester des heures à contempler cette nature agencée à la perfection. Pour ne rien arranger, la collection artistique à proprement parler est vraiment intéressante et je suis littéralement tombé en admiration devant plus d’une estampe. Quand je dis qu’on pourrait passer des heures dans ce musée, ce n’est pas une blague. J’ai même regretté que l’on ait été un peu pressés par le temps. Mais bon, pour bien faire, de toute façon, il aurait fallu une année, ne serait-ce que pour profiter à fond de l’œuvre des saisons sur le jardin mouvant. Pas de regret donc, mais déjà l’envie d’y retourner.

DSC09135

Adachi ©voyagesadeux

DSC09113

Adachi ©voyagesadeux

 

Yuushien, encore le plus beau jardin du Japon ?

DSC09182

Yuushien ©voyagesadeux

C’est impossible… Ils n’ont que des jardins merveilleux au Japon ? Il faut croire… Si bien que ça devient difficile, à ce niveau, de les partager. Sur l’île de Daikon-jima, à Yatsuka, se trouve la maison des pivoines florissant en toute saison. Vous l’aurez compris, la pivoine est la reine des lieux. On en trouve d’ailleurs de toutes les couleurs et de nouvelles races y sont même inventées. En plus de la petite maison où des pivoines fleurissent effectivement en permanence, un grand et beau jardin a été aménagé dans un cadre particulièrement soigné et harmonieux. Contrairement aux jardins français qui forcent la dimension artistique par des symétries recherchées, les jardins japonais cherchent à sublimer la nature tout en préservant son dynamisme et son essence. A Yuushien, le résultat obtenu est tout bonnement formidable. Moins artistique (quoique) que celui d’Adachi, il a pour avantage d’inviter le visiteur à la promenade et pas seulement à la contemplation. Honnêtement, Adachi, Yuushien et Sankeien sont tous les trois tellement différents qu’il serait vraiment dommage de vous conseiller un jardin plutôt qu’un autre. Les trois proposent, chacun à sa façon, une expérience particulièrement plaisante et complètent par ailleurs l’idée que l’on peut se faire de toute la richesse d’un jardin japonais. Enfin, un dernier argument tout de même en faveur de Yuushien : ses restaurants. Nous avons eu la chance d’y déguster un savoureux Ryouteibento. En même temps, les autres jardins possèdent également leur propre restaurant, mais même des gourmands comme nous ne peuvent pas manger partout tout le temps…

DSC09191

Yuushien ©voyagesadeux

DSC09159

Yuushien ©voyagesadeux

DSC09175

Yuushien ©voyagesadeux

Voilà, pour nous, Shimane c’est terminé. Peut-être nous reviendrons un jour pour découvrir la mine d’argent d’Iwami Ginzan et le quartier thermal de Tamatsukuri Onsen, le temple Sanbutsu-ji et le festival gastronomique Dandan Shoku Festa. Je l’espère, d’autant que c’est peut-être finalement la région du Japon que j’aurai préférée. Pour l’heure, direction Kyoto tandis que le retour approche à grands pas.

2 réponses to “Shimane, beauté méconnue du Japon

  • Ca fait un bout de temps que je souhaite aller sur Shimane mais c’est vraiment cher de puis Fukuoka.
    Au Japon, ce sont souvent les coins inconnus qui offrent le plus de surprises. j’aime bien ce côté.

  • Un super reportage sur un pays que je sois loin de visiter d´ici à bien quelque temps:)
    Amitiés
    Elisa, en Argentine

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :