Menu

Emportés par la foule à Shibuya

Shinjuku nous avait montré qu’un quartier de Tokyo entier pouvait proposer plus de boutiques qu’autre chose au mètre carré, Akihabara nous avait prouvé quant à lui que l’on pouvait aisément rester une journée entière dans une tour d’arcade à jouer aux jeux-vidéos sans voir la lumière du jour. Mais un autre quartier allait les détrôner tous les deux en matière de surréalisme : Shibuya.

DSC07604

Shibuya ©voyagesadeux

C’est là où tout a commencé, brièvement, avant que l’on se réfugie dans un Starbucks pour attendre nos amis et être emmenés loin de la foule déchaînée. C’est là où l’on s’est pris notre première claque tokyoïte et où l’on retenait notre respiration à chaque fois qu’on avait à y retourner, changement de métro oblige. Mais nous n’avions pas encore plongé dans ses tréfonds, nous cantonnant à l’impressionnant passage piéton qui fait sa légende.

DSC07588

Passage piéton de Shibuya ©voyagesadeux

DSC07658

Passage piéton de Shibuya ©voyagesadeux

Notre amie nous a pris par la main une journée entière pour traverser la route et nous faire découvrir son Tokyo. Pas celui d’une touriste, mais d’une jeune expatriée qui connaît les bons endroits pour boire un café, s’encanailler, faire du shopping et manger une salade avec vue. Dès le passage piéton franchi, en journée Shibuya nous semblait déjà plus praticable et on ne s’est pas fait bousculer ou piétiner une seule fois. Doit-on remercier les arcades pour leur entraînement virtuel ?

DSC07609

The Roastery à Shibuya ©voyagesadeux

DSC07594

Hands café à Shibuya ©voyagesadeux

Une fois au sommet de l’une des tours les plus hautes de Shibuya, la panique était un peu retombée. De là, on pouvait déjeuner au calme dans un cadre atypique – une boutique de gadgets scientifiques – en admirant la vue sur les toits. La foule avait disparue, le bruit aussi, on se serait cru dans un tout autre endroit de Tokyo.

On a apprécié cette particularité de la capitale japonaise à pouvoir proposer des bulles zen au milieu la modernité et son flux tendu de passants et de lumières. Comme si les Japonais eux-mêmes, au-delà des touristes peu habitués, avaient besoin de se retrouver au calme pour faire le vide avant de repartir de plus bel dans leur quotidien à 100 à l’heure ! 

Bientôt, nous allions passer pro dans l’art de la brasse coulée : nager dans une rue électrique, presque agressive, pleine de boutiques aux noms et prix racoleurs, puis tomber tout au bout sur une petite place tranquille avec sa librairie branchée où l’on peut bouquiner en terrasse et retrouver un peu d’air.

DSC07603

No music, no life in Shibuya ©voyagesadeux

Dans la continuité de Shibuya, le quartier de la mode allait nous surprendre à nouveau. Si vous avez une image en tête des jolies petites Japonaises hyper fashion, c’est sûrement ici qu’elles font leur shopping : Harajuku. D’ailleurs, si vous vous demandiez à qui l’on doit cette nouvelle mode des sandales compensées que n’auraient pas renié les Spice Girls en leur temps, il faut remercier à nouveau les demoiselles d’Harajuku qui en ont fait leur signe distinctif au même titre que la mini-jupe ou le t-shirt chat et la voix nasillarde d’écolière. Et quand elles ne dépensent pas tous leurs yens dans une nouvelle garde-robe ou un service à thé trop kawaii, on les trouve en train d’arrondir leurs fins de mois à proposer – toujours de leur voix nasillarde unique au monde – de rentrer dans telle boutique ou de manger telle ou telle crêpe de la Takeshita Street.

DSC07628

robe chat ou tee-shirt œufs à Harajuku ? ©voyagesadeux

DSC07623

Shibuya ©voyagesadeux

DSC07636

Takeshita Street à Shibuya ©voyagesadeux

En un après-midi, on s’y était fait. C’était même plutôt amusant de les entendre s’époumoner avec des voix de poupées et de nager au milieu de ce petit bain où tout s’achète… Mais cela revenait à passer sa journée aux Halles un samedi et quiconque l’a déjà fait sait qu’il arrive un moment où on a envie de dire « stop » avant de commettre un meurtre. On a donc pris la poudre d’escampette et retrouvé une nouvelle bulle zen : le parc Yoyogi.

DSC07648

Parc Yoyogi à Shibuya ©voyagesadeux

Rien de mieux qu’une balade au vert dans cet immense parc, comme Tokyo en propose des dizaines, pour mieux se ressourcer. On peut observer en silence les prières au sanctuaire Meiji Jingu, se promener à l’ombre des arbres majestueux ou s’étendre sous les derniers cerisiers en fleur pour profiter de la fin de l’après-midi… avant de replonger de plus bel !

DSC07651

Parc Yoyogi à Shibuya ©voyagesadeux

Nous avions rendez-vous à nouveau à Shibuya pour dîner avec nos amis et cette fois, la nuit était tombée. Tokyo allait revêtir son masque de lumières et sa foule s’agrandir un peu plus. Mais maintenant, nous étions rodés et ce n’était pas un drôle d’artiste et sa poussette remplie de chats persans ronronnants à souhait qui allait nous faire peur, ou encore moins un dîner dans un asile de fous… mais ça, c’est une autre histoire !

DSC07683

OMG des chats !!! Shibuya ©voyagesadeux

 

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :