Menu

Setagaya, l’autre Tokyo

On avait traîné à Shibuya parmi les restaurants à la pelle et le flot ininterrompu de passants, à Shinjuku où la ville est aussi vivante sur terre que sous terre, à Akihabara dans les pas des otakus et les relents de sexe, à Asakusa à la recherche des traditions et d’un Japon d’autrefois… On avait même arpenté Ginza et d’autres quartiers moins touristiques de Tokyo, mais il y en a un qui tient une place particulière dans nos cœurs et il s’appelle Setagaya.   

Setagaya où nous avons habité une première fois

Malgré une envie forte et beaucoup de bonne volonté nous ne serions probablement pas allés au Japon si des amis ne nous avaient pas proposé de nous héberger pour quelques jours. La principale raison : se loger au Japon est véritablement quelque chose à prendre au sérieux. En bout de course après sept de mois de voyage, nous n’avions pas prévu grand chose et nous n’aurions certainement pas eu le budget, à ce moment, pour découvrir Tokyo d’une autre façon. En plus du plaisir de partager quelques bons moments ensemble, nous avons ainsi eu la chance de découvrir un quartier de Tokyo où nous ne serions probablement pas allés de nous-mêmes. Le reste de Tokyo m’avait beaucoup plu mais il y avait un peu comme entre New-York et Manhattan une impression de vie intense mais pas essentielle. Les gens venaient là pour travailler, pour se promener, pour faire du sport ou du shopping, mais ils vivaient ailleurs. Ailleurs mais où ? Il s’est avéré que la plupart d’entre-eux vivaient justement à Setagaya, arrondissement parmi les plus grands et les plus peuplés de Tokyo. Setagaya serait-il le « vrai Tokyo » ? Tous les arrondissements de Tokyo constituent sans doute le vrai Tokyo et c’est cette diversité qui fait justement sa richesse et sa beauté. A n’en pas douter, Setagaya, à défaut de proposer un grand intérêt touristique, allait néanmoins tenir une place importante pour nous dans le charme de la capitale japonaise.

DSC07688

Setagaya © voyagesadeux

Après l’agitation des autres quartiers cela faisait un bien fou de découvrir un autre visage de Tokyo, calme et vivant à la fois, modeste et beau

Là, dans les rues bordées de maisons, les buildings n’étaient pas encore vraiment arrivés. Un paysage urbain délicieusement vallonné et que traverse parfois la voie ferrée, a ramené mon imaginaire en plein milieu de La Traversée du temps, le joli dessin-animé de Mamoru Hosoda. Une certaine mythologie du Japon que j’avais assimilée par le cinéma et par le manga était enfin en train de m’émoustiller. Je crois que c’est à Setagaya que nous avons eu nos premiers coups de foudre avec le Japon : le petit restaurant de quartier « Imagine » au charme si singulier, entre tradition et modernité : bonne cuisine, bonne musique, bonne ambiance… inoubliable aussi le mouvant Shimo-Kitazawa, quartier dans le quartier et temple du hypster japonais. Nous y avons découvert le restaurant « Mother », cette étrange grotte chaleureuse où l’on se sent comme à la maison, et l’incongru « Tomboy café » qui rappelle à la fois le bonheur des vieilles cabanes surgies de l’enfance et la douce folie d’une colocation joyeusement arrosée. Des endroits uniques avec une identité différente à chaque fois. Le genre de délire à la mode qui, pour le coup, nous aura véritablement paru digne d’intérêt. Setagaya n’a décidément pas eu besoin de beaucoup de temps pour parvenir à nous séduire.

DSC07960

Setagaya © voyagesadeux

DSC07962

Setagaya © voyagesadeux Setagaya © voyagesadeux

Setagaya où nous avons habité une seconde fois

Quand nous avons quitté nos amis, nous avons cherché où dormir de façon économique au Japon. C’est sur Airbnb que nous avons trouvé notre bonheur. Une fois de plus, sans même chercher spécifiquement dans cette direction, nous allions loger à Setagaya. Cette fois-ci, nous étions un peu plus éloignés du centre de Tokyo, au niveau de la station Todoroki. Le quartier était à nouveau très agréable et nous avons dormi dans une petite chambre façon ryokan, sur des futons à même les tatamis dans une maison partagée baptisée Setagaya House. A 37€ la nuit, difficile de trouver un meilleur rapport qualité/prix sur Tokyo. Quitte à loger dans ce nouvel environnement, nous en avons profité pour visiter un peu les environs. A nouveau nous avons trouvé de modestes restaurants de quartiers qui nous ont bien plu, à l’image du chouette izakaya juste à côté de la gare. Tout était écrit en japonais et l’anglais ne nous aurait pas beaucoup aidé si l’un des aimables clients ne s’était pas dévoué pour nous en proposer la traduction. Nous avons aussi trouvé une paisible balade le long d’une étroite rivière. Le Todoroki ravine park serpente dans un décor particulièrement serein jusqu’au temple Todoroki Fudo. En chemin, on peut s’arrêter pour boire le thé et profiter d’une toute petite cascade. L’endroit, a deux minutes seulement de l’arrêt de train, était particulièrement reposant et nous a beaucoup changé des visites touristiques que nous avions réalisées dans le centre de Tokyo. Y avait-il beaucoup d’endroits comme cela dans Setagaya ? Peut-être… Suffisamment en tout cas pour que l’on se porte volontaires pour aller vérifier dans ce quartier qui reste, pour toutes ces raisons, l’un de nos préférés de la capitale nippone !

Setagaya où nous irons habiter une troisième fois ?

Qui sait… l’idée est séduisante.
DSC07696

Setagaya © voyagesadeux

DSC07724

Setagaya © voyagesadeux

DSC07730

Setagaya © voyagesadeux

DSC07751

Setagaya © voyagesadeux

DSC07954

Setagaya © voyagesadeux

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :