Menu

Shinjuku, se cacher sous terre pour mieux prendre le pouls de Tokyo

Pour bien commencer notre séjour à Tokyo, nous voulions nous jeter dans le grand bain directement. Après un aperçu à Shibuya et une immersion en douceur du côté de Setagaya (que l’on vous racontera plus tard), nous avons passé notre deuxième jour dans le quartier de la plus grande gare du monde : Shinjuku.

Notre amie qui nous hébergeait nous avait prévenus que l’on pourrait être désorientés, mais de ne surtout pas paniquer. Après l’Inde et son bordel omniprésent, on pensait être rodés mais comme nous étions en terre inconnue, Shinjuku et son labyrinthe de sorties de métro pouvaient encore nous surprendre. Armés du plan offert par l’office de tourisme à l’aéroport de Narita (c’est gratuit et pratique, profitez-en ! ) et de deux doudounes prêtées par nos gentils hôtes (après 7 mois en Asie du sud-est, on n’était pas équipés), nous voilà partis en métro vers le cœur de la bête.

DSC08149

Shinjuku © voyagesadeux

DSC07396

Shinjuku © voyagesadeux

Cueillis par une pluie fine et froide à laquelle on ne s’attendait pas en plein mois d’avril, nous avons finalement passé le plus clair de notre temps en intérieur pour éviter de finir trempés (ce qui, vous le verrez plus tard, s’est avéré tout de même être le cas). L’allée électrique et son enchaînement de boutiques en étages où acheter du matériel Hi-FI nous a servi de premier abri. Si vous cherchez un appareil photo moins cher qu’en France et que vous n’avez rien contre un menu exclusivement en japonais, certaines marques comme Sony sont très avantageuses ! Le sommet du Gouvernement Métropolitain de Tokyo (le TMG pour les intimes) fut notre deuxième arrêt.

Malgré la vue bouchée par le mauvais temps, l’expérience de grimper au 45e étage de cette tour dans le deuxième ascenseur le plus rapide au monde a de quoi déboucher les oreilles

Nous y sommes retournés le dernier jour, avant d’attraper notre avion retour vers la France, et le soleil était cette fois au rendez-vous, nous offrant un panorama à 360° sur tout Tokyo assez sympathique.

DSC09435

Gouvernement Métropolitain de Tokyo – Shinjuku ©voyagesadeux

DSC09438

Gouvernement Métropolitain de Tokyo – Shinjuku ©voyagesadeux

Plus tard, nous nous sommes dirigés vers le jardin national de Gyoen, avec le secret espoir de pouvoir apercevoir les derniers cerisiers en fleur et nous sommes vu refuser l’entrée du parc qui était en travaux… Il ne nous restait plus qu’à profiter de ce que Tokyo et en particulier Shinjuku ont de mieux à offrir : des boutiques !

Si ce quartier est gigantesque et possède la plus grande gare du monde, c’est avant tout dans ses entrailles que l’on peut s’en rendre vraiment compte. Toute une vie grouille sous le bitume de Shinjuku. Des restaurants, des magasins de vêtements, des fast-food (où l’on peut manger des énormes burgers dégoulinant de fromages), des épiceries, des salons de beauté, des disquaires… C’est comme si une ville entière résidait sous terre. Un flux continu de gens pressés déambule sous les néons de ces allées, pour rejoindre sans se mouiller des gratte-ciel où ils s’affairent dans des bureaux jusqu’à pas d’heure. Pour autant, nous n’avons pas eu l’impression que deux touristes au pas lent les dérangeaient dans leur routine millimétrée, là où des Parisiens nous auraient plus volontiers bousculés sans s’excuser. Ordonnés oui, malpolis, on n’a pas eu l’impression.

DSC07423

Fast-food de Shinjuku ©voyagesadeux

Une impression confirmée le soir quand il a fallu littéralement se jeter à l’eau, puisque la pluie n’était pas décidée à nous lâcher. S’abriter dans les boutiques c’est bien, grignoter des bizarreries dans les konbinis toute la journée aussi, mais nous voulions voir le Tokyo by night qui nourrissait plus de fantasmes dans nos esprits que des centres-commerciaux.

On voulait voir le Tokyo qui clignote, qui se dévergonde, qui ne dort jamais… bref, on est allés à Kabukicho

Pour nous y rendre, nous sommes passés par l’une des allées étroites qui fait le lien entre Shinjuku et Kabukicho, où l’on trouve des deux côtés de minuscules échoppes où s’asseoir collés-serrés contre son voisin pour déguster des spécialités japonaises loin des bars à sushis aseptisés rencontrés plus tôt dans les tunnels de la gare. Au menu ? Bol de nouilles que l’on avale en faisant le plus de bruit possible, brochettes à la plancha que l’on désigne du doigt sans savoir que l’on va tomber sur des abats, bières gigantesques… on teste un peu tout en espérant que la pluie finisse par s’arrêter et en plaisantant avec nos voisins de tablée. A chaque adresse, les rires se font de plus en fort autour de nous tandis que le saké se vide de plus en plus vite entre les mains des salarymen qui viennent décompresser de leur journée. Voilà un Japon bien différent de celui que nous avions découvert le matin même, marchant d’un pas militaire vers des fonctions bien précises et qui se laissait aller cette fois à un peu de liberté. Ah, le fameux pouvoir du saké !

DSC07446

Restaurant à Shinjuku ©voyagesadeux

Rassasiés et prêts à nous mouiller, il ne nous restait plus qu’à découvrir le quartier rouge de Tokyo, Kabukicho, indiqué par une arche clignotante comme une flèche vers le point G de Tokyo. C’est ici que gigolos, prostituées et yakuzas tiennent le pavé pour divertir et impressionner les passants, chacun y allant de son petit sourire pour vous attirer dans des bars à striptease où se côtoient jeunes filles en fleur (ou plutôt déflorées) aux voix aigrelettes et robots sur scène, des love-hotels pour s’éclater à deux ou plus dans des ambiances atypiques, ou des restaurants sombres pour draguer et plus si affinités… Kabukicho ressemblait au Tokyo cradingue d’Enter the Void et nous n’y sommes finalement pas restés longtemps. Pas que nous étions choqués ou même dégoûtés, mais que certains de ces plaisirs, comme beaucoup à Tokyo, coûtent une petite fortune et si voir un spectacle de robots sexy nous aurait bien tenter, nous venions seulement d’arriver.

DSC07449

Kabukicho ©voyagesadeux

Ce deuxième jour nous avait mis dans l’ambiance. Nous sommes rentrés trempés mais nous avions pu voir un panel diversifié de ce que Tokyo avait à nous offrir, sans bouger du même quartier. Boutiques, lumières, gastronomie et petites folies, Shinjuku était résolument l’endroit parfait pour s’immerger tout entier dans la culture tokyoïte… et ce n’était qu’un début !

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :