Menu

Notre aventure entre Kalaw et le lac Inle

Depuis que nous étions arrivés au Myanmar nous n’avions plus que le mot « trek » à la bouche. Moi parce que c’était chouette et Marie parce que c’était fatiguant. Pour me faire plaisir, elle avait cependant accepté de repartir à pieds sur les routes birmanes.

C’est à Kalaw qu’à commencé cette nouvelle aventure. Kalaw, une ville pour le moins anecdotique mais jamais désagréable. Nous y avons hésité entre le trek de la guesthouse Sam’s family et celui de la Golden Lily. Comme nous dormions à la Golden Lily, parce qu’on nous l’avait conseillée et parce que l’équipe avait réussi à nous vendre un trek hyper-humain et hors des sentiers battus (ce qui s’est par la suite avéré un peu exagéré) nous avons décidé de faire confiance à ces derniers. Le côté hors des sentiers battus mis à part, nous ne l’avons pas regretté.

D’abord nous avons pris part à un trek 100% français et que nous appellerons donc une randonnée. Grâce à Claire, Gaétan, Fred et Noël, nos parfaits co-randonneurs, nous avons ainsi pu nous balader en Birmanie tout en pratiquant allègrement la langue de Molière, ce qui n’enthousiasmait pas toujours notre jeune guide, la pétillante Cindy, qui préférait, malgré ses origines népalaises, la langue de Shakespeare. Et comme elle était également très sympathique nous avons fait quelques efforts pour combattre autant que possible le chauvinisme généré par notre union.

DSC05666

Notre équipe en route pour le lac Inle ! ©voyageadeux

Entre Kalaw et Inle nous avions trois jours de marche, trois longues journées à traverser des jungles dangereuses peuplées de tribus oubliées et d’animaux menaçants. Non, en fait, c’était plutôt plat et les villages où nous nous sommes arrêtés semblaient habitués à recevoir des touristes et ne faisaient preuve que d’un intérêt relatif à l’égard de notre présence (bien moins qu’à Hsipaw en tout cas). Bon, dit comme cela c’est moins classe, mais la réalité, si elle manque parfois de romanesque n’en est souvent que plus confortable. Nous assistions donc à une randonnée plutôt facile, ce qui nous convenait parfaitement à tous les deux. Confortable certes, mais non moins recommandable pour autant. La nature, à ce titre, était plus luxuriante que dans les environs de Hsipaw et si les haltes furent un peu moins mémorables, le chemin, lui, valait largement le déplacement. Et comme nous étions bien entourés, cette randonnée fut vraiment plaisante à tous les instants.

DSC05481

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05487

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05495

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05497

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05499

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05502

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05510

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05512

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05520

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05529

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05534

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05547

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05554

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05556

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05568

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05570

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05575

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05579

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05602

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05613

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05644

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05654

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

DSC05656

Trek entre Kalaw et Inle ©voyageadeux

 

Après avoir traversé plus de cinquante kilomètres (cette fois c’est vrai), croisé des arbres exceptionnels, dormi dans un monastère après une partie de foot épique, délesté notre porte-monnaie d’un charmant billet d’entrée à 10 dollars compensé par le fait que l’on venait de remplir efficacement la bourse aux souvenirs, voilà que nous arrivions enfin à Inle. Cindy nous quitta au moment de prendre le bateau et nous partîmes sur l’eau rendre visite à de tristes femmes-girafes qui acceptaient la CB, à de joyeux jardiniers-flottants qui cultivaient directement sur l’eau, à des chats-sauteurs un peu feignasses qui priaient dans leur monastère pour qu’on les laisse tranquilles et à des pêcheurs-acrobates uniques au monde qui maniaient la pagaie comme Messi manie le ballon rond.

Nous avions tout entendu sur Inle et plus nous avancions sur le lac, plus tout le monde avait raison. Inle c’était tout et son contraire, quelle image plus synthétique que la tradition influencée par le tourisme de masse pour résumer au mieux cette singulière destination ?

DSC05696

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05671

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05673

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05683

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05707

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05712

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

DSC05732

Balade sur le lac Inle ©voyageadeux

Pour la petite anecdote, nous avons dormi pour la seule et unique fois du voyage dans un hôtel gouvernemental (c’est ça de ne rien réserver à l’avance !) et nous avons profité de nos deux jours sur place pour passer un peu de temps avec nos nouveaux amis et visiter Nyaung Shwe dans la foulée (la ville d’arrivée au bord du lac Inle). Malgré l’affluence touristique, Nyaung Shwe est bien plus calme que les « spots touristiques » du lac Inle et s’y promener est tout à fait agréable, surtout si vous souhaitez ne pas reprendre la route dans la foulée. Le monastère Shwe Yan Pyay, en retrait de la ville, reste probablement la visite qui nous aura le plus marqué dans les environs.

DSC05718

Visite des abords du lac Inle ©voyageadeux

 

DSC05834

Visite des abords du lac Inle ©voyageadeux

DSC05862

Visite des abords du lac Inle ©voyageadeux

DSC05898

Visite des abords du lac Inle ©voyageadeux

 

Inle, malgré nos appréhensions dues au tourisme de masse, restera un excellent souvenir parmi tant d’autres dans un pays qui ne nous aura finalement jamais déçus. Un peu comme avec les grands monuments, le lac Inle et sa région faisaient figure d’incontournables et on est heureux d’avoir pu les découvrir avant que toute l’authenticité n’ait vraiment foutu le camp. Est-ce qu’on y retournera ? C’est une autre question. Pour tout vous avouer, ce n’est pas notre priorité, mais on a par contre assez hâte de revoir les amis que nous nous sommes faits sur place.

3 réponses to “Notre aventure entre Kalaw et le lac Inle

  • Très belle découverte grâce à vous deux….

  • Ca a été une bien belle expérience on dirait !

  • ça à l’air d’un beau voyage de belles decouvertes

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :