Menu

Bagan, la ville aux mille pagodes (et aux mille touristes)

Si Hsipaw c’est d’abord un voyage en train, Bagan commence par une aventure en bateau aussi longue que périlleuse. 

 

Nous avions lu que nous pourrions rester bloqués une nuit sur le pont et ça n’a pas manqué. Au total, notre trajet entre Mandalay (puisque nous y sommes repassés pour embarquer une petite nuit après une journée à Pyion Oo Luwin) et Bagan, aura duré 30 heures. Les paysages avaient beau être monotones, en une journée et demi coincés sur un bateau on a trouvé de quoi nous occuper. Regarderle va et vient des vendeurs ambulants, observer la petite vie à bord de l’adorable cuisinière, son mari bâtelier et leurs enfants, rire aux manoeuvres maladroites des embarcations venant essayer de nous désensabler à marée basse à l’aide d’une simple corde qui immanquablement rompait à chaque fois… Bon, j’avoue qu’après avoir dévoré mon bouquin et fait les cent pas, je me suis sentie comme un lion en cage et j’étais bien contente que l’on arrive enfin dans cette petite ville aux mille pagodes dont toutes les agences de voyage et blogs vantent les mérites.

DSC05191

Bateau pour Bagan ©voyagesadeux

DSC05203

Bateau pour Bagan ©voyagesadeux

DSC05205

Bateau pour Bagan ©voyagesadeux

DSC05195

Bateau pour Bagan ©voyagesadeux

DSC05207

Bateau pour Bagan ©voyagesadeux

 

Parmi ces mérites : les décollages en montgolfières. En vérité, peu de personnes peuvent s’offrir le luxe d’un lever de soleil vu du ciel sur les mille pagodes de la ville. A 300€ par personne, vous comprendrez mieux pourquoi nous nous sommes contentés d’un joli coucher-de-soleil au sommet d’une pagode gratuite, après une journée de va et viens en scooter électrique.

Mais l’arrivée d’abord, avec en bonus un accueil en fanfare par un mariage birman tout ce qu’il y’a de plus folklorique.

DSC05257

Mariage birman à Bagan ©voyagesadeux

Dans la logique, tout étranger doit s’acquitter d’une taxe de séjour de 20$ (qui tombe évidemment dans les poches sans fond de la junte) pour avoir le droit de poser le pied à Bagan. Soit le double du prix pratiqué encore l’année dernière. Comme nous n’étions pas au courant de cette augmentation, nous avons cru à une arnaque (l’effet « quatre mois en Inde ») quand on nous a réclamé cette somme à notre arrivée à l’embarcadère. Nous avons donc passé notre chemin en pensant très honnêtement payer plus tard. On ne nous a jamais demandé notre pass prouvant que nous avions payé cette taxe… alors nous ne l’avons jamais payé.

On vous prépare à ce sujet un article infos pratiques « comment ne pas enrichir le gouvernement du Myanmar ». Stay tuned.

Plus riche de 40$, nous nous sommes offert une petite chambre avec clim (à la A1 guest House) pour 25$ à deux, un truc tout simplement vital quand il fait environ 60° entre midi et 14h, et on a vite réservé un scooter pour le lendemain. A ce sujet, on trouve assez génial que la plupart des agences de location locales ne proposent que des engins électriques fonctionnant sur batterie. Ce ne sont pas des fusées certes, mais c’est la meilleure solution pour préserver la ville la plus touristique du pays. Sur notre petite machine, nous avons sillonné Old Bagan où se trouvent les plus belles pagodes en nous arrêtant au gré de nos envies, quand l’une d’elle nous semblait plus belle qu’une autre. Qu’on se le dise : quand vous avez vu une pagode à Bagan, vous en avez vu 100. A moins d’être un fan inconditionnel de ce genre de temples ou de leur architecture, rien ne sert de rester plus d’une journée sur place.

Ceci dit, certaines pagodes sortent du lot par leur grandeur ou leur singularité. Nos préférées ?

  • Pagode Shwzigon, tout en or, impressionnante surtout la nuit
  • Pagode Ananda, et ses immenses bouddhas à l’intérieur
  • Pagode Min o Chanta, assez différente des autres et qui offre un joli point de vue
  • Pagode Bulethi, d’où profiter gratuitement du coucher de soleil

On aurait pu en citer bien d’autres, mais vous pourrez aisément les découvrir par vous-mêmes si vous vous balader comme nous en scooter… ou en vélo !

DSC05222

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05288

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05398

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

galerie 1

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05301

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

galerie 2

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05357

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05293

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

galerie 3

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05383

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

DSC05349

Les pagodes de Bagan ©voyagesadeux

Pour le reste, Bagan possède bien les stigmates d’une ville bouffée petit à petit par le tourisme de masse. Certaines pagodes sont infestées de peintres sur soie et de petites nanas qui baragouineront quatre mots dans votre langue pour vous refiler du mauvais artisanat trois fois trop cher… Mais dans le quartier de Nyaung-U (le plus roots de Bagan), nous avons encore réussi à échapper aux cars et autres rabatteurs, au profit d’adresses toutes simples où dîner au bout d’une rue cachée, de boutiques sympa où le vendeur n’est pas sur le palier à vous racoler mais est plutôt en train de faire la sieste.

DSC05399

Les ombrelles de Bagan ©voyagesadeux

Mais pour combien de temps ? On vous le disait déjà ICI, le Myanmar est déjà bien ouvert au tourisme et Bagan n’en est que la preuve concrète. Il n’en reste pas moins qu’en faisant un peu attention, nous pouvons arriver à préserver le paysage sans le transformer et les prix avec. On y croit!

2 réponses to “Bagan, la ville aux mille pagodes (et aux mille touristes)

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :