Menu

Hsipaw, pour un trek tranquille au Myanmar

Nous sommes arrivés à Hsipaw par le train et le train au Myanmar, c’est toute une expérience. On nous avait tenu un peu le même propos en Inde (et c’est vrai que dans les deux cas, ça reste une expérience), mais cette fois les surprises furent quasiment toutes bonnes. Avant donc de raconter Hsipaw, racontons brièvement le train.

 

La gare de Mandalay, déjà, c’était toute une histoire. On s’y était rendus en scooter pour acheter les billets en avance. Rien qu’en journée la gare avait quelque chose de singulier… certains des employés un peu penchés sur la boisson, mais quelque chose qui tient aussi à son emplacement et à sa gestion de l’espace. La gare de Mandalay est une drôle de gare en étages. En tout cas c’est l’impression qu’elle nous a donnée. Le matin du départ, c’était encore la nuit, une nuit profonde de 4h du matin et nous avions traversé la ville déserte parsemée de rues aveugles et de chiens méfiants. La gare fut comme un refuge, un étrange refuge. D’abord il a fallu trouver quelqu’un qui parlait l’une de nos langues ou tentait du moins de se faire comprendre et de faire l’effort d’essayer de nous comprendre à une heure où l’on a souvent mieux à faire. Je me souviens surtout de je ne sais pas combien de personnes qui dormaient sur le sol. On s’est dit brièvement qu’on aurait aussi peut-être pu économiser une (ô combien incomplète) nuit d’hôtel, mais je crois qu’on n’était pas si mécontents de notre choix.

Un gentil monsieur, quand il a vu que notre compréhension de ses explications avoisinait le zéro, nous a conduit jusqu’au quai de notre train. Nous avions pris des places ordinaires (c’est-à-dire avec les locaux) et il nous a fait accompagner par le contrôleur jusqu’à notre wagon. Ledit wagon ressemblait en fait à un dortoir parfaitement désordonné avec des gens à peu près partout sauf sur le plafond. Malgré notre malaise, le contrôleur à fait dégager les gens qui se trouvaient assis à nos places, ce qui par la suite s’avéra avoir l’effet inverse, à savoir nous offrir un peu d’aise dans un wagon qui ne semblait pas avoir été pensé pour. Le contrôleur nous a dit au-revoir depuis l’extérieur du train et nous avions un peu honte de tant d’attention due certainement à notre couleur de peau, puis le train a démarré et nous avons souri au contrôleur, puis nous avons souri à nos voisins et comme les voisins avaient l’air sympa la honte est passée par la fenêtre. La (deuxième moitié de) nuit fut un peu compliquée, que ce soit pour trouver une position adaptée à ce Tetris humain ou bien tout simplement à cause du bruit, de la « moellosité » si bien connue du bois, des rebonds fantastiques (il faut le vivre pour le croire), ou encore des arrêts où les animaux sont pressés de participer à leur propre Tetris dans un wagon voisin. On voulait de l’aventure. On était servis.

DSC04513

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04556

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04530

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04579

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04555

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

La route fut longue mais riche de plein d’humanité, de découvertes gustatives plus ou moins intéressantes et de paysages époustouflants : mention spéciale au viaduc de Gokteik !

DSC04545

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC05025

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04548

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

 

Arrivés à Hsipaw, on étaient tout de même contents de remuer un peu nos fesses, mais aucun regret quant à ce mémorable trajet. On étaient venus là pour faire un trek, on allait donc désormais avoir l’occasion de bien se dégourdir les jambes.

Au Myanmar, ce fut peut-être la première fois de notre vie qu’on a fini par faire confiance aux rabatteurs sans vraiment avoir à le regretter par la suite. Comme la guesthouse réputée de Mister Charles (où nous avions d’ores et déjà prévu de trekker) était pleine, on s’est rabattus sur un plan B tout à fait improvisé. Le temps de comparer quand même un peu les prix, on a gentiment fait le tour de la ville. Hsipaw n’est pas particulièrement belle, toute de poussière avec sa grande route principale qui la traverse d’un trait. Pourtant, la petite ville jouit d’une ambiance détendue et, au fond, ne manque vraiment pas de charme. Nous y avons trouvé quelques bonnes adresses où se restaurer (c’est à dire à peu près partout et le plus souvent là où ne se trouvaient pas les touristes) et nous nous sommes promenés dans son pittoresque marché, le long de la rivière Dokhtawady (bien moins limpide que ce que nous avions pu lire), autour de Little Bagan (notre quartier préféré entre les temples sereins et le délicieux jardin de Miss Popcorn) et de l’ancien palais Shan ou encore jusqu’à la colline qui offre une vue agréable pour le coucher du soleil. Hsipaw n’était peut-être pas bien belle, mais tout ce que nous avons vu d’elle nous a plu.

DSC04558

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04569

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04581

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04587

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04594

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04602

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04607

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04617

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04635

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

En fait, c’est un peu comme le trek que nous avons fait par la suite. Les paysages brûlés (ce n’était pas la meilleure saison) n’avaient pas franchement de quoi nous ravir, mais la sympathie de notre guide et de nos compagnons de route et plus encore la douceur des villages traversés, les rencontres plaisantes et désintéressées (on nous offrait partout le thé, parfois un cigare… juste le bonheur après l’Inde), le délice des découvertes gastronomiques de la cuisine Shan (c’est la première fois que nous mangions des feuilles de thé mais aussi des feuilles de banian) et l’authenticité globale de l’expérience est finalement tout ce que nous aurons retenu de ce joyeux périple.

DSC04720

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04752

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04757

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04759

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04772

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04778

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04783

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04810

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04816

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04829

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04832

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04851

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04859

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04914

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04903

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

DSC04918

Hsipaw – Myanmar ©voyagesadeux

Avec cette deuxième destination de choix, légèrement hors des principaux sentiers touristiques, le doute était de moins en moins permis. Nous avions peut-être quelques a-priori sur le pays (surtout vis à vis de la politique, ce qui ne veut donc pas dire qu’ils n’étaient pas légitimes), mais le Myanmar était en passe de devenir l’un de nos pays préférés d’Asie. Il nous restait dès lors à affronter les sites les plus touristiques du pays pour confirmer ou non cette impression. Rendez-vous donc dans quelques jours à Bagan et au Lac Inle.

3 réponses to “Hsipaw, pour un trek tranquille au Myanmar

  • Merci pour ce beau voyage et ces tres bellles photos

  • Salut Marie et Matt,
    Je re-découvre le Myanmar à travers votre article. Il faut dire que c’est une destination « à la mode » en ce moment que l’on retrouve de plus en plus sur les blogs de voyageurs. Nous n’y avons jamais mis les pieds mais l’aventure nous tente de plus en plus. J’ai hâte de voir si les sites touristiques seront aussi beaux et aussi enthousiasmants.
    A bientôt.

  • Hsipaw, nous y étions en mars. The candle night market est le top, mais y aller à 4 heures du matin ; à 6 heures c’est plié. Fuir les touristes de la lodge de Mr Charles, mais à six kilomètres, ses dix bungalows de Mr Charles View Lodge sont le must. Bon voyage Fabrice, françoise @worldtrot

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :