Menu

Kerala #1 : notre arrivée de Calicut au Wayanad

Quand nous avons su que nous n’aurions qu’une petite dizaine de jours dans la Kerala (oui, c’est vrai ce n’est pas si mal) nous avons décidé d’en profiter au max en faisant appel à un professionnel. Nous n’avions pas de guide, le nôtre s’arrêtant à l’Inde du Nord et envisagions de faire les essentiels tout en sortant des sentiers battus et en passant par quelques petits détours préalablement choisis comme l’ashram d‘Amma. Tout ce beau programme en dix jours, rien que ça. Oui, nous ne sommes pas chiants…

C’est l’agence francophone Darshan Travel qui a accepté ce challenge fou que d’essayer de nous enchanter en tout point. Plutôt qu’un tout organisé avec chauffeur, nous avons opté pour un compromis d’aventure, avec du train, du bus, du bruit et des odeurs… bref de l’Inde authentique, comme elle nous fatigue parfois, mais comme on ne peut pas s’empêcher de la préférer à une expérience moins pimentée. Il faut croire que l’on commence à se faire aux goûts du pays. Arnaud, avec quinze ans d’expérience du sous-continent, a su nous séduire et nous concocter un petit programme adapté à nos envies. Toutes nos envies ! Première étape de notre itinéraire avec Darshan Travel ? Calicut.

Ne pas s’écarter du droit chemin

Calicut tenait plus d’une halte bienvenue sur une route assez longue depuis Mumbai que d’un passage obligé. On n’y y est resté d’ailleurs qu’une journée. On a laissé nos bagages à la consigne de la gare ferroviaire et on est partis au petit matin dans une Calicut encore endormie. Après un premier tour un peu décevant dans un énième centre-ville indien qui ne nous inspirait pas grand-chose, on a arrêté d’improviser (c’est qu’on avait du temps à perdre à 6h du mat) et ressorti le programme de Darshan Travel : visite du port de pêche, du marché et de la mosquée vieille de plus de 650 ans. On s’est mis en route en suivant cette fois les conseils d’Arnaud. Je crois que l’Inde est le premier pays que je traverse où je me serais trouvé dans un état vraiment lamentable si je n’avais pas de guide où d’indications pour me faciliter la vie. Les hôtels ont rarement de cartes de la ville dans laquelle ils se trouvent, les offices de tourisme existent pour la forme (quand ils existent) et les gens dans la rue, y compris les conducteurs rickshaws, vous raconteront tout et n’importe quoi, voire rien du tout la plupart du temps. C’est aussi ça la magie de l’Inde.

On a commencé par le petit port de pêche et déjà Calicut nous a paru plus mignonne, avec ses pêcheurs souriants et amicaux qui se sont arrêtés de tripatouiller leurs filets pour qu’on les prenne en photo avant même qu’on leur demande quoi que ce soit. Puis on est allés à la mosquée de Kuttichira, Mishkal Masjid, une jolie mosquée de bois, certainement la plus singulière que j’ai vue de ma vie, et Calicut a vraiment commencé à faire son petit effet. Dans cet agréable quartier musulman dont on comprenait enfin ce que la ville pouvait avoir de paisible, un sympathique habitant des environs nous a escortés jusqu’à deux autres mosquées très proches, d’inspiration similaire, tout en nous présentant un peu mieux la vie locale. Un joli moment que nous avons beaucoup apprécié. Nous avons pris notre temps et c’était déjà pour nous l’heure de quitter Calicut, à peine réconciliés avec cette dernière. En effet, le premier jour, nous avions prévu d’arriver dans l’après-midi à la deuxième étape de notre voyage au Kerala et nous étions déjà plus impatients au vu du programme.

DSC01173

La mosquée de Calicut – Kerala ©voyagesadeux

DSC01164

Les pêcheurs de Calicut – Kerala ©voyagesadeux

DSC01159

Le port de Calicut – Kerala ©voyagesadeux

 

Le Wayanad, ses montagnes et ses rizières

Le bus, ce cercueil roulant s’enfonçant à tombeau ouvert aussi bien sur l’asphalte, la poussière ou des chemins parfois inidentifiables à faire stresser Sébastien Loeb avec pour seule arme un klaxon et des résidus de freins, commence à serpenter sur une route de montagne de plus en plus verte. Le trajet est vertigineux. Comme pour aller au Machu Picchu en bagnole, quelques années plus tôt, cette route-là vaut toutes les montagnes russes de la Terre. En haut, après quelques frayeurs et des panoramas à couper le souffle, on retrouve du plat en passant sous une arche où il est écrit : Bienvenue dans le Wayanad. Je ne sais pas si Dany Boon arriverait à en faire un succès international, mais personnellement on sent d’emblée que ce Wayanad-là va nous faire rêver plus que nos Ch’tis. Avant les rizières, il y a le spectacle fantastique des plantations de thé et cette nature, partout, luxuriante, cette nature si belle, colorée et qui ressemble enfin à l’Inde exotique que j’avais vue dans les livres. Malmenés mais heureux, on atterrit à Kalpetta des étoiles plein les yeux avec un peu d’avance sur la nuit.

DSC01303

Rencontre du Wayanad – Kerala ©voyagesadeux

DSC01307

Immersion au Wayanad – Kerala ©voyagesadeux

 

 

Les villes du Wayanad, qu’il s’agisse de Kalpetta ou de Sulthan Bathery sont un peu moins moches que la plus part des villes en Inde mais elles restent des villes et c’est pour la nature avant tout que nous sommes venus dans cette zone peut visitée du Kerala, pourtant parmi les plus exceptionnelles selon les Kéralais eux-mêmes. On pose nos bagages dans une petite clinique ayurvédique pour un programme de deux jours mêlant soins relaxants et visites vertes. Marie se chargera de vous conter notre épisode « relaxation », me laissant me focaliser sur les paysages somptueux du Wayanad.

A la poursuite des tigres au Wayanad Wildlife Sanctuary

On se rend en bus à Muthanga (départ à 6h30, youpi !) pour entrer dans le sanctuaire ouvert à des heures assez restrictives : entre 8h et 10h et 15h et 17h. Il faut louer une jeep pour visiter les lieux et on a la chance de croiser un groupe de jeunes Indiens arrivé en même temps. On partagera les 500 roupies de frais de jeep. C’est Marie qui a la meilleure place, à l’avant, entre le chauffeur et le garde champêtre. On croise un éléphant, de nombreux cerfs, puis on tombe sur les traces du fameux tigre. On le piste pendant une vingtaine de minutes avant de perdre sa trace. Dommage. En même temps, quand je vois la protection toute relative que nous offre notre jeep, je me dis que ce n’est peut-être pas plus mal. Le safari continue avec son lot de cerfs, pour finir par un gros écureuil à longue queue. Nous n’avons pas été les plus chanceux, sans regret. Tant pis donc pour les tigres, cette virée au vert nous aura tout de même fait du bien.

DSC01207

Le Wayanad Wildlife Sanctuary – Kerala ©voyagesadeux

DSC01221

TIgre au Wayanad Wildlife Sanctuary – Kerala ©voyagesadeux

 

A la découverte des grottes d’Edakal

On est y allés dans la foulée, sans même savoir ce qu’on allait y trouver et c’est peut-être une des raisons qui faisait qu’on avait la banane plus que jamais. Avoir des surprises en voyage : quel bonheur ! Surtout quand elles sont bonnes. On a suivi la route en passant devant les boutiques locales, l’occasion de constater qu’il est possible de trouver du bon chocolat en Inde. On a découvert un site tout en escalier, qui grimpe, qui grimpe… heureusement, c’est aussi beau qu’ombragé, et surtout pas trop long. On passe dans une première grotte. Mouai, sympa. On arrive tout en haut. Ah, à ce niveau, la vue en jette.

DSC01267

Vue sur la région du Wayanad – Kerala ©voyagesadeux

 

On rentre dans la grotte principale et s’offre à nous le spectacle des écritures d’un temps lointain, quelque chose pouvant remonter à 7000 ans avant Jésus-Christ. On ne comprend pas tout, mais on profite des commentaires de quelques guides tout en savourant la fin d’une délicieuse journée.

DSC01265

Grottes d’Edakal – Kerala ©voyagesadeux

 

Le Wayanad, pour nous, c’est déjà quasiment fini. Cela restera un de nos meilleurs souvenirs en Inde et l’on regrette sincèrement de ne pas avoir pu y passer un peu plus de temps. Après l’Inde du Nord, on s’était dit qu’on ne reviendrait peut-être jamais dans ce pays. Voilà que le Kerala est doucement en train de nous faire changer d’avis. Et ce n’est que le début…  

 

Une réponse to “Kerala #1 : notre arrivée de Calicut au Wayanad

  • Nous avions commencé par le Kerala et nous sommes désormais dans le Tamil Nadu et on fait face désormais à une autre facette de l’Inde. Il est clair qu’une fois qu’on a gouté au Kerala, on a envie de revenir et d’en découvrir plus !

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :