Menu

Que faire à McLeod Ganj ? Nos dix conseils pour apprécier la ville du Dalaï-Lama

A notre arrivée en Inde, après avoir échappé à Delhi et son boucan infernal, nous voulions nous poser au vert pour nous détendre, prendre notre temps, apprivoiser ce nouveau pays qui allait nous adopter pour les quatre prochains mois. Je voulais prendre des cours de yoga et Matt voulait rencontrer le Karmapa. On a donc coupé la poire en deux : quinze jours à McLeod Ganj et quinze jours à Rishikesh. Pas de jaloux.

Que faire dans un si petite village comme McLeod Ganj pendant quinze jours ? On vous confie nos dix secrets.

McLeod Ganj ©voyagesadeux

McLeod Ganj ©voyagesadeux

Se faire masser

Pour commencer notre séjour sur les chapeaux de roue, on s’est offert un massage d’une heure chacun pour même pas 10€. On en trouve à tous les coins de rue, mais on a préféré faire confiance à une adresse conseillée par le Lonely Planet : l’Holistic Ayurvedic Massage Centre. Entre le massage ayurvédique (à l’huile chaude de sésame donc) et quelques techniques tibétaines, les massages de Shami et de ses praticiens ont remis nos colonnes vertébrales en place après les 12h cahoteuses de bus que l’on venait de leur faire subir. J’ai littéralement craqué des pieds à la tête et Matt, habitué aux massages en orient, a confirmé que le savoir-faire était au rendez-vous.

Du bénévolat

Le futur de la culture Tibétaine étant désormais entre les mains de ses réfugiés, de nombreuses associations caritatives sont mises en place à McLeod Gang pour la préserver. Et l’aide supplémentaire que peuvent apporter les touristes de passage est toujours bienvenue. Garder les enfants, enseigner le français, l’anglais ou l’informatique, créer des vêtements, trier les dons reçus… il y a toujours quelque chose à faire ! Pendant notre séjour, l’association Rogpa venant en aide aux femmes tibétaines et leurs enfants, organisait un festival dont les fonds étaient reversés pour la garde et l’éducation des petits tibétains. Pendant deux jours, j’ai trié les tonnes de vêtements reçus et aidé à la kermesse pour amuser les petits, mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Si vous voulez vous rendre utile, vous pourrez toujours trouver un endroit où le faire à McLeod Ganj.
Bénévolat avec l'association Rogpa - McLeod Ganj ©voyagesadeux

Bénévolat avec l’association Rogpa – McLeod Ganj ©voyagesadeux

 

Apprendre le tibétain

Toujours dans un souci de préserver la culture tibétaine, et de rajouter pourquoi pas une corde originale à votre arc, vous pourrez profiter de votre séjour à McLeod Ganj pour apprendre le tibétain. Evidemment, ce n’est pas en trois jours que vous pourrez tenir une conversation avec le Dalaï-Lama, mais si vous comptez rester un bon mois, vous pourrez acquérir les rudiments.

Prendre des cours de cuisine

A l’instar des salons de massage, les cours de cuisine ne sont pas non plus ce qui manque à McLeod Ganj. J’ai failli m’inscrire à un stage de cinq jours, puis j’ai finalement préféré prendre des cours ailleurs en Inde. Il faut bien avouer que la cuisine tibétaine est assez pauvre même si elle est parfois métissée de saveurs chinoises. Quant aux momos, les fameux raviolis tibétains, ils m’ont semblé faciles à préparer sans prendre de cours. Si vous êtes une bille en cuisine, ces cours sont cependant très utiles et surtout pas chers du tout ! (8€ pour un stage de cinq jours)

Momos café à McLeod Ganj ©voyagesadeux

Momo café à McLeod Ganj ©voyagesadeux

Aller aux enseignements du Dalaï-Lama

C’est un peu la raison numéro un de tout séjour à McLeod Ganj. Au départ, nous ne pensions pas pouvoir rencontrer Sa Sainteté, étant donné que nous n’avions pas vu son emploi du temps. Il était absent à notre arrivée et de toute façon, nous voulions avant tout rencontrer le gourou de Matt : le Karmapa (deuxième figure la plus importante du bouddhisme). Malheureusement, le Karmapa installé à côté de McLeod GanJ n’est pas celui qui intéressait Matt (oui, la lignée rencontre quelques complications en ce moment) et finalement le Dalaï-Lama est revenu. On est donc allé suivre les enseignements trois jours durant de ce petit bonhomme bourré d’humour et de sagesse. Chaque moment passé en sa compagnie fut plus relaxant que n’importe quel massage dans un grand spa. On en est ressortis grandis et heureux, apaisés et plein de bonnes résolutions qu’on espère tenir (surtout moi, la boule de nerfs), à commencer par ignorer les mauvaises ondes (bonjour l’angoisse dès notre retour en France).

Pour en savoir plus sur l’enseignement du Dalaï-Lama, lisez ICI le résumé de Matt

McLeod Ganj ©voyagesadeux

McLeod Ganj ©voyagesadeux

Rencontrer des moines

Toujours souriants et polis, les Tibétains sont un peuple chaleureux, contents de partager leurs connaissances sur leur culture et aider leur prochain dès qu’ils le peuvent. Une attitude due certainement à leur érudition (la place de l’éducation est très importante dans le bouddhisme) et leur spiritualité. Nous avons ainsi pu partager de bons moments notamment avec des moines, heureux de nous accueillir à l’une de leur cérémonie dans un temple (à condition de ne pas prendre de photos) et même de répondre à nos questions sur la situation actuelle du Tibet. A ce sujet, on vous brossera bientôt le portrait de Bagdro, moine génial rencontré au hasard d’un dîner au restaurant préféré de Richard Gere (l’anecdote la plus insolite du voyage).

DSC05272

Notre rencontre avec Bagdro à McLeod Ganj ©voyagesadeux

DSC05230

Les moines de McLeod Ganj ©voyagesadeux

Se reposer au vert

Profitez-en tant que McLeod Ganj ne s’est pas encore trop étendu dans les montagnes alentours pour transformer la nature en barres d’immeubles. Il faut désormais faire quelques kilomètres en direction des villages voisins (Naddi reste notre préféré pour sa vue imprenable sur la chaîne de l’Himalaya) pour se mettre entièrement au vert, mais certains points clé dans McLeod Ganj permettent encore de respirer de l’air pur. La promenade bordée de drapeaux qui descend du temple du Dalaï-Lama est par exemple assez géniale avec tous ses singes et ses vaches sur le chemin. Sinon, le petit escalier escarpé après l’Om Hotel (où la vue sur toute la vallée est au passage extraordinaire) qui mène au Gompa de Tsechokling et le site surprenant de l’église St John in the Wilderness sont parmi les alternatives les plus recommandables.

Du shopping responsable

Les Tibétains, en plus d’être plus honnêtes avec les touristes que les Indiens, sont travailleurs. De nombreuses boutiques le prouvent. On pourra offrir des cadeaux faits main de toutes sortes. Carnets, colliers, écharpes, produits de beauté, robes… le choix est large et les prix sont souvent fixes. Pas de négociation et des fonds reversés à des associations aidant la culture tibétaine. Autant de raisons de faire son shopping à McLeod Ganj.

Connaître son avenir

Au sud de McLeod Ganj, juste en face du siège du gouvernement en exil, on pourra prendre rendez-vous avec un astrologue à l’hôpital tibétain du Men-Tsee-Khang. Assez chère (100$) la consultation de 45 minutes permet d’avoir un thème général. Pour les points essentiels, la date de naissance de son futur enfant ou d’autres questions brûlantes de ce genre, on pourra prendre rendez-vous après avoir rempli un formulaire pour aider l’astrologue dans sa recherche. Lors de mon passage, une attente de sept mois était à prévoir. J’ai donc évidemment laissé tomber l’idée mais peut-être que j’obtiendrai mes réponses par mail. Les astrologues de l’hôpital tibétain peuvent en effet envoyer leurs prévisions par internet.

Se faire soigner par les plantes

Toujours à l’hôpital tibétain au sud de McLeod Ganj, on pourra tenter une autre médecine, bien plus douce que celle que l’on pratique majoritairement en occident : la médecine naturelle. Après avoir visité le petit musée des sciences de l’hôpital, qui expose les différents composants que l’on peut retrouver dans les traitements tibétains, j’ai voulu tenter l’expérience pour ma mère. Tous les matins, de 5h à 13h, le médecin tibétain reçoit les patients sans rendez-vous et conseille un traitement complètement à base de plantes ou de composants naturels, préparé sur place par les gentilles pharmaciennes aux allures de petites fées. J’en suis ressortie avec un traitement pour trois mois envoyé directement en France (le tout pour 73€) et on vous dira bientôt si la magie tibétaine a opéré sur ma maman !

 

McLeod Ganj ©voyagesadeux

McLeod Ganj ©voyagesadeux

Pour finir : le troisième épisode de notre série « A 8mm de ». Passez en HD et enjoy !

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :