Menu

Infos pratiques : ce que nous avons appris en Roumanie

Infos pratiques : quelques anecdotes sur la Roumanie

Bucarest nous a semblé être une capitale en déclin. Des bâtiments imposants en ruines, des quartiers complets de misère, un accueil peu chaleureux, des arnaqueurs à chaque coin de rue (3 en 3 jours, on trouve que ça fait beaucoup)… En bref, on ne porte pas spécialement cette ville dans nos cœurs.

La Transylvanie en revanche nous a charmés en tous points. Beaucoup mieux accueillis, on a trouvé à cette région un sens de la famille que nous n’avions pas vu depuis l’Amérique du Sud. Toutes nos rencontres se sont livrées sur l’histoire du pays avec force de détails, comme pour nous faire partager leurs connaissances et nous faire tomber amoureux de la Roumanie. Mission réussie même si certains faits historiques ne sont pas glorieux puisque corruption et querelles rurales jouent pour beaucoup dans le folklore, encore aujourd’hui.

Cette région est la plus touristique de Roumanie, même si avec 60% de touristes roumains par an, elle est encore relativement peu plébiscitée à l’international.

La Transylvanie c’est aussi les Carpates et 10 stations de skis pour en profiter l’hiver.

On aura évidemment aussi appris que la Roumanie n’est pas un pays de vampires (même si certains politiciens ont les dents longues). Le Château de Bran, symbole touristique de la Transylvanie, n’a même pas été habité par Dracula.

Le roumain est une sorte d’esperanto aux sonorités chantantes mêlant aussi bien des mots d’italien que d’allemand et même un peu d’espagnol et de français. Les seuls cependant à pouvoir (parfois) les comprendre restent les Luxembourgeois de par leurs racines saxonnes communes.

Contrairement à ce pensent certains ignorants, non, les Roumains ne sont pas des Roms ! «Ramener» un Roms en Roumanie  contre 300€ n’a donc jamais été une solution viable. Allez donc demander son avis sur la question à un Roumain et vous verrez ce qu’il en pense. Les Roms, appelés gypsies par les Roumains sont (et ont toujours été !) des gens du voyage qui sont arrivés d’Inde il y a des siècles. Parfois encore moins aimés en Roumanie qu’en France, le pays a pourtant tenter de « les aider » en les sédentarisant dans des barres d’immeubles (ça vous rappelle quelque chose ?) Habitués à vivre dehors, faire du feu et travailler de la terre, ils n’ont pas toujours su s’adapter et ont longtemps été les esclaves des Roumains. Aujourd’hui, si certains Roumains leur reprochent un certain goût pour le chômage et la boisson, ce n’est pas clairement une généralité non plus et les choses ont l’air de se stabiliser avec le temps.

Infos pratiques : les transports en Roumanie

La Roumanie étant l’un des pays d’Europe les moins riches du continent, pour des touristes Français, il est facile de se déplacer sans se ruiner. A Bucarest, si l’on reste dans le centre, on pourra ainsi se déplacer en taxi (1.39 lei par kilomètre, soit environ 40 centimes) pour à peu près le même prix que le métro lorsque l’on est deux.

Notre conseil : bien faire attention au tarif kilométrique du taxi inscrit normalement à l’extérieur, et exiger le compteur pour ne pas avoir à payer une course au gré des envies exorbitantes du chauffeur.

On peut rejoindre facilement Brasov en train, capitale de la Transylvanie. Il existe plusieurs possibilités plus ou moins rapides et donc plus ou moins chères. Nous avons payé 50 leis à deux, soit 12€, pour quatre heures de trajet (et une vue magnifique !) dans un train régional.

En Transylvanie, on vous conseille de louer une voiture pour vous déplacer facilement.  On peut trouver une petite KA pour 18€ par jour avec les kilomètres illimités. Toutes les voitures de location en Transylvanie doivent être pourvues de pneu hiver !

Attention : les Roumains conduisent très très très vite (mais pas très très très bien) !

Pour rejoindre Bucarest avec notre pass  illimité Eurolines, nous avons du partir de Vienne. C’est visiblement un trajet très emprunté puisque le car était plein.

Notre conseil : arrivez longtemps à l’avance pour avoir de bonnes places dans le car.

Ce voyage est assez long (16 h !) mais fait de nombreuses pauses. Dans les petites villes desservies lors des ces pauses, on peut facilement payer en euros si on n’a pas eu le temps de faire du change, pour manger ou aller aux toilettes.

Attention : la gare Eurolines est très éloignée du centre. On vous conseille de prendre un taxi pour le rejoindre rapidement ou un bus (2 lei = 60 cents)

Infos pratiques : la gastronomie en Roumanie

Un repas roumain commence généralement par une petite fiole de palinca, un alcool de prune assez fort, que l’on déguste avec des bouts de lards grillés et assez gras, du pain et des oignons. C’est assez spécial…

La cuisine traditionnelle de Transylvanie est riche et délicieuse. On a particulièrement aimé les sarmale (choux farcis) et la « religieuse » à la cerise.

Le vin roumain en revanche, de par le rare ensoleillement du pays, n’est pas vraiment notre préféré. Après la Hongrie, difficile de lui accorder beaucoup d’importance.

Enfin, la Roumanie est un pays carnivore qui ne lésine pas sur la quantité de viande servie à toutes les sauces.

Attention : les bars et restaurants en Roumanie sont pratiquement tous fumeurs !

 

2 réponses to “Infos pratiques : ce que nous avons appris en Roumanie

  • Ca fait plaisir de lire votre article sur la Roumanie! J’ai vécu un an à Cluj-Napoca, en Roumanie justement et je suis totalement amoureuse du pays depuis (au point d’avoir passé 2 ans avec un roumain et d’apprendre la langue) par contre, c’est vrai qu’ils conduisent comme des pieds! Je me souviens être arrivée en bus (Angers-Cluj, 48h de car, la folie!), le conducteur conduisait bien jusqu’à ce qu’on passe la Hongrie. Là, ils commençait à se lâcher un peu, mais arrivé en Roumanie il s’est complètement lâché: dépassement en route de montagne option excès de vitesse et téléphone à la main. J’ai jamais vu ça. Une fois en taxi, le conducteur a failli écraser un piéton qui ne courrait pas assez vite. Mais à part ça, ils sont très attachant les roumains! Bon, du coup je vais finir de lire vos articles 🙂

  • Gypsi c’est aussi comme ça qu’ils appellent les roms dans les pays anglo-saxon.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :