Menu

Brasov : nos premiers pas en Transylvanie

Après la petite déception de Bucarest, Brasov était plus que bienvenue pour changer d’air et nous montrer une autre image de la Roumanie. J’allais enfin réaliser un vieux rêve : découvrir les Carpates et la Transylvanie. Je ne cache pas que, fan des histoires de vampires depuis mon adolescence, j’avais le secret espoir de marcher sur les traces de Dracula. Notre hôte, le gentil guide Ionut, nous a prévenus d’entrée de jeu : les Roumains n’aiment pas être associés à l’image des suceurs de sang. Et bien que j’ai vu le soir de notre arrivée quelques enseignes à la typo gothique et deux ou trois échoppes de souvenirs vendant du vin au nom du plus célèbre des vampires, notre séjour à Brasov nous a prouvé que la capitale de la Transylvanie a bien d’autres choses à offrir que de vilaines marques dans le cou.

Au plus près d’un patrimoine haut en couleurs

Brasov, nous l’avons d’abord découverte dans notre assiette comme Matthieu vous en parlait ICI, avec des spécialités culinaires parfois très spéciales justement. La Palinca tout d’abord, pour déboucher le transit en apéritif, que l’on déguste avec des petits crackers de lard grillés, puis tout une symphonie de saveurs avec des choux farcis, des soupes bien copieuses et des religieuses à la cerise absolument divines.  A l’instar de certaines régions du Chili ou du Pérou, nous avons retrouvé en Transylvanie une certaine fierté du patrimoine qui est donc préservé jusqu’aux habits traditionnels portés par les serveurs, sinon à travers l’artisanat très coloré vendu dans des petites boutiques ou au bord de la route par des mamies aux doigts de fée. Si nous n’avions pas continué le voyage en Inde après notre trip Eurolines, j’aurais d’ailleurs sûrement craqué pour ces jolis œufs peints à la main avec une richesse de détails assez impressionnante.

 

Au cœur de la ville, de monument en monument

Brasov, c’est aussi cette ville paisible et riche d’une histoire ancestrale à découvrir via de nombreux monuments comme la synagogue, l’église noire (première attraction touristique de la ville) et l’église orthodoxe de la place principale. C’est certainement dans ces trois lieux saints et leurs alentours qu’on pourra prendre le pouls de la ville. Au petit matin, observer le rituel des pratiquants orthodoxes est un vrai spectacle. Se promener ensuite jusqu’à la synagogue en passant par la rue la plus étroite d’Europe – la fameuse StradaSofrii – permet de s’éloigner un peu du centre-ville et profiter du calme qui émane de Brasov. Terminer par l’église noire et son admirable clocher offre enfin une autre idée de l’architecture roumaine.

Mais outre ses édifices religieux, Brasov est une ville historique aussi pour ses belles portes, comme celle de Catherine, sous laquelle on peut passer pour rejoindre l’ «allée derrière les murs un peu plus loin».

La porte Catherine de Brasov ©voyagesadeux

La porte Catherine de Brasov ©voyagesadeux

Au pied des montagnes et au-dessus des toits

Brasov, c’est finalement et surtout cette jolie ville posée au cœur des Carpates, avec son nom écrit dans les hauteurs en lettres capitales comme à Hollywood, appuyant une dernière fois le sentiment de fierté propre à toute la région. Pas besoin d’aller bien loin pour s’offrir une balade dans ces montagnes, il suffit par exemple de rallier les deux tours (la noire et la blanche) par la fameuse « allée derrière les murs » qui surplombe la ville. Nous avons eu la chance de nous y promener en octobre, au moment où les feuilles de toutes les couleurs tombent à notre passage. Une certaine idée du romantisme qui sied si bien à l’automne avec en prime la chance de pouvoir découvrir Brasov en hauteur.

Pour obtenir une autre vue sur tout Brasov, on pourra aussi se rendre à la citadelle, l’endroit préféré des amoureux pour prendre leurs photos de mariage. On les comprend quand on voit le panorama magnifique qui s’étend au pied de cette immense salle des fêtes en forme de village perché.

DSC04062

La citadelle de Brasov ©voyagesadeux

DSC04310

La citadelle de Brasov ©voyagesadeux

Encore plus près, on vous a concocté une petite vidéo « à 8mm de Brasov » :

 

L’hôtel Armatti, à deux pas du centre-ville

Nous avons eu la chance d’être invités deux nuits au très design hôtel Armatti, situé à proximité de l’arrêt de bus qui dessert le centre-ville quand on arrive de la gare ferroviaire de Brasov. Ouverte très récemment, cette adresse propose des chambres doubles très confortables et toutes équipées (wifi, télé, petit bureau, plateau de courtoisie…) à la déco épurée et lumineuse qui nous a particulièrement plu.  On ne saurait dire si on a préféré la première nuit dans la chambre en sous pente, très douillette ou la seconde plus spacieuse avec son immense baie vitrée. Si on doit trancher, la belle vue sur les Carpates l’emporte ! Le truc en plus ? Le futur spa, en travaux au rez-de-chaussée, parfait pour se détendre au chaud. Le tout pour 85€ la nuit, petit-déjeuner inclus.

Ce qu’on a préféré ? L‘accueil chaleureux du personnel, propre à la région

La couchette, déjeuner de luxe à la sortie de la gare

Pour notre dernier déjeuner, nous avons également été invités à tester la carte de La Couchette (en français dans le texte !), le restaurant du très beau Kronwell Hotel situé juste en face de la gare. On ne peut pas rêver mieux pour attraper son train sans se presser ! Installé au rez-de-chaussée dans un décor qui invite au voyage en train, comme le laisse présager son nom, La Couchette est le lieu de rendez-vous idéal des amoureux qui veulent goûter une cuisine gastronomique moderne et savoureuse. Nous avons fêté la fin de notre séjour en Europe par un virgin mojito au gingembre et une bière locale en apéritif, puis on s’est laissé tenter par des raviolis au brie, à la truffe, aux asperges et aux tomates séchées en entrée. Une succulente découverte que l’on a partagée avant d’attaquer respectivement nos gros morceaux de viande (on voulait faire le plein avant notre voyage en Inde qui s’annonçait vegy !) eux aussi savamment cuisinés. Quant aux desserts : un vrai délice ! Bref, un sans faute de A à Z : on ne pouvait rêver meilleur déjeuner !

Ce qu’on a préféré ? Le twist légèrement fusion apporté à la carte (notes de soja ou raviolis ouverts en forme de samossa par exemple) ainsi que la déco qui rend hommage aux grands voyageurs adeptes du train comme Hemingway.

Last but not least, nous avons également eu droit à un petit tour du Kronwell Hotel avant notre retour à Bucarest. Outre les chambres très spacieuses et elles aussi très modernes, adorées des couples (et on les comprend !) ce qui nous a particulièrement marqué reste l’immense spa au sous-sol. Accessible également sans être client de l’hôtel, tout comme la très grande salle de sport, le spa du Kronwell Hotel propose un choix extraordinaire de soins en tous genres, de saunas, hammams et une très grande piscine couverte.

Certainement l’un des plus beaux spas qu’on ait vu !

On espère de tout cœur vous avoir donné envie de découvrir cette belle ville de Roumanie et on vous donne rendez-vous rapidement pour vous faire découvrir les alentours de Brasov, dans la Transylvanie profonde et pleine de surprises ! 

2 réponses to “Brasov : nos premiers pas en Transylvanie

  • C’est fou comme ca ressemble vraiment aux films de Dracula ! En tout cas ca à l’air magnifique à voir. Et votre hôtel semble top, notamment la chambre et la cuisine!

  • Magnifique, la ville médiévale de Brasov! Marquée par l’influence architecturale de l’époque où les Saxons (« sași » en roumain) étaient les maîtres du Sud de la Transylvanie,la ville possède aussi des empreintes de la présence des Hongrois, de l’Empire des Habsbourg (ultérieurement l’Empire Autrichien-Hongrois) et, bien sûr, de l’influence roumaine. La présence de la petite montagne Tampa et le voisinage des majestueuses Montagnes Carpates complètent le paysage. Une ville à voir absolument.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :