Menu

Infos pratiques : ce qu’on a appris à Budapest

Infos pratiques : nos anecdotes à Budapest

Budapest fut autrefois coupée en deux parties : Buda et Pest. Aujourd’hui, elles ne forment plus qu’un, même si on peut encore voir par endroits la limite des anciennes villes.

Budapest a longtemps souffert de la pression soviétique et de nombreuses victimes s’étant levées contre elle sont encore honorées, notamment celles de l’insurrection de 56 sur les piliers du bâtiment de la radio, criblés de balles.

Seul lot de consolation de la fin de cette période : la plupart des habitants sont aujourd’hui propriétaires de leur appartement.

La Shoah a aussi fait des ravages à Budapest. On au voir un beau mémorial installé sur les rives du Danube, sous forme de chaussures en plomb rappelant la fusillade qui décima dix mille juifs. Fin de la guerre oblige, et pour faire des économies, les nazis avaient pour ordre de n’utiliser qu’une balle pour un père et son fils…

IMG_20141009_125521

La politique actuelle n’est pas bien plus glorieuse. Le Premier Ministre, Viktor Orban, extrême gauchiste au look d’intellectuel de province dans sa prime jeunesse, a retourné sa veste de costume et son « alliance de jeunes démocrates » pour la rendre plus conservatrice que n’importe quel parti de droite. Il n’en reste pas moins populiste et du haut de ses 51 ans à peine (mais déjà 26 ans en politique !), il risque de changer la constitution avant les prochaines élections pour devenir vizir à la place du vizir (le Président Ader, simple poupée à signer).

Un dicton hongrois dit d’ailleurs « si tu n’es pas communiste quand tu as 20 ans, c’est que tu n’as pas de cœur, mais si tu l’es toujours à 40, c’est que tu es complètement con. »

Pour continuer à gagner le coeur du peuple, il l’oblige à le remercier chaque année pour les économies faites sur l’électricité. Chaque habitant doit inscrire sur sa porte : « cette année, j’ai économisé tant grâce au gouvernement de Monsieur Orban »…  sous peine d’amende ! C’est-y pas mignon ?

Fan de foot, il injecte beaucoup d’argent pour l’équipe nationale (qui n’a pourtant pas passé une sélection en coupe du monde depuis 1986) et a offert un immense stade à son village natal… qui n’est jamais rempli !

Evidemment, cette politique laisse plus de place à des partis plus obscures, comme celui d’extrême droite qui a obtenu dernièrement un chiffre record de 18%… et plus de places au Parlement. Ça ne vous rappelle rien ?

Les Français ne sont pas les plus appréciés du monde (et on le confirme personnellement) depuis le traité du Trianon qui a d’ailleurs poussé la Hongrie à se rallier aux nazis. Ce même traité à rendu Roumains 5 millions de Hongrois (mais ne leur dites surtout pas qu’ils sont roumains, ils risqueraient de ne pas apprécier !)

Anecdotes plus joyeuses : le mot hongrois le plus long fait 44 lettres et on doit à Budapest deux stars dont Robert Kapa (un photographe de guerre absolument brillant) et l’inventeur du Rubik’s cube !

Infos pratiques : gastronomie à Budapest 

Le roi de la cuisine hongroise reste le paprika que l’on retrouve à toutes les sauces, mais il faut aussi goûter le goulash, les strudels, les crêpes Gundel et, si on a la foi, le langos…

IMG_20141010_130337

Infos pratiques : transports à Budapest

Budapest peut se targuer d’avoir le premier métro continental d’Europe. Si vous ne le prenez pas (Budapest se visite facilement à pieds) visitez au moins quelques-unes des stations historiques de la première ligne qui sont très belles. La ligne trois a quant à elle encore quelques wagons soviétiques et la quatre, ouverte en mars dernier et qui prévoyait huit stations de plus à l’origine, a été réalisée par plusieurs designers.

IMG_20141010_110952

Pour emprunter le métro à Budapest, on vous conseille de prendre la Budapest Card qui, en plus de vous octroyer plusieurs réductions et des entrées gratuites dans de nombreux points d’intérêt de la ville (restaurants, musées, bains) vous permet aussi de ne pas payer les transports : métro, bus et tram (à prendre au moins une fois pour se balader le long du Danube). A noter, un ticket de métro coûte environ 1€.

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :