Menu

Bratislava, une après-midi au coeur de la Slovaquie

Ça commence dans un hostel. Pour y arriver, on n’a pas suivi les conseils d’un Hollandais un peu louche, juste les avis d’un site sur Internet. Sur place, on a bien croisé quelques bimbos montées sur talons aiguille mais elles ne nous ont pas embarqués dans des bars bizarres et on ne s’est pas réveillés les pieds littéralement cloués au sol d’une cave isolée. Non Eli Roth, tu es un menteur : Bratislava n’a rien d’un film d’horreur ! C’est même plutôt tout le contraire.

En même temps, il n’y a bien que l’histoire farfelue d’Hostel qui se déroule en Slovaquie. Le lieu de tournage, lui, était plutôt à Prague (et on est passés complètement à côté malheureusement.. . ou pas ?). A ce sujet, le réalisateur précise même : « J’ai choisi la Slovaquie car les Américains ne savent même pas que ce pays existe ! Quand j’ai dit à des amis que j’allais tourner à Prague, ils m’ont répondu : « Oh, la Tchécoslovaquie ! Emporte du papier hygiénique ! » Ils pensent que c’est un pays communiste comme dans les années 1950. Je savais que les Américains ne feraient pas la différence entre la République tchèque, la Slovaquie et la Tchécoslovaquie. Je joue avec les stéréotypes qu’ils ont dans la tête.» (source : Le Figaro).

 Sauf que nous mon petit gars, on n’est ni Américains ni nuls en géo ! Ou pas tant que ça…

 Bratislava ©voyagesadeux

Bratislava ©voyagesadeux

Loin de l’image sanguinolente du fameux slasher donc, Bratislava nous a accueillis un soir d’octobre, hard rock à fond, en plein festival de métal. On a passé notre tour pour se concentrer sur ce que cette petite capitale avait à nous dévoiler de mieux (pas qu’on déteste le hard rock… quoique). Et autant vous le confirmer de suite : oui, Bratislava se visite en une journée. Comme on y était pour quatre nuits, ça nous a laissé le temps de travailler (parce que ça nous arrive un peu des fois, quand même !) et de visiter les alentours de la ville.

Pour aller à l’essentiel, nous sommes allés en bons touristes directement à l’office de tourisme justement. Première surprise, nous sommes orientés par un gentil Slovaque passionné par la danse folklorique de son pays et qui parle un français presque parfait. Il nous confesse lui-même que sa jolie ville ne se visite qu’en une après-midi et nous conseille donc des visites plus excentrées pour le reste du séjour.

Que voir à Bratislava ?

  • le cœur historique avec sa porte et sa place centrale où se prendre en photo à côté de Napoléon
  • des statues originales comme celle d’un travailleur dans les égouts ou d’Andersen
  • des chiens habillés tout en rose, des pattes aux oreilles
  • un restaurant en forme d’ovni planté en haut d’un pont
  • le château, avant tout pour la vue sur le Danube
  • la gare routière (oui oui) pour le street-art que l’on peut y admirer
  • l’église bleue aux allures de grosse pièce montée tout en sucre
  • quelques cafés de hipsters aux prix plus que français (mais au cadre plutôt cool)
  • les jardins du palais présidentiel, petit poumon vert revigorant

Et c’est à peut près tout… C’est joli, c’est mignon, parfois même insolite, mais c’est rapide.

Pour le reste, c’est véritablement une ville accueillante, peut-être l’une des plus chaleureuses de notre séjour, notamment grâce à l’accueil de ses habitants. Dommage qu’on vienne la visiter plus généralement quand on arrive de Vienne ( à 45 minutes de train) ou pour faire la fête entre amis. A ce sujet, si vous recherchez l’ambiance hostel, (l’auberge de jeunesse, pas le film, ou alors vous avez un sacré problème !), on vous conseille le Patio, l’adresse la plus connue de la ville, où nous avons dormi quatre nuits à deux pour 106 euros, taxe de séjour comprise.

Mais plus que Bratislava, c’est la Slovaquie qui vaut véritablement le détour et mérite qu’on prenne un pied-à-terre dans la capitale pour quelque nuits. Matt vous racontera tout ça bientôt. Stay tuned !

 

 

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :