Menu

Infos pratiques : ce que l’on a appris à Venise et Milan

Anecdotes sur Venise et Milan

Cliché n°1 : On nous avait dit de Venise que c’est une ville qui sent mauvais. On n’a pas du tout eu cette impression.  Cliché N°2 : On nous avait dit de Venise que c’est une ville en train de couler. Après avoir vécu un déluge qui a fait déborder les canaux dans les restaurants, on valide.

A part ça, on aura aussi appris (et vécu !) que Venise est la deuxième ville européenne la plus touristique après Paris et que plusieurs de ses îles ont failli être vendues, notamment Poveglia (réputée hantée) pour éponger la dette publique de l’état.

Ce n’est sûrement pas le Palais des Doges et son incroyable pont des soupirs, qui domina toute la région pendant plusieurs siècles, qui risque en revanche d’être revendu.

Au sujet de Milan, notre visite express nous a surtout permis de découvrir une architecture presque aussi hétéroclite qu’à Buenos Aires, avec du design et du baroque dans un seul pâté de maison.

Gastronomie à Venise et Milan

De par sa situation géographique, la cuisine vénitienne est très inspirée par la mer. Pâtes aux palourdes, à l’encre de seiche, fritto misto…

On trouve aussi des pâtisseries vénitiennes délicieuses, ressemblant à des gros cookies au chocolat, à la pistache et généreusement garnis d’amandes ou de noix.

Le café à l’orge est un café que nous avons découvert à Venise. Considéré comme le café du pauvre, il reproduit la couleur et plus ou moins le goût (plutôt moins que plus) du vrai café même s’il n’en contient absolument pas.

A Milan, on vous déconseille de grignoter un sandwich aux alentours de la place du Duomo mais on vous conseille les très copieuses parts de pizzas chez Gaffurio, dans le quartier de la gare centrale.

Transports à Venise et Milan

A l’intérieur de Venise, on peut largement se déplacer à pieds… ou s’offrir une balade en gondole (80€ les 30 minutes, 110€ les 35 minutes #wtf). Si on réside à Mestre (qui fait partie de la même région) on peut se rendre à Venise en 10 minutes de bus (1.30€) ou de train (1.25€).

Pour rejoindre les autres îles de la lagune, à moins d’avoir son propre petit bateau, il n’existe qu’un seul moyen : le vaporetto. Nous avons choisi de prendre une carte 24h pour nous déplacer à volonté (20€ par personne) ce qui revenait moins cher qu’un aller simple (4€) ou un aller d’une heure (7€).

De Venise à Milan, nous n’avons pas pu prendre le bus avec Eurolines car le passe illimité de la compagnie ne permet pas de réaliser un trajet dans le même pays que celui du départ. Nous avons donc hésité avec le covoiturage (nous avions trouvé une voiture à Padoue (13€ par personne) mais avons finalement pris le train régional à la gare centrale Santa Luccia de Venise (18.90€) qui s’arrête à Vérone le temps d’un changement et met en tout 4h pour arriver à Milan. A noter que le train express est beaucoup plus rapide (2h) mais aussi beaucoup plus cher ! (35€)

A l’intérieur de Milan, après avoir été bluffé par l’impressionnante gare centrale, le métro est plus qu’utile pour se rendre d’un bout à l’autre de la ville qui reste quand même très étendue. Si on peut faire le centre-ville à pieds, mieux vaut se déplacer avec l’une des trois lignes de métro pour le reste (4.50€ à la journée par personne).

Hébergement à Venise et Milan

Dur de trouver un hôtel pas cher et confortable à Venise, mais pas impossible. On vous conseille le très bel hôtel Dalla Mora et sa vue très plaisante sur les canaux (entre 85€ et 110€ la chambre double en haute saison). Pour faire encore plus d’économies, mieux vaut s’y prendre longtemps à l’avance et regarder du côté de Mestre où l’on peut trouver des chambres très sommaires (45€).

A Milan, nous avons eu la chance d’être invités au Adi Doria Grand Hôtel, idéalement situé près de la gare centrale.

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :