Menu

Notre course contre la montre à Milan

Milan aura été une course folle. Nous ne serons restés qu’une petite journée sur place : une courte nuit à l’hôtel, une matinée de stress et un après-midi à courir partout dans la ville… Retour sur l’épisode le plus mouvementé de notre voyage :

 Si la nuit au Doria Grand Hotel aura d’abord été très sympa, le réveil et jusqu’au petit-dej’ ne laissait augurer, à leur tour, que des bonnes choses. Oui, mais voilà, nous avions prévu de partir le lendemain en fin de journée pour Munich dans le but d’assister à la fête de la bière et nous n’avions pas pu réserver nos billets de bus (nous avions fait une demande par mail deux jours auparavant mais qui était reste sans réponse) avant le jour fatidique du départ. Pour bien commencer, on perd deux bonnes heures avant de trouver le service Eurolines qui est mal indiqué sur le site de la compagnie. Arrivés a la gare déjà un peu stressés, l’hôtesse nous annonce que le bus du soir est complet et que le prochain de disponible ne partira pas avant plus d’une semaine. Voila qui chamboule complètement nos projets. On se renseigne sur les autres destinations et, en désespoir de cause, on est presque prêts a repartir sur Paris le lendemain pour deux jours avant de refaire beaucoup de route direction Prague pour retomber à peu près sur nos pattes.

On saura à présent que pour profiter de plus de tranquillité, mieux vaut réserver longtemps à l’avance nos places sur le site du pass Eurolines, plutôt que de s’y prendre deux jours avant ! 

Entre temps, la matinée passe comme une flèche, entre coups de téléphone pour essayer de résoudre notre problème et moments de flottement ou nous n’avons plus beaucoup d’énergie… et pendant ce temps, nous n’avons toujours rien vu de Milan ou presque ! Heureusement, l’équipe d’Eurolines se démène en coulisses et arrive a nous trouver in extremis deux places en fin d’après-midi pour Munich via Zurich (où on se fera d’ailleurs bien avoir en commandant chez Burger King pour gagner du temps : 26 euros les deux menus, youpi !). Bien heureux (on ne remerciera jamais assez les deux passagers qui ont annulé leur réservation au dernier moment), on réalise néanmoins qu’il ne nous reste que quatre petites heures seulement pour visiter tout Milan.

Il va falloir 1) tailler dans notre planning et 2) courir.

On regroupe les visites stratégiquement en éliminant les plus isolées (ce sera pour une prochaine fois) et on fonce tête baissée pour visiter pêle-mêle le Dôme de Milan, la Galerie Vittorio Emanuele II, le castello Sforzesco, le parc Sempione, le quartier de Brera… autant dire qu’on n’a pas vraiment le temps de profiter de la capitale de la mode.

On a le temps par contre de se rendre compte que Milan est une ville qui peut se visiter assez rapidement – pas aussi rapidement que nous certes – mais tout de même. On en retiendra surtout, son Dôme bien évidemment qui est véritablement LA visite immanquable de la ville, voire certainement un des plus beaux édifices religieux d’Italie. Et puisqu’on est sur les bondieuseries, autant vous confier dans la foulée (un peu a la manière de notre visite) notre deuxième coup de cœur milanais. Il s’agit de la petite église San Bernardino alle Ossa, bien plus modeste que le Dôme mais très singulière de part sa chapelle tout en ossuaire. Au lieu d’un sentiment macabre, se dégage des motifs dessinés en os humains une sorte de poésie rococo purement baroque. Ici, c’est sûr, on aurait bien aimé avoir quelques secondes de plus pour profiter vraiment de cet étrange décor.

DSC00499

Cathédrale de Milan ©voyagesadeux

DSC00519

Tour Velasca de Milan ©voyagesadeux

DSC00514

Galeries Vittorio Emanuel II de Milan ©voyagesadeux

DSC00520

Eglise San Bernardino alle Ossa de Milan ©voyagesadeux

 

Pas le temps, on récupère nos sacs et on fonce a la gare de Lampugnano (c’est la que se trouve les bureaux d’Eurolines si ça peut vous éviter de galérer autant que nous) pour arriver avec dix petites minutes d’avance sur l’heure de départ. La suite vous la connaissez, on se fait rouler dans la farine par ces méchants Suisses qui spéculent sur le prix du hamburger. On s’en fout, on va enfin pouvoir arriver a Munich et fêter l’Oktoberfest comme il se doit ! La suite au prochain épisode.

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :