Menu

Bonne adresse à Cadix : La Carbonera

Quand on a demandé à des garagistes du coin (astuce : toujours demander à des locaux leurs bons plans pour sortir des sentiers battus) où est-ce que l’on pouvait trouver du bon vin bien local sur Cadix, ils nous ont tout de suite indiqué la Taberna la Carbonera. On a suivi leur conseil, et on n’a pas été déçu du voyage.

La Carbonera, c’est d’abord un voyage dans le temps. Au mur, tout un panel de vieilles photos parfois improbables (qui est le marin à la fausse barbe ?) vous font replonger plusieurs années en arrière. Parmi elles, une affiche avec le nom de la maison et une date : 1910. C’est l’année de création de la Carbonera, une taverne plus que centenaire. Comme pour fêter ça, la télé diffusait un western poussiéreux au moment de notre passage. Nous sommes arrivés pour l’ouverture, le bar était encore désert, à part le tenancier qui préparait de l’ail, beaucoup d’ail, au point que c’en était presque intriguant. Le long du mur le plus étroit, des barriques : les trésors de la Carbonera.

DSC09653

La Carbonera à Cadix ©voyagesadeux

DSC09658

La Carbonera à Cadix ©voyagesadeux

On demande au patron de nous faire goûter ce qu’il a. S’en suit une dégustation épique avec une dizaine de verres sur le comptoir et des alcools de toutes sortes dont la plupart, vinifiés sur place, sont des exclusivités de la maison. Avec les amis, on se met d’accord sur deux alcools précisément : le Moscatel Gloria et la Cream Arrumbao. Comme le Moscatel est plus estival, avec sa fraîcheur très fruitée, bien marquée par le raisin et des notes de litchi, on en commande finalement quatre verres. Et comme la faim commence à nous titiller, on se renseigne pour savoir s’il est possible de grignoter quelque chose. Le patron nous propose des moules ou du chorizo. On lui demande ce qui est le meilleur ; il nous répond : « les moules ». On commande finalement les deux et des petits verres de Moscatel en plus.

DSC09657

La Carbonera à Cadix ©voyagesadeux

DSC09663

La Carbonera à Cadix ©voyagesadeux

Quand on voit les moules arriver, on comprend le pourquoi de l’ail. On goûte. Il n’avait pas menti : ces moules à l’ail sont un petit délice. Le chorizo n’est pas mauvais non plus, mais il ne vaut effectivement pas les moules du patron. Entre temps, les premiers habitués commencent à arriver. Pour nous, c’est l’heure de chercher où diner. On demande conseil au tavernier pour manger des bons poissons ou des fruits de mer sans se ruiner. Il nous répond : « chez moi, mais aujourd’hui je n’ai que les moules. » Il nous conseille donc une autre adresse, Las Flores, effectivement sympathique. On y mangera notamment des huevos de choco alinados, une sorte de salade aux œufs de seiche déclinée en tapas, une spécialité de Cadix justement. Et quand on le questionne pour savoir où est-ce qu’on peut acheter du bon vin comme le sien, il nous répond que les magasins du coin ne vendent que du vin touristique. Heureusement, il nous sort de dessous le comptoir un litre du fameux moscatel. A 8€ la bouteille, on ne va pas s’en priver. Et plutôt deux fois qu’une. Il sort donc un second litre et nous partons rejoindre le 21ème siècle avec deux bouteilles dépareillées, mais remplies du même nectar.

DSC09665

La Carbonera à Cadix ©voyagesadeux

Alors que le Cadix d’aujourd’hui a tendance, par des procédés de mimétisme touristique, à ressembler à beaucoup d’autres endroits du globe, La Carbonera nous aura présenté un peu de son âme véritable et, le temps d’une parenthèse, nous aura enchantés.
Infos pratiques : Taberna la Carbonera – rue San Fernando à Cadix. 28€ pour une dégustation, 6 verres de vin, une assiette de moules et une assiette de chorizo. Bouteilles entre 8€ et 10€.

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :