Menu

Food tour à Séville : trois adresses où se régaler sans se ruiner

Il faut le vouloir ou ne vraiment pas avoir de chance pour mal manger à Séville. Dans notre article sur la ville on vous conseillait déjà quelques établissements, comme le bar Europa ou le bodegón Alfonso XII. Aujourd’hui, nous vous proposons un food tour à Séville de trois adresses où nous nous sommes vraiment régalés. Nous les avons répertoriées dans l’ordre où nous les avons testées, car pour tout avouer, il ne serait pas évident de chercher à les départager.

I. Bar la Corona 

On vous en parlait à peine dans nos errances sévillanes et pourtant le bar la Corona a été un de nos préférés de toute la ville. Pour preuve, le dos de morue confit aux oignons caramélisés au Pedro Ximénez, ou encore le presa ibérica a la sal con guarnicion de boletus y setas. Les tapas ici sont présentés avec goût et ce goût-là se retrouve parfaitement au palais. La carte a l’originalité de décliner ses tapas selon un menu classique avec des tapas d’entrée, de plat ou de dessert. Les prix sont abordables, ce sont les assiettes de fromages et/ou charcuterie qui coûtent le plus cher (7€). Avec trois tapas, c’est-à-dire une douzaine d’euros, on sort généralement repu et comblé de la Corona. Autre atout de la maison, son service. Le personnel, très jeune, y est particulièrement sympathique et il n’est pas rare que la maison vous fasse cadeau d’un petit quelque chose si vous sympathisez avec eux. Après le bar Europa (plus proche de la maison et tout aussi bon), La Corona aura un peu été notre deuxième cantine à Séville.

Infos pratiques : La Corona, c/ Zaragosa, 43, Sevilla. Tapas autour de 3 ou 4 € et bonnes bouteilles entre 8 et 18€.
 

 

II. La Azotea

Le restaurant la Azotea est un peu plus cher que les autres adresses que nous avons testées, mais reste néanmoins très abordable, particulièrement en regard de la fraîcheur et de la qualité de ce qu’on y consomme. Pour commencer, on vous conseille la salade de tomate et burrata avec sa gelée de basilic et son sorbet citron. Un mélange osé mais tout à fait rafraîchissant et léger, parfait pour contrebalancer avec les lourds étés sévillans. La salade de poissons de fumés et les bricks de la maison valent également le détour. Si les plats sont plus simples, c’est parce que nous avons choisi des tartares (attention d’ailleurs pour les puristes, le tartare de bœuf n’est pas cru ici mais légèrement revenu) pour rester dans des saveurs estivales. Le menu du jour vaut également le détour : de la corvina (poisson) avec un écrasé de patates douces, des dés de céleri assaisonnés à la mangue et au wasabi y étaient par exemple proposés. Une belle assiette savoureuse et appétissante à 14€ seulement. A ce prix-là, on s’est laissé tenter par les desserts. Soupe froide d’ananas avec son fruit et son sorbet coco d’un côté et crumble aux fruits rouges, glace vanille de l’autre. Deux merveilles, avec des glaces absolument délicieuses réalisées sur place. Deux bouteilles de vins plus tard et un verre de moscatel pour le dessert, il nous aura bien fallu des cafés pour digérer (parce que l’air de rien c’est la fois où on a dîné le plus copieusement) et on s’en est sorti pour moins de 130€ à quatre. Une belle addition en Espagne, mais pour une table hautement recommandable.

Infos pratiques : La Azotea, Calle Jesús del Gran Poder, 31, Sevilla. ½ Racion (bien servie) entre 5 et 13€ à la carte et Racion entre 9.5 et 19€.
 

 

III. Le bar à tapas Nazca

Chez Nazca, on sort un peu des produits locaux, ou du moins on se les réapproprie dans une cuisine fusion influencée aussi bien par la gastronomie japonaise que péruvienne. On est certes moins dans le local mais on est clairement dans l’une des meilleures adresses de Séville. Je ne parlerai pas des salades que nous n’avons pas goutées, mais le reste fut un vrai délice. Au menu, d’adorables niguiris et makis tous plus attirants les uns que les autres pour 3 ou 4€ les deux pièces. Pour changer des ceviches et pour se rappeler un peu certaines saveurs oubliées d’Amérique du Sud, on a tenté le leche de tigre, celui à la corvina (plutôt citronné) et le Nikkei (plus volontiers pimenté d’où ma préférence). Encore une fois c’est une réussite. Ne ratez sous aucun prétexte le tartare de thon assaisonné à merveille. En bonus, vous aurez droit au sorbet wasabi, une vraie curiosité. Enfin, s’il vous reste une petite place, vous pourrez finir, comme nous, sur une touche fraiche et sucrée avec le sorbet tropical et son iceberg de chantilly aromatisé au corossol. Petite cerise sur le gâteau, le service (comme dans les deux adresses précédentes d’ailleurs) est particulièrement souriant et amical, même en plein rush. Le Nazca présente donc une variété de plats à l’identité forte, une vraie proposition gastronomique où seuls les prix n’ont rien de gastro. Vous l’aurez compris, c’est ce qu’on appelle un sans-faute.

Infos pratiques : Nazca, C/ Banos, 32 | Esquina C/ Miguel Cid, Sevilla. Plats entre 2.9€ et 18€, 5€ en moyenne.

 
 

 

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :