Menu

Cinq randonnées sur la Côte d’Azur

Vous nagiez dans les eaux transparentes de notre belle Côte d’Azur ? Eh bien marchez maintenant ! Notre région offre aussi l’opportunité de se dégourdir les jambes dans des paysages naturels à couper le souffle, aussi bien dans les Alpes Maritimes que dans le Var. Pas obligé d’être sportif pour se mettre au vert et réaliser certaines des randonnées que l’on a choisies. Promis, il faut juste une bonne paire de chaussures de marche et une bonne bouteille d’eau. C’est parti ?

La plus maritime : Le sentier des douaniers aussi appelé « le chemin des contrebandiers »

Cette randonnée est tellement accessible qu’il s’agit plus d’une promenade.  Elle démarre au bout du parking de la baie de la Garoupe et se termine à la villa Eileen Roc au  Cap d’Antibes en passant tout au bord de l’eau. Au passage, on se fait même parfois lécher les pieds par quelques grosses vagues qui viennent s’éclater sur les rochers.  Des petites criques sauvages aux airs parfois de paysages lunaires et des points de pêche confortables sont disséminés sur la route, comme pour donner envie de s’arrêter faire un plouf ou taquiner le poisson. Pour le coucher de soleil, la vue est tellement belle que l’on est de toute façon obligé de ralentir la cadence pour profiter du moment. Si une bonne heure et demi est suffisante pour boucler le chemin d’une traite, il faut bien compter le double si on a la tête dans les nuages plutôt que les pieds bien sur terre. Dur d’imaginer les contrebandiers qui ont prêté leur nom au chemin, courir cacher leurs marchandises sans s’émerveiller devant ce paysage !

DSC_0982

Randonnée sur le sentier des douaniers – Antibes ©voyagesadeux

DSC_0976

Randonnée sur le sentier des douaniers – Antibes ©voyagesadeux

La plus sportive : Le rocher de Roquebrune sur Argens

Le rocher de Roquebrune sur Argens, de loin comme de près, me fait toujours penser au tas de purée que dessine Richard Dreyfuss dans « Rencontre du 3e type ». Ironie du sort, nous y avons aussi fait une drôle de rencontre : celle du Frère Antoine, un ermite habillé tout de blanc, vivant dans une maison troglodyte depuis bientôt cinquante ans. Loin des hommes, il n’est cependant pas contre l’idée qu’ils s’intéressent à lui. En grande curieuse, je n’ai pas arrêté d’épier sans trop de discrétion sa drôle de demeure avant d’oser lui adresser la parole. « Ici, il y a deux sortes de visites : les curieux, comme vous, qui regardent partout, et les visites fraternelles ». Antoine m’a bien ciblée. J’essaie de rattraper le coup en m’intéressant à lui et en lui posant plein de questions (déformation professionnelle oblige). « Mais vous êtes des renseignements généraux ? ». Autant dire que le Frère Antoine a un humour qu’il faut apprivoiser. Matt, plus délicat comme toujours, rattrape le coup en parlant religion (évidemment…). On apprend donc que Frère Antoine se revendique de l’ordre des pauvres sauvages, sous la protection de Sainte-Thérèse d’Avila . « Vous vous rendez compte ? C’est merveilleux ! Nous ne sommes pas nombreux et nous avons la protection d’une Sainte rien que pour nous ! ». Après un petit gâteau au chocolat gentiment offert par notre hôte du moment, nous reprenons la route avec l’envie de revenir un jour prochain en apprendre plus sur ce drôle de bonhomme. Pour le rencontrer, il faudra vous perdre, comme nous.

DSC_3119

Poème du Frère Antoine ©voyagesadeux

Nous étions partis pour rejoindre les trois croix qui dominent le Rocher de Roquebrune et nous n’avons finalement pas bifurqué au bon endroit. Nous nous sommes aventurés en crapahutant parfois sur les rochers, parfois entre les ronces, pour arriver juste en face de notre destination… Ce n’est pas plus grave, elle nous aura permis de passer sous le Saint Trou – un rocher maintenu dans une crevasse un peu comme dans « 127 heures », mais sans James Franco en dessous (dommage) –  et de tenter de nous aventurer dans un tunnel qui a depuis subi un éboulement. Cette randonnée, tantôt au fond des canyons, tantôt au plus près des nuages, est l’une des plus belles de toute la région. Mais mieux vaut prévoir une bonne carte pour éviter de se perdre… comme nous !

DSC_3121

Randonnée Roquebrune sur Argens ©voyagesadeux





DSC_3112

Randonnée Roquebrune sur Argens ©voyagesadeux

La plus colorée : Le chemin du Cap Roux au massif de l’Esterel

Bon, pour l’or, il faudra attendre les reflets sur la mer à l’heure du coucher de soleil, mais au massif de l’Esterel, c’est tous les jours une explosion de couleurs avec cette roche rouge si typique de la région et la superbe nature environnante. Ici, pas besoin de boussole ou même de carte pour réaliser cette randonnée. On pourrait même y aller en voiture tant les voies sont larges et pour certaines à moitié goudronnées. A l’instar du sentier des douaniers, il s’agit même plus d’une promenade de santé. Pour s’y rendre, direction Mandelieu la Napoule. De là, il suffit de grimper entre les pitons de roche rouge qui viennent contraster avec le bleu à perte de vue de la Méditerranée que l’on aperçoit tout le long du chemin qui longe la Corniche d’Or. Certains courageux (ou foufous, c’est une question de point de vue) pourront aussi tenter d’escalader certains de ces pitons pour prendre encore plus de hauteur. Le massif de l’Esterel est planté au milieu d’un parc du même nom, qui s’étend sur des milliers d’hectares proposant presque autant de chemins de randonnées plus sauvages, au milieu des pins… et même des loups. Ne pas s’aventurer tout seul la nuit sur certaines routes donc ! Mais pour la petite randonnée que l’on vous propose d’emprunter, pas de mauvaise surprise. Juste une heure aller-retour de plaisir.

DSC_0912

Randonnée Esterel ©voyagesadeux



DSC_0930

Randonnée Esterel ©voyagesadeux



La plus champêtre : Le parc de la Brague

Cette randonnée-là est l’une des plus proches de la nature puisque tout le long du chemin, on est totalement immergé au milieu de la forêt qui entoure la Brague, la jolie rivière qui coule de Biot à Valbonne. Très accessible, elle permet de se rafraîchir en été, quand on ne supporte plus la chaleur des plages. Nous avons suivi le circuit Saint-Philippe, au départ de l’école Paul Langevin à Biot et qui remonte come son nom l’indique au niveau du golf Saint-Philippe près de Sofia Antipolis. Huit petits kilomètres de promenade, bouclés en 2h30. Mais les gros marcheurs pourront suivre la Brague jusqu’à Valbonne (compter 3h et 9km pour l’aller simple). Sur la route, quelques souches d’abre permettent de s’assoir pour se reposer un peu. On vous dirait bien de piquer une tête dans la rivière, mais il paraît que ce n’est pas vraiment conseillé…

6379484273_eced5335b4_b

©Olivier

6379515087_2a32f95539_b

©Olivier

6379530819_afd22d0117_b

©Olivier

6379545909_80ae580bce_b

©Olivier

 (ayant perdu nos photos comme de gros boulets, on remercie Olivier d’avoir pris ses belles photos libres de droits d’exploitation !)

La plus longue : le circuit du paradis

Faute de temps, ou plutôt à cause de lui (celui de la météo pas de l’horloge, parce que ça fait un mois qu’on prévoit cette sortie !), on ne pourra illustrer cette dernière randonnée. Après une semaine en demi-teinte où le soleil a joué à cache-cache avec les nuages, hier, il a carrément décidé de disparaître et laisser plage à un sale orage. Il faudra donc nous croire sur parole… pour le moment ! On n’aime pas trop conseiller des idées de voyages ou d’activités qu’on n’a pas faits nous-mêmes d’habitude, mais on ne voulait pas vous priver de cette dernière balade qui traverse la vallée du loup. Départ Gourdon, arrivée Bar sur Loup (ou l’inverse) en suivant le chemin du Paradis.  Au programme, une belle randonnée aérienne tout en descente ou presque (enfin, une fois de plus, ça dépend du sens que vous avez pris). Quatre heures de balade si on prend son temps, soit environ 6kms. Nous, sur la papier, ça nous fait rêver. Du coup, on espère rattraper le coup prochainement et actualiser ce post en conséquence !

8 réponses to “Cinq randonnées sur la Côte d’Azur

  • Je vais aller essayer le sentier de l’Esterel! Je trouvais que cela avait l’air assez difficile, mais vous dites que le cap d’Antibes est plus difficile, donc ça va! 😉 j’ai fait la Brague sur la partie Valbonne a mon dernier séjour, et j’adore aussi ce coin! Relaxant dans l’agitation de la côte!!

    • Le sentier des douaniers au Cap n’est pas difficile au contraire,c’est une promenade de santé !

  • Je garde ces belles idées pour mon prochain passage dans le sud. Bises !

  • Merci pour ces bonnes idées de randonnées.
    Les contrebandiers j’y vais tout le temps, c’est trop joli (enfin en juin et en septembre pour éviter les touristes 😀 ).
    La Brague déjà faite aussi, c’était un cadre magnifique.
    Là j’avoue que le rocher de Roquebrune me tente bien, ça à l’air superbe. Avec l’amoureux, on dit toujours qu’on ira quand on le voit depuis l’autoroute, mais après on n’y pense jamais…
    Il y a aussi le vallon du Donareo (juste derrière Nice) qui est magnifique et que je vous conseille si vous ne l’avez jamais fait (j’en ai fait un article, si vous voulez en savoir plus 😉 ).

  • Attention !
    Frère Antoine l’ermite est plutôt un charlatan. C’est un ancien novice ayant échoué en tant que moine. Il est en conflit avec sa hiérarchie. Je n’ai rien inventé il l’écrit dans ses livres. Je ne conseille pas d’aller le voir. Au premier abord il a l’air gentil mais c’est pour mieux calomnier et médire (parfois par derrière). Il juge les gens à leur façon de vivre c’est assez insupportable surtout si vous avez décidé de vivre bio, végétarien et de façon alternative… il trouve ça ridicule. Sa philosophie est un bidouillage et un assemblage de toutes les religions. Vos croyances ou façons de penser seront toujours moins bonnes que les siennes. Revoir cet affreux bavard : jamais plus !

    • Dommage que votre rencontre ne se soit pas bien passée… Nous l’avons en effet trouvé très blagueur, caustique même, mais jamais moqueur. Quant à sa religion, il peut bien bidouiller ce qu’il veut et se composer sa propre croyance si elle lui permet d’être heureux comme ça 🙂

      • Bonjour Marie,
        Le personnage se révèle après plusieurs rencontres (comme souvent d’ailleurs). Le problème est que ce monsieur qui parait tout innocent à déjà écrit pas mal de livres (très séduisants sur la religion justement). Au bout de quelques visites il a commencé à critiquer celui-ci et celui-là dont une personne arrivant après nous, ce jour là j’étais gêné. Si il devait faire la même chose pour nous… Ma femme du coup n’a plus voulu y retourner. Au début je n’ai pas compris mais avec le recul je pense qu’elle a fait le bon choix.

  • Je suis aller voir ce fameux ermite pour me faire mon avis et je n’ai pas été déçu. Point de vue accueil on ne peut pas mieux, mais pour dès qu’il ouvre la bouche c’est du grand n’importe quoi. On comprend pourquoi il vit tout seul. Provocateur et considérant les femmes à peine plus intelligentes que les chiens ça devient vite étouffant, rajoutez à cela l’odeur dans la grotte on a envie de fuir rapidement.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :