Menu

Bonne adresse : Jumillano à Alicante

Après Murcie puis Carthagène, aujourd’hui direction Alicante, troisième ville qui a marqué la fin de notre road-trip espagnol. Pour bien commencer la visite,  on vous confie d’abord une bonne adresse où déguster autre chose que des tapas !

On aurait aimé vous mettre l’eau à la bouche avec Darsena, la meilleure adresse d’Alicante en matière de paëlla (parait-il), mais les prix nous ont un peu refroidi et pour ne rien vous cacher, le cadre aussi. On fuit comme la peste les restaurants installés dans les lieux les plus touristiques (en l’occurrence le port), voisins avec une ribambelle de clones aux menus concurrentiels mais à la qualité toute relative. Non, la bonne adresse que l’on a testée en suivant les conseils du réceptionniste de notre hôtel, fait dans l’authentique et le pittoresque tout en restant relativement (pour un Français en tout cas) accessible : Jumillano.

Situé un peu en dehors du centre-ville, dans une ruelle discrète mais pourtant très fréquentée, Jumillano est considéré comme l’un des meilleurs restaurants d’Alicante. Le menu quotidien n’a pas bougé depuis des années. Seul changement : le taureau, interdiction oblige, n’est plus proposé le vendredi au lendemain de la corrida et a été remplacé par du bœuf. « Vous aurez du mal à en trouver où que ce soit à Alicante, à part chez le boucher ! » nous confie notre serveur, un vieux Monsieur endimanché dans un gigantesques tablier blanc. On peut toutefois retrouver la recette traditionnelle du « rabo de toro » sur le site du restaurant.

On suit notre serveur dans la deuxième salle. Jumillano est en effet séparé en deux parties. La première, plus conviviale, est flanquée de tables plutôt basses entourées de petits bancs et d’un très long comptoir. C’est la salle à tapas qui s’est d’ailleurs vite remplie après notre arrivée. La seconde, plus calme et surtout plus chic, est celle du restaurant. Nappes blanches, chaises à dossier et décoration soignée où la boiserie est à l’honneur… nous sommes le couple le plus jeune à dîner. Au passage, on jette un œil aux cuisines.

Un verre de vin plus tard, rouge pour Matt, blanc pour moi (comme d’habitude), nos assiettes arrivent. On a opté pour un plat unique, sans entrée ni dessert, mais la carte n’est pas avare de ce côté-là. Gaspacho Jumillano pour Matt (un épais bouillon de poulet au goût prononcé accompagné de pâtes), et un riz caldozo pour moi (une variation sur la paëlla autour des fruits de mer), soit deux spécialités de la maison.

Verdict ? Un seul plat a suffi à combler notre appétit et nous donner un autre aperçu de la cuisine espagnole que les tapas. Copieuses et savoureuses, nos assiettes invoquaient aussi bien la cuisine semi-gastronomique que plus traditionnelle, sans jamais manquer de raffinement. La preuve que l’on peut proposer une délicieuse alternative pour mettre les produits du terroir à l’honneur sans tomber dans les chichis surfaits de certaines adresses trop guindées ! Et la preuve aussi que l’on peut toujours faire confiance aux conseils des locaux pour bien manger !

 Jumillano
64 César Elguezabal – Alicante
(tarif : entre 15 et 30 €) 

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :