Menu

Murcie : roadtrip dans la valle de Ricote

La visite de Murcie se faisant plutôt rapidement, nous avons suivi les conseils de Mar, notre contact à l’office de tourisme de la ville, et sommes partis explorer les alentours. Une location de voiture plus tard, et nous voilà sur la route de la Valle de Ricote.

Pour vous planter le décor, imaginez une région désertique semblant tout droit sortie d’un western. A mi-chemin entre la pampa argentine, le désert d’Atacama au Chili et la campagne profonde de certains coins pommés de notre hexagone. Le dépaysement est total. Tôt le matin, pas un chat sur les routes. On allume la radio, flamenco à fond les ballons, et nous voilà partis en direction des petits villages qui forment l’oasis qu’est cette valle de Ricote. Située au nord de Murcie, on y accède en une heure à peine… après s’être perdus un peu en route, la faute à mes qualités de co-pilote chevronnée.

DSC_2448

Ceuti, dimanche des Rameaux en fanfare

Comme des petits champignons sortant de terre, les maisonnettes aux murs blancs  apparaissent progressivement au bout du bitume, entre les palmiers. On s’arrête quand le village a l’air accueillant ou mignon. Le premier : Ceuti. En ce dimanche des Rameaux, c’est un vrai no-man’s land. Tout le monde s’est donné rendez-vous sur la place principale. Les musiciens de la fanfare répètent leur morceau en préparation de la procession qu’ils mèneront tambour battant jusqu’à l’église. Les familles ont sorti leurs beaux habits du dimanche pour la messe et achètent les palmes tressées qu’elles brandiront pendant le cortège. On s’échappe le temps de finir de visiter le village avant de rejoindre tout ce petit monde à l’église. Pleine à craquée, on la laisse en fête pour retrouver le volant brûlant de notre voiture de location sur le parking.

 

 

Archena, l’oasis du désert

Plus loin, un autre village nous donne envie de nous arrêter à nouveau. Nous avions vu sur Internet la veille qu’y étaient installés des thermes balnéaires, sortant de terre comme un oasis au milieu du désert. On s’imaginait déjà barboter au soleil, comme nous l’avions fait à Baden Baden en Allemagne. Un rêve qui a duré le temps de rejoindre le complexe balnéaire en question par une route sinueuse et de partir aussi vite devant les prix. En réalité, ce n’est pas « si » cher (35€ pour l’accès aux bains et au spa pendant deux heures), mais au-dessus de notre budget. On prendra tout de même le temps de déjeuner un gaspacho andalou, quelques fritures et une crème catalane dans un petit restaurant de quartier avant de reprendre la route.

Et à partir de là le paysage devient de plus en plus beau…

Ricote, une valle qui lui doit son nom

Après une petite pause dans la nature, au mirador de la Morra pour admirer la vue puis au milieu des amandiers, citronniers et orangers pour se ressourcer, quatrième stop à Ricote, le village qui a soufflé son nom à toute la vallée et de loin le plus beau et le plus authentique. Ici aussi, semaine sainte oblige, la ville semble avoir désertée les rues. Elle s’est retrouvée autour d’une paëlla géante dans l’unique restaurant ouvert ce dimanche. Nous nous garons pas très loin des chaises installées par le propriétaire sur le trottoir pour mieux accueillir tous ses invités, puis nous suivons deux enfants dans le centre de la ville. Nous les voyons s’éloigner chez eux bras dessus bras dessous, tandis que nous grimpons dans les petites rues du village. Les murs ocre et orangés de Ricote nous rappellent les villages de notre belle Provence. Et au milieu, l’église trône fièrement en guise de point de repère.

Blanca, un détour mérité

De loin, Blanca ne prédit rien qui vaille le mérite de s’y arrêter. Les villages de la Valle de Ricote sont maintenant derrière nous et cette micro-ville a tout l’air d’une citée industrielle. On repère tout de même une ruine de château sur la colline derrière elle, alors on se donne le mal de traverser le pont qui enjambe le Rio Segura pour aller s’y promener. A peine garés près d’une fête foraine abandonnée en plein centre que l’on comprend très vite  que le sentier qui monte jusqu’au fameux château n’est pas (ou plus) praticable. Quitte à s’être arrêtés, autant laisser une chance à Blanca. Alors on perce le centre pour monter directement dans les vieux quartiers. De bien des manières, on se croirait en plein Saint-Jaques à Perpignan. Les enfants jouent au foot dans les marches devant les petites maisons et les chats ronflent paisiblement au milieu. On a pendu du linge à un grillage et certaines bâtisses conservent encore une mosaïque au style arabisant qui donne beaucoup de cachet aux ruelles. Un détour mérité tout compte fait.

Cieza, terminus pour une glace

A nouveau sur la route, on roule toujours la nature en ligne de mire. Cette balade entre canyons et étendues désertiques, est des plus reposantes. On grimpe rapidement jusqu’à un petit château à l’abandon puis Araban plombe le décor et sans l’envie particulière de nous y perdre en voyant l’enceinte décatie de ses murs extérieurs, nous nous arrêtons finalement à Cieza, autre grande ville qui marque la fin de la valle de Ricote. Nous rejoignons rapidement le vieux village où encore une fois les rues sont désertées. La population se concentre à moitié chez un petit glacier où Matt se laisse tenter par une boule à la confiture de lait, et devant une petite taperia. Difficile même de fendre la foule pour continuer notre chemin. Plus loin, un prêtre nous indique la direction de la basilique. Quelques vieux surveillent  la place déserte à l’ombre sur des petits bancs et semblent étonnés de voir deux touristes dans le paysage. Le temps de prendre une photo de l’édifice et de nous perdre encore un peu dans les ruelles qui l’entourent que nous voilà à nouveau sur le départ.

Inquiets tout d’abord par les premières images que nous a offert la Valle de Ricote, nous avons au fil de la route finalement vraiment apprécié ce roadtrip dans la région de Murcie. On aurait aimé avoir le temps de pousser la balade bien plus au nord pour goûter au vin de Jumilla, mais c’est finalement Caravaca de la Cruz qui obtiendra nos suffrages. Une autre aventure dont Matt vous donnera les détails très bientôt ! En attendant, si vous aimez les paysages désertiques, les châteaux en ruines, les villages pittoresques et les roadtrips au soleil, on vous conseille vivement de partir, l’espace d’une après-midi en Espagne, dans la valle de Ricote.

 

Une réponse to “Murcie : roadtrip dans la valle de Ricote

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :