Menu

Cinétrip : Steve Coogan sur les routes anglaises avec The Trip

On vous a proposé une petite visite de Londres en deux parties, on vous a conseillé un hôtel so british et un bar à whisky  et on vous a concocté un petit food-tour londonien très « international ». Problème, dans tout ça, s’il y a bien quelques saveurs du monde, il y a peu de saveurs anglaises. On va donc essayer de se rattraper avec notre cinétrip du jour très sobrement intitulé The Trip.

Deux vieux amis entreprennent un tour des restaurants romantiques dans la campagne anglaise après que la petite amie de l’un d’eux soit partie. Dit comme ça, ça pourrait paraître bien banal. Oui mais voilà, les deux amis sont Steve Coogan et Rob Brydon et c’est Michael Winterbottom qui réalise cet étrange Trip.

 

cinétrip steve coogan the trip angleterre

L’aventure commence très sobrement avec Steve Coogan qui appelle Rob Brydon pour lui proposer de remplacer sa petite amie dans ce tour des meilleurs restaurants du nord de l’Angleterre organisé par The Observer. Rob Brydon accepte, Steve Coogan vient chercher Rob Brydon et l’on se rend très vite compte que Steve Coogan joue bien Steve Coogan et que Rob Brydon joue également Rob Brydon. La caméra nous laisserait presque croire à un documentaire. Drôle d’exercice, une espèce d’autofiction en somme qui, si elle intrigue, n’est pas sans éveiller quelques appréhensions, d’autant que le film met quelques minutes à démarrer vraiment.

 

Très vite cependant, les deux compères finissent par nous embarquer dans leur trip culinaire en direction du Nord de l’Angleterre. Découpé en chapitres au fil des jours, la structure de The Trip est d’une simplicité désarmante : un peu de route, un hôtel, un restaurant, un peu de route, un hôtel… et ainsi de suite, avec pour ponctuer ce voyage organisé des discussions qui virent souvent au concours d’imitations : Caine, Pacino, De Niro, Connery… tout le monde y passe. Et quand ils n’imitent pas, ils chantent. The winner takes it all. Parfois ils chantent et ils imitent en même temps. Entre les deux amis c’est un peu le concours de qui a la plus grosse… Qui sera le winner ? En toile de fond, derrière des improvisations désopilantes pour certaines, un peu moins pour d’autres, Winterbottom s’attarde à la manière d’un impressionniste sur la crise de la quarantaine et Coogan de proposer, toujours dans cette idée, un double pathétique de lui-même.

cinétrip steve coogan the trip angleterre cinétrip steve coogan the trip angleterre cinétrip steve coogan the trip angleterre

En parallèle à ce divertissement bavard qui brasse volontiers avec pas grand chose, il y a donc l’Angleterre. En dehors de Londres, de longues routes de campagnes, bordées de murets de pierre, des champs à perte de vue, des cottages charmants mais où le réseau téléphonique ne semble jamais parvenir (The Trip joue quasiment exclusivement sur l’improvisation et le comique de répétition), un coin d’eau où, étrangement, on peut téléphoner à son ex, à son fils, à son agent, à son ex encore… Cartmel, Malham, Pateley Bridge… toujours le même paysage ou presque, à moins de tomber sur quelque chose de monumental : Malham Cove, Bolton Abbey ou dans une moindre mesure la maison de Coleridge. Une radiographie finalement assez sage du pays, avec des sites qui en jettent et des endroits qui correspondent tout à fait au cliché que l’on peut se faire du chic à l’anglaise. En cuisine, c’est toute une gastronomie qui redore son blason. Si Winterbottom le filme sans passion – après tout ce n’est qu’un prétexte – le lent défilé des plats gastronomiques ouvre tout de même l’appétit : pigeon, lapin, agneau, fruits de mer… tout ce que la cuisine anglaise a de plus raffiné défile devant l’écran avec des adresses réputées comme L’Enclume (Cartmel), The Yorke Arms (Pateley Bridge), etc., pendant que Steve Coogan et Rob Brydon s’amusent à jouer, avec beaucoup de désinvolture, les critiques gastronomiques.

 

Si à mi-parcours le film, par sa structure répétitive, a tendance à s’essouffler, c’est peut-être aussi qu’il est tiré d’une mini série-télé de six épisodes qui, si elle est plus étirée encore, offre certainement (nous ne l’avons pas vu) plus de respirations. Au final The Trip séduit par certains aspects et rebute un peu par d’autres. Très imparfait, il se laisse cependant regarder sans déplaisir et a au moins l’avantage de présenter un vrai concentré de culture anglaise. Dans les références citées déjà, mais aussi dans la cuisine ou tout simplement dans son exploration géographique et, last but not least, dans l’humour bien évidemment. Rien qu’en cela, ce road-movie mineur méritait bien une petite chronique à l’heure de vous inviter à découvrir un peu mieux l’Angleterre. Il ne nous reste plus qu’a vous souhaiter un bon trip !

Une réponse to “Cinétrip : Steve Coogan sur les routes anglaises avec The Trip

  • Malgré la fin de votre article, je suis assez curieuse. La bande annonce donne envie, reste à savoir si elle reflète vraiment le film. Je le mets sur ma liste 🙂

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :