Menu

Trois jours à Strasbourg

Loin de moi l’idée d’avoir voulu jouer à Hunter S. Thompson pour vous pondre un reportage gonzo, mais j’aurais presque pu intituler ce post « comment voyager avec une grippe harassante sous Actifed et sous une pluie battante ». J’ai en effet eu le chic de tomber bien malade le 23 décembre et de traîner mon virus avec nous en voyage, jusqu’à Amsterdam. Un compagnon dont je me serais bien passée surtout quand on sait quel ventre sur pattes je suis. Heureusement, grâce à la tonne de médocs ingérée, j’ai pu retrouver le goût des aliments petit à petit et presque savourer ma première vraie choucroute alsacienne. Mais ça, je vous en parlerai bientôt dans un food-tour bourré d’adresses sympas où manger à Strasbourg. En attendant, je vous emmène donc à la découverte de cette ville alsacienne qui nous a beaucoup charmés et pour bien d’autre choses que ses marchés de Noël…

La Petite France

Avant d’arriver à Strasbourg, on nous avait dit « en dehors des marchés, je ne sais pas trop ce que vous allez pouvoir y faire ! ». Et c’est vrai que Strasbourg à l’heure de Noël donne plus envie de se balader sur ses nombreux marchés que de visiter la ville en elle-même. On aura toutefois eu l’occasion de lever la tête de nos bretzels et de nos vins chauds pour admirer l’architecture si singulière de cette ville. Je n’ai pas arrêté de prendre des photos « entre deux ». Je les ai appelées comme ça, parce que j’ai aimé prendre des clichés de l’endroit où se rencontrent les maisons mitoyennes dont les couleurs différent. Même si le colombage tout en boiseries se ressemble, il reste différent d’une maison à l’autre. On a donc du faire cent mètres en 10 minutes à notre arrivée. Heureusement, Matt a la gâchette de l’appareil photo encore plus facile que moi.

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

De bon matin, nous arrivons dans une Petite France endormie. De quoi avoir un super panorama rien que pour nous, avec le soleil qui donne de jolis reflets à l’Ill qui coule sous les petits ponts de pierres (qui ne tenaient plus guère que… bref je ne vais pas vous chanter du Yves Duteil non plus). Avec l’envol des canards en plus, la vue était top (même si j’ai récemment appris des choses sur les canards qui enlèvent beaucoup de charme à ces oiseaux). Ce quartier légendaire de Strasbourg, bien que très touristique, est inratable et on vous conseille de vous y balader plutôt le matin, pour être tranquilles.

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

La Cathédrale

Nous sommes arrivés à temps pour voir le soleil éclairer la façade est de la cathédrale Notre Dame de Strasbourg, qui reste l’un des plus beaux édifices que j’ai vu au monde. Et je pèse mes mots. Elle en impose cette grande dame sur la toute petite place qui l’entoure, autant de l’extérieur que de l’intérieur. C’est la première fois que je voyais une horloge astronomique et autant dire que je ne m’attendais pas à en trouver une dans une église.

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

Difficile de trouver un café ouvert pour petit-déjeuner avant 10h. On se rabat donc sur une brasserie italienne (shame on us) avant d’aller poser nos bagages chez notre hôte pour trois jours : Shir. On vous a assez vanté le Couch Surfing, mais je ne me répéterai jamais assez : voyager de cette façon est tout simplement formidable. On rencontre toujours des gens supers qui sont plein de bons conseils pour nous aider à visiter la ville et Shir en fait partie. Etudiante en cinéma, d’origine israélienne, elle nous aura appris beaucoup de choses sur son pays et j’espère même pouvoir lui donner la parole un jour sur ce blog, pour qu’elle vous raconte son parcours. Une nana géniale.

 Le parc de l’orangerie

Après une sieste sur son canapé (disons plutôt que je me suis écroulée comme une loque après une énième quinte de toux), nous repartons de plus belle visiter Strasbourg. On s’aventure du côté du parc de l’orangerie, en s’arrêtant à l’espace européen : un gros complexe moderne qui ressemble à Sophia Antipolis, et qui reste assez moche, surtout sous la pluie, mais près duquel on aura trouvé un petit resto de quartier bien sympa, dont je ne vous parlerai que bientôt. Suspense ! L’orangerie est un joli parc (qui doit être encore plus joli quand il fait beau), où se balader en amoureux et même en famille puisqu’on y trouve un zoo (avec les fameuses cigognes alsaciennes) et une petite ferme où se balader à poney. Nous, ça nous aura surtout permis de croiser des arbustes à boules blanches dont nous n’avons pas identifié l’espèce mais qui se fondaient très bien au décor de Noël.

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

L’aubette

Pour finir notre première journée, nous avons pris un peu de hauteur en montant les marches de l’imposant bâtiment de l’Aubette qui domine la place Kléber. En plus d’offrir un magnifique point de vue sur ladite place, ce monument historique entièrement retapé après la guerre franco-prussienne, permet d’accéder à la salle des fêtes dessinée par Theo van Doesburg, très inspirée par l’oeuvre de son ami Mondrian et considérée comme la « chapelle Sixtine de l’art moderne ». Une autre salle de ce bâtiment fait aussi office de vide-grenier et nous a permis de découvrir quelques vieux livres et des cartes et affiches que nous aurions bien ramenés avec nous si nous ne prenions pas l’avion.

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

©voyagesadeux

Le musée Tomi Ungerer

La pluie nous ayant beaucoup accompagnée, nous aurons trouvé refuge le 2e jour au musée Tomi Ungerer. Un bon prétexte pour découvrir l’œuvre de cet illustrateur strasbourgeois de talent, à qui l’on doit pas mal de couvertures de magazine scandaleuses, le livre Jean de la Lune et la narration du film qui en est tiré. A l’étage, on pourra aussi découvrir le travail de certains de ses amis et d’artistes qu’il a inspiré.

(©musée-tomi-ungerer)

L’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune

Moins impressionnante que la cathédrale Notre-Dame de Strabourg, l’église protestante de Saint-Pierre-le-Jeune nous aura au moins servi de joli abris le temps de découvrir un édifice des plus anciens de l’histoire de France, avec de très belles fresques datant du VII e siècle et un cloître du XI.

Nous aurons passé le troisième jour de notre escapade en Allemagne, dont on vous parlera aussi bientôt (toujours plus de suspense !) et le quatrième à se faire encore plus plaisir sur les marchés de Noël après un passage par la Cave historique des hospices de Strasbourg.

Strasbourg, en dehors des marchés et même sous la pluie et la grippe, a donc des centres d’intérêts dont nous n’avons rapporté qu’un échantillon… raison de plus pour y retourner en bonne santé, et certainement quand il fera plus chaud !

8 réponses to “Trois jours à Strasbourg

  • Super photos! Ça me donne envie de revisiter Strasbourg

  • Très belles photos d’une ville dont je suis allé tout dernièrement en compagnie de Mysweetescape et qui m’a laissé de bons souvenirs. Je fais en ce moment qqes articles sur cette ville et tes photos sont jolies.

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :