Menu

Souvenirs d’un roadtrip Paris – Stockholm

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un voyage à deux que je n’ai pas fait avec Matthieu, mais avec ma grande copine Lisa, il y a trois ans déjà. Nous ne voulions pas faire le nouvel an à Paris et nous avions toutes les deux la bougeotte, alors nous avons craqué pour un pass InterRail de dix jours et pris la poudre d’escampette en direction de Stockholm.

Nous avions plus ou moins tracé à l’avance les étapes de notre « train-trip ». La première étape ? Bruxelles. Parties de très bonne heure de Paris, on arrive rapidement dans la capitale belge. Accueillies par Tintin et la neige, on file en bonnes touristes directement sur la Grand Place, en passant par les galeries royales Saint-Hubert. On ne traîne pas. Juste le temps de manger un étrange sandwich au tartare de boeuf – non même pas de frittes ni de gueuse – de croiser un chien déguisé et des minis manneken pis en chocolat, qu’on remonte dans le train, direction Amsterdam.

Le soir-même, nous voilà donc à Amsterdam. Je me souviens qu’on a croisé des ivrognes qui rotaient très fort et un duo de potes qui nous a fait sursauter avant de nous indiquer notre chemin : celui de notre petite auberge de jeunesse où nous avions réservé deux lits en dortoir. A peine nos énormes sacs posés que nous sommes parties visiter le quartier de Leidseplein. Une nana nous propose une soirée sous un chapiteau à côté. Arrivées très tôt, l’ambiance n’est pas au rendez-vous alors on finit nos pintes et on retourne sur la petite place centrale. On se faufile dans un Bulldog coffee-shop (bah oui, on est Amsterdam, quand-même !) et ne sachant ni l’une ni l’autre rouler les joints convenablement, on en achète un tout prêt et même conditionné sous-vide comme une Barbie. L’effet ne se fait pas attendre. Mortes de rire, on file manger au Burger King du coin avant de se balader de nuit. Une super première soirée.

Le lendemain nous retrouvons notre bonne vieille copine la neige. J’ai eu beau avoir emporté les après-skis de mon petit cousin, ils ne m’auront malheureusement pas empêché de tomber malade. En vraies touristes que nous sommes, nous visitions à peu près tout ce qu’il est possible de voir en une journée à Amsterdam. Le Vondelpark, dont Gush nous avait donné envie depuis longtemps, le quartier rouge bien sûr, et les canaux, au hasard de notre promenade. On est tombé sur une boutique qui vendait des tulipes, donc je n’ai pas résisté au cliché et en ai acheté une en verre (qui s’est cassée en trois dans mon sac pas longtemps après). On a mangé des bagels meilleurs qu’à New York (si si, je vous jure !) et bu un chocolat chaud, puis on a encore repris la route.

On the train again, again. Prochain arrêt Cologne. Je n’ai aucune photo souvenir de cette étape de nuit où nous avons tenté de dormir au milieu des sdf très imbibés. Dommage. Je crois que l’on s’est arrêtées une seconde fois je ne sais plus où en Allemagne, dans une petite gare où un énorme Père Noël trônait au-dessus du guichet. On s’est faites escorter en pleine nuit par un grand monsieur allemand en uniforme. Je me souviens avoir pensé qu’il ressemblait à un agent de la gestapo et m’être dit que c’était mal de penser ça. On a fini par arriver à Berlin. Là, sachez le, je ne risque pas de vous vendre du rêve. Pour faire simple : j’ai détesté Berlin. Si vous me suivez un peu, vous le savez sûrement déjà : je déteste la neige et le froid. C’est tout ce qu’on a trouvé dans la capitale allemande. Ca a commencé par un mauvais petit déj’ à base des pires saucisses de ma vie, une balade sur Alexanderplatz sous un mètre de neige et dans les rues complètement désertes de Mitte. Une serveuse dans un petit café a craqué sur mes après-skis. Je n’ai toujours pas compris comment. Mortes de froid, on est rentré à la gare où trônait un gigantesque sapin décoré par Swarovski. Je me suis écroulée sur un fauteuil au milieu d’énormes pâtisseries, puis on est reparties. Matt a depuis la lourde tâche de me faire aimer Berlin. Gros challenge.

Etape suivant : Copenhague. Pour y arriver, nous aurons fait notre plus long trajet en train, pas toujours confortable, mais heureusement de nuit, ce qui nous a permis de bien nous reposer. A peine le temps d’arriver, vers midi, que le soleil s’apprêtait déjà à tomber. Une sensation très étrange. Nous avons quand même eu le temps de marcher sur un lac gelé – non sans avoir bien les choquottes en ce qui me concerne – aller nous balader sur les bords de la mer Baltique pour aller voir la petite sirène tout en passant par une base militaire aux allures de no man’s land complètement flippant. Le soir, après avoir admiré de loin les décorations de Noël de Tivoli et un bel éphèbe devant Abercrombie & Fitch, nous avons commandé des pizzas à l’auberge de jeunesse très animée où nous étions pour la nuit, et joué aux jeux de société avant de nous coucher comme des poules. Le lendemain, on s’est un peu rebaladé et pris un brunch de championnes dans un petit café familial, dont le fromage blanc aux pignons de pin et au miel m’a laissé l’un de mes meilleurs souvenirs culinaires de ce train-trip.

Ultime étape de notre train-trip. Stockholm ! J’espérais y voir des Alexander Skarsgard par milliers, j’y ai surtout vu beaucoup d’ivrognes et de fausses brunes autobronzées assez vulgaires. Un petit mythe s’est effondré. Ça ne nous a pas empêché de bien nous amuser. Enfin, le 30 décembre surtout. On a bu un litre de Hoegaarden dans une boîte assez nulle mais si drôle, après nous être baladées sous la neige dans Gamla Stan. Le lendemain, nous y sommes retournées pour voir ce quartier de jour avant de manger des meatballs dans une petite cantine très mimi, puis nous sommes aller goûter l’élan séché au marché couvert de d’Östermalm. Le soir, sous la neige, après avoir essuyé la fermeture de Beyond Retro, nous avons bloqué nos cartes bleues (oui, les deux) au moment de payer nos deux bières dans un pub ultra-cher. Le barman a accepté qu’on paie en euros. On a utilisé nos dernières couronnes pour se payer un Macdo avant de rentrer très tôt à notre auberge-prison. On a bu un peu de Jägermeister que j’avais acheté en Allemagne en regardant un petit lapin par la fenêtre, qu’on a vainement essayé de filmer. Le feu d’artifices a retenti au loin, on s’est souhaité la bonne année puis on s’est couchées… aux alentours de 00h02.

Si notre voyage a été écourté de 3 jours à cause de nos problèmes de carte bleue (qui n’étaient finalement dû qu’un à un bug informatique), on aura tout de même bien profité de ce joli train-trip entre Paris et Stockholm. Je recommande à tous les baroudeurs de s’offrir un pass Interails pour partir visiter l’Europe, seul ou entre potes ! Et je vous recommande aussi de jeter un oeil au Tumblr de Lisa pour voir plus de photos de Stockholm en cliquant ICI !

(et encore merci à toi ma Pipou-Lisa, de m’avoir accompagnée dans ce joli voyage à deux)

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :