Menu

Comment faire des économies avant de partir en voyage ?

On entend souvent « Whaou ! Vous avez de la chance d’avoir autant voyagé ! ». Pour répondre, je cite souvent mon auteur préféré (Bret Easton Ellis) : « La chance n’est pour rien dans rien ». (je vous conseille au passage le très bon Les lois de l’attraction, le livre comme le film). Partir en voyage n’a rien d’une chance, un choix tout au plus. Ceci dit, je ne me rangerai pas non plus du côté de ceux qui clament (avec un certain snobisme qui m’insupporte) que voyager ne coûte rien. C’est complètement faux. Voyager, à certains endroits et dans certaines conditions, demande de l’organisation et un certain budget. Reste juste à savoir où, quand et comment vous voulez voyager. Pour vous aider à économiser facilement et sans même vous priver d’un certain confort, je vous confie quelques trucs et astuces qui nous ont bien servi.

tirelire_cochon_voyage_de_r_ve

On prend ses billets longtemps à l’avance

C’est le B-A-BA. Pour notre voyage en Amérique du Sud, nous savions quand nous allions partir mais pas quand nous allions revenir, ni même si nous allions véritablement revenir. Comme nous ne voulions pas faire de bateau stop – le moyen le plus économique de traverser l’Atlantique – nous avons donc forcément du acheter des billets d’avion. Il faut comparer les prix, ne pas avoir peur de prendre le temps de réfléchir, faire marcher la concurrence, piocher dans les compagnies low-cost, puis se décider. On peut économiser des centaines d’euros en réservant un billet d’avion trois à six mois à l’avance plutôt qu’au dernier moment.

On choisit sa destination en fonction des promos

Si vous n’avez pas de destination ni de dates précises arrêtées, mais que vous êtes juste en recherche d’un peu de dépaysement, les applications smartphone – comme Skyscanner – ou les sites internet de comparateurs de prix sont nombreux. Vous pourrez alors choisir votre prochain voyage en fonction des meilleurs prix que vous trouvez et parfois même au dernier moment. L’idéal pour partir sur un coup de tête sans vider son PEL.

On travaille plus pour gagner plus… sans dec, ça marche !

Je vous vois venir, alors je vous arrête tout de suite : la politique de Sarko (et même la politique tout court à vrai dire) je m’en tamponne le coquillard comme de mon premier string. Pour autant, il ne faut pas se leurrer : en travaillant plus, on gagne forcément plus.  En plus de son contrat habituel,  on peut cumuler quelques missions intérims ou faire un peu de figuration pour le cinéma. Les inventaires restent le meilleur moyen de se faire de l’argent facilement, à condition de ne pas être regardant sur les horaires (certains se font en effet de nuit). Vous vous coucherez tard mais avec de l’agent en plus sur le compte ! Les sites internet cherchant des figurants sont aussi très nombreux et pas la peine de ressembler à Angelina Jolie ou Brad Pitt pour être sélectionné (vous pourrez d’ailleurs nous apercevoir dans le prochain film de Woody Allen #autopromo). Dernière astuce : la rédaction web. Les plateformes telles que Great-Content ou Edit Place permettent de faire des petits contrats d’écriture SEO, selon son temps libre, à condition de savoir au minimum écrire correctement.

On travaille à côté de ses études

Le voyage n’est pas une affaire d’âge, c’est bien connu. Les étudiants aussi peuvent donc très bien partir, malgré leur situation souvent précaire. Les propositions de petits jobs à faire en parallèle à ses heures de cours sont nombreuses : plagiste, serveur, caissier, plongeur (dans la vaisselle pas dans les fonds marins !), distributeur de journaux ou flyers, hôtesse, cueilleur pendant les vendanges… j’en passe et des meilleurs.

On fait le vide chez soi

Cette petite robe qui dort au fond du placard et que vous ne comptez plus jamais mettre, ces DVD que l’on vous a offert sans connaître vos goûts, ces affreux bibelots que vous ne pouvez plus voir en peinture, ces jouets avec lesquels bébé ne joue plus depuis longtemps, tous ne demandent qu’à trouver un nouveau foyer où ils seront bien accueillis. Les brocantes et vide-greniers sont un bon moyen de revendre tous ces vieux machins et du même coup de cumuler quelques sous en plus en prévision de votre voyage.

On se fait belle sans se ruiner

Je ne suis pas une fashionista et encore moins une beautysta. De base, je ne suis donc pas du genre à faire du shopping ou à traîner dans les salons d’esthétique tous les deus jours, mais en préparant notre grand voyage en Amérique du Sud – et même en ce moment puisque nous partons quelques mois en Asie l’année prochaine – je ne me suis pas privée de ce côté là. Pour les cheveux, les académies de coiffure sont les endroits parfaits où prendre soin de sa tignasse sans payer cher. A l’école Formula A de Paris, une formule shampoing-coupe-brushing vaut 10€ et, mieux encore, peut s’avérer gratuite quand les étudiants cherchent des modèles ! On fera aussi de belles économies en préférant un coiffeur à domicile, qui pratique bien souvent des tarifs beaucoup plus attractifs qu’en salon. Il en va de même pour la manucure : des écoles d’esthétique proposent des prix moindres ou carrément la gratuité contre un peu de disponibilité. Il suffit d’être patient – un service dispensé par un apprenti durera forcément plus longtemps – mais le résultat est le même. Toujours à Paris, on pourra aussi se rendre à Belleville où les petits salons de beauté sont légion et les tarifs quasi dérisoires (compter 15€ pour une manucure et pause de vernis chez Lili Beauté, que je vous recommande). En dehors de Paris, les autres grandes villes proposent aussi leur lot d’écoles et de petits salons pas chers, il suffit de chercher. Et quand on cherche, on trouve ! Mieux encore : le DIY, parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Alors on ouvre un tuto sur Youtube, on prend son petit tube de vernis, son petit gommage fait maison et on prend soin de ses cuticules et de sa peau comme une grande. « Et pour les cheveux, on coupe toute seule aussi, c’est ça ? » me direz-vous. Déjà, je vous répondrai « pourquoi pas ? » et sinon, on laisse pousser ! #astuce Vous croyez franchement qu’en voyage au bout du monde, vous allez penser à vos pointes fourchées tous les jours ? Moi non, en tous cas… Pour les fringues enfin, soit on attend les soldes, soit on fouille dans les friperies ou sur les sites de e-commerce. Zalando ou Asos, pour ne citer qu’eux, sont de véritables mines de promo où se faire plaisir, presque sans compter.

On mange à la maison

Je ne vous dis pas de ne plus aller du tout au restaurant, mais chaque resto évité avant votre voyage est un resto de plus que vous ferez en voyage. On préfère donc les petites bouffes à domicile ou alors, on ne va pas au premier resto du coin : on cherche sur La Fourchette le bon plan pas cher pour bien manger. Certaines adresses proposent même des menus « deux pour le prix d’un ». De quoi continuer à se faire des dîners romantiques sans se ruiner.

On fait du sport sans rien dépenser

Si vous êtes un(e) adepte du fitness, de la muscu ou de toute autre activité pratiquée dans une salle de sport aux tarifs exorbitants, je vais peut-être vous étonner, mais vous pouvez faire la même chose chez vous et même en regardant la dernière émission de télé-réalité débile du moment. Les exercices pour s’entretenir au quotidien, bêtes et méchants comme faire son jogging dans la rue, au grand air, dans un parc, plutôt que sur un tapis de course, ou encore ses abdos au réveil et pas avec une ersatz de Davina qui vous hurle de pousser plus fort au milieu de quinze autres personnes, sont nombreux. Prendre les escaliers plutôt que l’escalator, prendre dix minutes pour faire des étirements simples et se détendre, manger sainement, soulever quelques poids… on les connaît tous par cœur, il suffit de s’y mettre ! Autrement, privilégiez les salles de sport rattachées aux mairies ou universités de votre ville, renseignez-vous sur les clubs UNSS, faites marcher les tarifs préférentiels de votre CE, allez à la piscine municipale pour nager un peu. Toutes ces solutions permettent de faire des économies et en plus de retrouver la forme nécessaire pour mieux appréhender votre voyage.

On allège le poids de la culture

Si vous êtes comme Matt et moi, de vrais cinéphiles, préférez une carte illimitée pour aller plus souvent au cinéma plutôt que de payer 10€ par séance. La plupart des grandes chaînes proposent leurs tarifs qui excèdent rarement les 25€ par mois, ce qui s’avère vite rentable si on va au ciné au moins une fois par semaine. Si vous êtes du genre à y aller seulement de temps en temps, privilégiez dans ce cas les petites salles de quartier dont les tarifs ne dépassent généralement pas les 8€ la séance. Ou encore, attendez simplement la sortie des films à la télévision : certains bouquets proposent plusieurs films en vidéo à la demande, rapidement après leur sortie en salle et pour pas trop cher. Côté lecture, plutôt que d’accumuler les livres qui prendront de la place dans le grenier de celui qui aura l’honneur de garder vos affaires pendant votre voyage (ça sent le vécu), inscrivez-vous gratuitement à la médiathèque de votre quartier et empruntez les livres qui vous intéressent. Enfin pour la musique, j’encourage une inscription à un réseau tel que Spotify. Pour même pas 10€ par mois, j’écoute ce que je veux quand je veux, même sans être connectée au web. Tout ça sans passer par le format CD (au moins 10€ pour un), qui prend autant de place dans le grenier de Tonton que les livres.

On contrôle ses dépenses

J’avais envie de titrer ce paragraphe « on évite d’habiter à Paris », rapport au prix des loyers et de la vie en générale, mais j’y ai vécu avant mon premier grand voyage et j’ai tout de même pu mettre de l’argent de côté. Comment ? Je vivais en en colocation, ce qui m’a permis de faire de grosses économies sur le loyer. Sans en passer par là, vous pouvez tout simplement contrôler vos dépenses. Pour cela, il ne faut pas avoir peur de déménager dans du provisoire, du plus petit, ou sous-louer sa chambre d’ami, si on en a une, ou un bout de son salon (Airbnb est fait pour ça). Réduire son forfait téléphonique au maximum (Mamie ou Chéri peuvent bien vous rappeler s’ils ne partent pas en voyage, eux !) et mettre un pull en hiver plutôt que de s’offrir une ambiance tropicale avec les radiateurs à fond. Ce sont ces tous petits sacrifices, ces bouts de chandelles, qui mis bout à bout vous permettront de faire de belles économies pour partir en voyage.

Je n’entends pas avoir la science infuse sur le pourquoi du comment faire des économies, juste vous donner quelques conseils qui vous seront profitables si vous jouez le jeu. Gardez à l’esprit que quand on veut, on peut. C’est même ma devise. Surtout, quand on la santé, un passeport européen et une bonne dose de motivation. Chacun planifiera son voyage selon ses envies, ses moyens, mais encore une fois : NON, voyager n’a rien d’une chance, alors foncez !

Bientôt, je vous donnerai des astuces pour économiser pendant le voyage 🙂

5 réponses to “Comment faire des économies avant de partir en voyage ?

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :