Menu

Marseille 1e partie : Dédicace de Mars ! (en plein mois d’août)

Arrivés à Marseille après une nuit à demi-blanche et deux-heures trente de TER, il nous fallait bien un petit café Henry Blanc pour nous remettre les idées en place. En descendant de la gare, beaucoup de mendiants, des familles de gitans qui nous tendent la main, avec, dans l’autre, un portable plus évolué que le mien…

En attendant le réveil des amis que nous sommes venus visiter, petit détour par le quartier populaire de la Plaine après avoir rapidement parcouru la très belle église des Réformés. Le temps d’acheter de quoi se laver pendant un an au marché (en fait c’est savon de Marseille en cadeau pour tout le monde, comme ça, pas de jaloux) et de faire le tour du cours Julien,  puis on retrouve nos amis autour d’un Pastis – Marseille oblige – pour planifier l’itinéraire de nos deux jours dans la cité phocéenne.

IMG_20130822_113009 DSC02152

On se chauffe les mollets, on prépare les petons et c’est parti pour une belle journée de marche. On descend d’abord la fameuse avenue de la Cannebière jusqu’au vieux port en s’enfonçant dans les rues des alentours que la Mairie délaisse. L’ambiance rappelle un peu celle de Barbès en plus souriant et d’une manière générale, dans toute la ville, l’architecture évoque parfois Paris, le soleil en plus. On déjeune à une bonne petite adresse près du vieux Port, l’Oliveraie, avant de repartir de plus belle.

DSC02188

DSC02234 DSC02246

Petit détour par la charmante abbaye Saint-Victor avec une première vue sur le port et on crapahute en plein cagnard jusqu’à la  Basilique Notre-Dame-de-la-Garde. La Bonne Mère, comme on la surnomme ici, d’en haut, paraît plus petite que d’en bas. La visite en vaut néanmoins la chandelle, l’intérieur, en plus d’être joliment décoré, ressemble, en plus fastueux, aux chapelles de pêcheurs où des maquettes de bateaux sont accrochées au plafond. La salle principale n’est pas énorme, ni la crypte, mais l’endroit ne manque pas de charme. Et puis surtout il y a la vue. Un panorama sur Marseille à 360 degrés. Magnifique.

DSC02295 DSC023012013-08-22 16.51.08 DSC02320 DSC02323

En redescendant, entre deux histoires de farigoule et autres particularités locales, on se perd dans les ruelles calmes du Roucas Blanc, on traverse Endoume (les deux plus beaux quartiers de la ville même s’il n’y a pas grand-chose à y visiter) et on pique une tête salvatrice dans le pittoresque Vallon des Auffes. Le cadre n’est pas sans suggérer, en plus cosy, le port de Riomaggiore que nous avons visité il y a peu. Si les rochers ne sont pas les plus confortables du monde, l’eau est excellente et le paysage, avec les îles du Frioul en face, est enchanteur.

DSC02333

DSC02332

Le jour se couche doucement, on rejoint, à pied toujours, le palais du Pharo – un monument énorme ordonné par Napoléon – en passant par la corniche, pour profiter d’une dernière vue by night sur le port. On envisage de prendre le ferry pour dîner dans le Panier, le quartier bobo de Marseille, mais on arrive une heure trop tard. Les jambes lasses, on se rabat sur le cours Julien, en passant par le joli quartier des Créateurs qui s’anime tout d’un coup le soir venu et, au hasard des rues, on se pose finalement au resto-bar La Passerelle pour finir en beauté cette délicieuse journée.

DSC02356

DSC_0231

A notre grande surprise, Marseille de nuit est aussi calme que Marseille de jour. A part quelques quartiers animés (Le port, la Plaine, le cours Julien) la deuxième ville de France paraît bien plus sage que sa grande sœur parisienne. De nuit surtout, la plupart des rues sont étrangement désertes. N’en déplaise aux gros fêtards, populaire et colorée, et si peu chère, peuchère, Marseille aura su nous charmer en un jour. On regrette simplement, de n’avoir pas pu goûter la traditionnelle Bouillabaisse, THE arnaque de Marseille, ville apparemment peu gastronome, avec des tarifs rarement en dessous de la barre des 50€ (un comble pour ce qui fut jadis un plat de pauvres) et de n’avoir eu le temps de faire un tour au MuCEM, le tout nouveau musée d’art et des civilisations de la Méditerranée. La journée du lendemain, dans les calanques, ne nous en laissera pas non plus le temps. Voilà qui nous donnera un prétexte, s’il en est besoin, pour revenir à Massilia compléter cette visite aussi expresse que prometteuse !

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :