Menu

Une journée à Monaco

Le weekend dernier, nous sommes allés (re)découvrir Monaco. Située à tout juste quarante cinq minutes de train d’Antibes où nous résidons, la principauté la plus chic du monde donne un petit goût d’exotisme, l’impression de ne plus être en France. Et c’est d’ailleurs le cas !  On a beau partager la langue de Molière, Monégasques et Français restent bien différents. On vous explique…

Je n’avais que quelques souvenirs flous de Monaco, datant de ma petite enfance où j’avais visité de la famille éloignée. Une piscine remplie  de poissons où les gens se baignaient et pêchaient (qui était en fait un bassin rattaché à la mer), des allées bordées d’orangers et une glace au chocolat dans un pot en forme de tête de schtroumpf offerte par ma grande tante lors d’une balade au marché de la Condamine. Matthieu, ayant vécu quant à lui vingt ans sur la Côte d’Azur, avait eu l’occasion d’y aller plus souvent et n’était pas très enthousiaste à l’idée d’y remettre les pieds. C’est vrai, qu’y a-t-il d’autre à Monaco que des casinos et des voitures de luxe ? Je voulais en avoir le cœur net. Il ne pouvait pas juste s’agir d’un gros rocher destiné aux riches ! Alors j’ai réussi à motiver Matthieu de m’accompagner et très tôt dimanche dernier, nous sommes partis en terre monégasque.

On profite justement du fait que j’ai un cousin sur place pour lui demander conseil avant d’entamer la balade et après quelques repérages sur la carte qu’il nous prête, nous voilà partis à la conquête de Monte-Carlo. Qu’on se le dise, au cas où vous ne le sauriez pas déjà : Monaco est minuscule et peut se visiter sans se presser en une journée, plage et musées inclus. Pour être efficaces, nous avons donc commencé par le Rocher. Situé à seulement dix minutes à pieds de la gare sncf, le Rocher est l’endroit numéro un à visiter à Monaco puisque c’est là que se trouve le palais princier, le musée océanographique et la très belle cathédrale.  On arrive par la place où se situe le palais, où on peut assister juste avant midi à la relève de la garde, puis on flâne dans les ruelles plutôt bondées (surtout un dimanche d’août évidemment !). Au passage, on passe un petit moment dans les jardins Saint-Martin pour pique-niquer avant de redescendre vers le centre ville et on goûte à une spécialité locale : la fougasse monégasque. Ce petit gâteau sec ressemble à un sablé recouvert de bonbons Car en Sac (ça en a d’ailleurs presque le goût) et était autrefois destiné aux pauvres. La boulangère n’aura d’ailleurs apprécié qu’à moitié que je lui demande « ah bon, ça existe les pauvres, à Monaco ? »…

DSC01984 DSC01998 DSC01944 DSC02010 DSC02028

Tout ça nous aura pris 2h sans nous presser. Matthieu s’est réconcilié avec Monaco dont il aura découvert le coeur historique, tout de suite plus intéressant que les quartiers autour du port. Hercule de son petit nom, le port de Monte-Carlo est tout simplement magnifique. Quand on prend un peu de hauteur pour le voir en entier, depuis le Rocher, il offre une vue absolument sublime. Même s’il n’a rien à envier à la baie, située de l’autre côté. Avouez que pique-niquer face à un tel paysage, c’est plutôt pas mal !

DSC02041 DSC02055

Après avoir hésité à visiter le musée océanographique qui promet plus de deux-cents espèces de poissons différentes, nous retournons donc vers le port en passant près de la plage en bitume. Oui, en bitume. Imaginez : pas de sable, ni de galets, juste de larges bandes de béton et des petites échelles pour descendre directement dans la mer. Ça a beau être moderne et beaucoup moins charmant qu’une « vraie » plage, moi j’achète.

DSC02076

Le port est entouré de boutiques ultra-luxe, de bars aux cocktails affichant des prix exorbitants et de galeries d’art contemporain encore plus exorbitant. Le voilà le Monaco cliché ! Celui que l’on imagine bling bling, où les voitures de luxe font vrombir leurs chevaux et les gens se pavanent dans des accoutrements haute couture. Si ne nous sommes pas du même monde, on peut comprendre aisément qu’ils vendent du rêve à certains. Les touristes n’hésitent d’ailleurs pas une seconde à se prendre en photo devant les plus belles carrosseries, autour du fameux circuit de Monaco, ou devant le casino.

DSC02114 DSC02098

Situé à dix minutes à pieds du port, il n’a que très peu d’intérêt si on n’aime pas les machines à sous. Certes le lieu est beau architecturalement parlant, ou pour son cinéma en plein air, mais ce sont plutôt les jardins japonais qui valent le détour. A deux pas de là, ils permettent d’y faire un somme à l’ombre ou de méditer devant les belles grosses carpes de toutes les couleurs.

DSC02124DSC02126

On jette un oeil au loin à la tour Odéon en construction, qui abritera l’énième démesure monégasque, l’appartement le plus cher du monde, puis on retourne doucement vers la gare. On passe pour cela par Beausoleil, une petite commune française directement rattachée (par l’histoire et par les terres) à Monte-Carlo, un peu moins chic voire plus populaire. On y voit même des tags et un quartier indien !

2013-08-11 15.00.34

En chemin, nous aurons vu un touriste portugais se faire contrôler sur simple délit de faciès, le policier n’hésitant pas à lui demander ouvertement : « êtes-vous certain que vous ne travaillez pas illégalement à Monaco ? » (je cite).  Un moment de vie comme un autre à Monaco quand on sait qu’il y a deux ans, deux amis mâtes de peau se sont fait contrôlés sans aucune raison. Un racisme qui passe pour normal dans une terre immaculée où tout le monde doit se sentir à l’abris. Et ça marche : pas un mégot parterre, des jolies poupées qui laissent traîner leur sac sans crainte, des voitures obligées de contrôler leur vitesse. Pas de place pour les sans-abris (ils sont chassés) et le reste de la société vit tranquillement sous le regard de plus de quatre cent caméras. Big brother is watching you ! Serait-ce le prix à payer pour vivre dans un monde propre et chic  ? Le peuple semble acquiescer et remercie son couple princier du joli environnement qu’il lui offre, en affichant dans chaque boutique, chaque demeure, sa photo comme s’il faisait partie de la grande famille Grimaldi. Espérons qu’avec Gad Elmaleh bientôt dans la famille, Monaco ouvre un peu son esprit…

2013-08-11 15.05.12

Un univers à part que celui de Monaco donc, où nous avons aimé nous balader mais où nous ne vivrions pour rien au monde.

Retrouvez plus de photos de Monaco sur notre compte Instagram

4 réponses to “Une journée à Monaco

  • Vous avez un peu la dent dure avec Monaco 🙂

    C’est vrai que c’est très différent de la France mais bon, cela reste un bel endroit où l’on mange très bien. Il y a de nombreux restaurants de qualité.

    • Nous y sommes de retour pour des raisons professionnelles, et nous n’avons pas encore trouvé d’autres restaurants que des nids à touristes. Je survalide l’aspect bling-bling qui nous débecte au plus haut point pour le vivre désormais au quotidien, l’impossibilité de se garer et plein d’autres points noirs qui mériteront peut-être un nouveau petit article…

  • Il était pourtant super ce récit avant que l’on ne retombe sur le politiquement correct à la française… « contrôle au faciès, big brother, tags », il y aurait presque un délit de richesse! Bref, les mêmes phrases balancées pour faire bien ou toujours critiquer et qui bloque tout débat d’idées.
    Je suis issu de classes modestes et tu fais ce que tu veux mais fallait pas aller à Monaco si tu es branché tags/critique de ce qui est bling bling il me semble…

    • En voilà un commentaire bien constructif comme je les aime, avec une adresse même pas valide derrière et le pseudo bidon typique du mec qui s’emmerde profondément derrière son ordinateur. Parce que je semble visiblement plus ouverte que toi, je suis allée à Monaco pour découvrir ; parce que GUESS WHAT, c’est à ça ce que ça sert de voyager ! Fou, hein ? Et ouais, désolée, je n’aime pas le racisme, ni l’opulence, ni la beaufitude du bling-bling. Et je le dis. Je ne considère pas ça comme un délit de richesse (ça ne veut strictement rien dire au passage) mais un point de vue comme un autre. Pour autant, ça ne m’a pas empêché d’y retourner. Si toi c’est ton truc, grand bien t’en fasse. Il faut de tout pour faire un monde. Bisous bisous.

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :