Menu

Escapade à la frontière italienne

L’un des (nombreux) avantages à vivre sur la Côte d’Azur reste sa proximité avec l’Italie. Le pays à la botte est en effet accessible en seulement une petite heure de voiture depuis Antibes. De quoi s’offrir un aller-retour dans la journée pour prendre le grand air à la frontière italienne bordée par les Alpes, comme nous l’avons fait cette semaine avec des amis, dont Thomas et Clémence, qui nous avaient rejoints au Pérou.

DSC01386

Nous voilà donc partis de bonne heure pour profiter au maximum de notre courte virée, dans la région de Ligurie, à Isolabona pour commencer. Ce petit village italien tout en vieilles rues de pierres où le linge sèche en hauteur, les chats rôdent et les passants se font rares même en pleine semaine, nous fait nous arrêter pour déjeuner dans un restaurant conseillé par le père de Matthieu. Une petite adresse dont on tombe vite amoureux, autant des plats que de la gentillesse du serveur qui parle français avec un joli accent chantant. [On apprendra au passage que le gouvernement italien à mis en place une garde des finances, pour surveiller les commerçants peu scrupuleux qui ne déclarent pas tous leurs revenus, qui interroge les clients à leur sortie du restaurant ou de la boutique. Il faut donc toujours garder sur soi le ticket de caisse de son achat ou la facture de son déjeuner, sans lequel on peut risquer une amende très salée !]

DSC01407

Un petit tour dans la ville pour digérer nos pâtes fraîches maison nous amène un peu plus dans les hauteurs d’Isolabona pour obtenir d’une belle vue sur les maisons aux rideaux patinés et sur les montagnes alentour. De quoi prendre le grand air.

DSC01415 DSC01409

Pour rester dans le même esprit de « virée au vert », on poursuit notre visite de la frontière italienne par un autre petit village que nous avions découvert il y a deux ans, pour sa rivière rafraîchissante et ses cascades dans lesquelles il fait bon sauter en plein été : Dolceacqua. Si le soleil de mai ne nous permet pas encore de retrouver l’eau douce du village, nous arpentons volontiers ses vielles ruelles  qui grimpent jusqu’au point culminant de la ville : le château des Doria. Partout sur les vieux murs du village médiéval, les histoires – des plus sombres comme le droit de cuissage, aux plus marrantes, comme la fête de la miquette qui célèbre l’abolition de cette loi par le biais d’une brioche aux formes très féminines – s’inscrivent pour nous donner un aperçu de la vie, telle qu’elle l’était au temps du Moyen-Age italien.

DSC01446 DSC01433

Le château étant fermé, on poursuit la balade à travers les petits sentiers de randonnée de cinq minutes, pour les petits promeneurs, à quarante-cinq, pour les grands marcheurs, qui se trouvent derrière le monument. On en profite pour apercevoir des serpents, découvrir un milliers de jolies fleurs sauvages et même se ramener un peu de menthe et de romarin au passage. La vue est tout aussi belle qu’à Isolabona et nous laisse le temps de souffler un peu en pleine nature.

DSC01457 DSC01461

On redescend s’offrir une glace sur la place de l’église Sant’Antonio Abate. Difficile de ne pas parler espagnol à la serveuse, à défaut de se souvenir des quelques mots d’italien appris il y a trop longtemps, mais ça ne sert pas à grand chose. On arrivera tout de même à se faire comprendre et à profiter des prix défiants toute concurrence de ce bar italien. Trouver une terrasse en France, qui propose encore des glaces entre 0,90 centimes et 2€, relève tout simplement de l’impossible. La crise européenne a de bons côtés pour les touristes français comme nous !

DSC01444

On se dirige, les pattes en coton par nos heures de marches, vers Ventimiglia dernier village frontalier avec la France, où on fait le plein de marchandises italiennes à bas prix. Pâtes aux formes bizarres, pesto à la pistache, Pino Grigio, cèpes séchés, fromage local, huile d’olive artisanale… on repart les bras plein de bonnes choses à manger. [L’astuce pour faire des économies, c’est de ne pas se laisser avoir par les nombreuses boutiques typiques de la frontière, qui proposent tous ces produits à des prix très touristiques.On fera de meilleures affaires en achetant tout cela au même endroit que les Italiens, c’est à dire dans un bon vieux super-marché tout ce qu’il y a de plus banal.]

DSC01477

On repasse la frontière une dernière fois, profitant au passage de la sublime côte Méditerranéenne qui entoure Menton, Monaco, Ezze et Nice.

Arrivederci ea presto Italia !

Retrouvez toutes nos photos en Italie, sur notre album Flickr ICI !

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :