Menu

Trek à Latacunga

Ce qui est bien avec l’Equateur, c’est que depuis Quito tu peux aller à peu près n’importe où dans le pays en moins d’une demi-journée. Après la moitié du monde (tant pis si les sages d’antan, comme le GPS, l’avaient calculée un poil plus loin) on a opté pour trois jours dans la région de Latacunga avec la lagune Quilotoa, le village de Tigua et le volcan Cotopaxi. Mon sens de l’organisation n’arrivant pas à la cheville de celui de Marie on n’aura finalement fait que la lagune. Heureusement pour moi, il me reste le sens de l’improvisation.

(Le Cotopaxi, le plus haut volcan actif du monde)

Partis en début d’après-midi seulement et donc trop tard pour dormir à Zumbahua, on croise dans le deuxième bus (celui qui part de Latacunga) Muriel et Crystal, une Française et une Australienne, à Quito pour du bénévolat elles-aussi, qui nous disent avoir opté pour un hôtel sympa directement à Quilotoa. Histoire de partager le pick-up qui fait Zumbahua-Quilotoa ainsi que nos expériences de voyage/volontariat et d’être directement sur place pour le lendemain, on les suit malgré le froid (j’avais dit à Marie de ne pas prendre de blouson…) et on se retrouve à partager la même immense chambre (pas moins de six lits doubles) aux Cabanas Quilotoa, avec dîner et petit-déj inclus. Là, on rencontre un autre couple de Français, très sympathique, qui nous rencardera pas mal sur la Colombie.

Au réveil, on ne perd pas de temps et allons directement à la lagune. La vue, du sommet, est somptueuse. La lagune, dans le cratère du volcan, offre des reflets verts émeraude qui nous font déjà miroiter notre prochaine destination. Il nous faudra une petite demi-heure et quelques glissades (surtout pour moi équipé de mes baskets à semelles ultra-lisses) pour arriver en bas. Si l’eau est un peu trop fraîche pour s’y baigner, la température extérieure est idéale pour prendre des couleurs. Le retour est moins drôle. On mettra plus d’une heure en plein cagnard, avec un petit demi-litre d’eau à l’arrière-goût de terre pour deux.

De retour au sommet, une limonade plus tard, on fait des emplettes au marché local, craignant de ne rien trouver à Tigua, plus modeste paraît-il. Bilan, on n’a même plus de quoi refaire une nuit d’hôtel, encore moins de quoi se rendre au Cotopaxi. On traverse finalement Tigua en camionnette sans s’arrêter et on passe la moitié de l’après-midi à visiter Latacunga, étrangement déserte.

Après l’art Tigua, on part à la recherche de la statue hommage à la Mama Negra.On ne le sait pas encore mais au terminal de bus il y a un problème avec les transports pour Quito. On mettra plus de trois heures avant de monter dans le car, exténués par l’attente et tristes des réactions de chacun, entre ceux qui grugent et ceux qui laissent gruger. Du programme, on n’aura vu que la lagune et on ne sera parti que deux jours mais l’excursion vaut largement la peine, et le retour mis à part, on était presque prêt à remettre ça le lendemain.

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :