Menu

Comment se rendre au Machu Picchu sans (trop) se ruiner

Le Machu Picchu te coûte toujours une blinde, que tu le fasses seul ou en agence, confortablement ou à l’aventurière. On a opté pour la version seuls, à l’aventurière.

Explications.

Le trajet le plus “économique” depuis Cuzco (on aura dépensé un peu moins de 150€ par personne en tout, trajet, entrée, hébergement et bouffe compris) consiste à prendre un micro-bus jusqu’à Santa Theresa. C’est long, surtout quand tu es assis sur les accoudoirs, avec à côté de toi quelqu’un qui ne sent pas bon du tout. De là, après une pause déjeuner au milieu des pelleteuses, on prend un taxi (à huit dans une voiture 5 places avec un matelas sur le toit : épique !) pour aller jusqu’à la station hydroélectrique. En chemin, on repense au premier combi avec sa route impressionnante qui semble défier la logique des montagnes et on se dit que c’était du chiquet. Cette deuxième portion de route, c’est un peu la death row péruvienne : un sentier en terre caillouteux ou ça roule dans les deux sens alors que la majorité du temps tu n’as qu’un petit mètre de plus que la largeur de ton véhicule.

©voyagesadeux

Après quelques frayeurs bien méritées, on arrive donc à l’usine hydroélectrique d’où part le train pour Agua Calientes, dit le Machu Pueblo (que tu peux prendre aussi à Cuzco directement, mais c’est moins drôle et ça coûte un bras). Le plus économique, c’est encore de ne pas le prendre. C’est ce qu’on a fait. Tu longes alors les rails dans un décor tropical, pendant un peu moins de trois heures pour arriver à Agua Calientes de nuit (oui, parce qu’avec le cumul ça fait huit bonnes heures de trajet…).

©voyagesadeux

A Agua Calientes, tu attends impatiemment le jour suivant pour grimper au Machu. Tu cherches l’hôtel le moins cher et le resto le moins dégeu. Tu te reposes un peu, six petites heures et à quatre heures et demi du matin, direction le Machu. Enfin ! Tu peux prendre le bus mais le plus économique, c’est encore d’y aller à pied. Un peu plus de 1700 marches et nous n’aurons pas l’audace de dire que tu ne les sens pas passer. Arrivé au sommet, ta récompense : le fameux site archéologique du Machu Picchu niché au creux d’une vallée à près de 2800 mètres d’altitude, tout ça pour satisfaire la mégalomanie d’un roi Inca, selon les théories les plus plausibles. En vérité, dans cet endroit reculé, personne n’est sûr de rien. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette merveille du monde !

©voyagesadeux

Comme on avait booké le Huayna Picchu (la grosse montagne derrière sur les photos) dans la foulée, on traverse le site sans s’arrêter pour être à l’heure avec ceux du premier groupe (entre sept et huit heures). Une deuxième ascension commence, merveilleuse et éprouvante. Bien plus physique, on met quasi cinq heures pour aller au sommet et faire le tour complet.

©voyagesadeux

La vue est sublime d’ici, offrant un autre panorama sur le Machu avant de redescendre par un sentier escarpé menant au temple de la lune et à la grande caverne. Ici, nous sommes quasi-seuls. Ca fait du bien d’autant que les paysages sont magnifiques, mais n’avons malheureusement pas prévu assez d’eau. On finit assoiffé et sur les rotules, obligé de passer par le snack à l’entrée du site où la bouteille d’eau est vendue huit soles (normalement c’est un).

©voyagesadeux

Après une petite pause, on abandonne les filles sur une terrasse ombragée du Machu et on retourne avec Tom se faire le parcours intégral pour découvrir toute la richesse du site. On se délectera des anecdotes des guides, parfois un peu farfelues et de l’architecture impressionnante, jusqu’à rejoindre les filles une heure plus tard qui, entre temps, se seront faite une nouvelle copine : un lama femelle qu’on sera bien obligé d’abandonner.

©voyagesadeux

Pour le retour, on délaisse un peu la formule économique. Les filles fatiguées optent pour le bus à huit dollars pendant qu’on redescend à pied (en 38 minutes chrono !), puis on prend tous le train jusqu’à Ollantaytambo dans la vallée sacrée, pour la maudite modique somme de cinquante dollars par tête. Le Machu, ça se mérite !

©voyagesadeux

On arrive épuisé, juste à temps pour dormir. Le lendemain, visite express de la ville, très charmante avec ses ruines impressionantes (pas autant que le Machu) et retour par Cuzco pour embarquer direction… le lac Titicaca.

Retrouvez toutes nos photos du Machu Picchu ICI !

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :