Menu

Petit précis d’astronomie pour les nuls, ou pourquoi il y’a peu de chance qu’on se fasse envahir par les extraterrestres

Notre virée dans la Valle del Elqui a été motivée par un seul but : allez dire bonjour aux étoiles. Dans une région se payant le luxe de 300 nuits de ciel pur (comprenez sans nuage, sans pluie, sans rien), ça aurait été tout de même bête de  rater une visite de l’un des nombreux observatoires installés ici ! En réalité, il n’y en a que deux près de Vicuña  réservés aux touristes, les autres étant des bases pour les astronomes chercheurs du monde entier. On a donc choisi celui tenu par Eric, un Français tombé amoureux du ciel chilien il y a cinq ans et qui a donc racheté un bout de terrain à un propriétaire du coin pour mieux installer son gros engin et partager sa passion avec les touristes de passage. En plus d’être super sympa, Eric a été d’une patience remarquable face à nos milliers de questions même les plus… originales. Voilà un petit  condensé de ce que nous avons retenu en vrac.

  • La lune maintient la rotation de la Terre et donc lui permet d’avoir un climat. Plus de lune, plus de saisons, plus de Terre.
  • Les étoiles filantes ne sont pas des étoiles filantes, mais de simples cailloux qui tombent dans l’espace.
  • On ne peut voir le nuage de Magellan (qui est en réalité une galaxie, mais Magellan à l’époque vous vous doutez bien qu’il n’y connaissait rien) que depuis l’hémisphère sud. A l’intérieur, nous avons pu observer la constellation de la tarentule. L’intégralité de la constellation du scorpion ne se voit également que depuis le Chili.
  • Mars n’est pas rouge mais orange !
  • L’espace n’est pas infini. Il est quantifiable et a été quantifié. C’est un cube d’à peu près 10 puissance x millions ³. En gros, c’est un énorme cube. Une “bonne théorie” a toutefois démontré récemment que l’espace s’agrandissait. Donc ce chiffre changera d’ici quelques millions d’années.
  • Une supernova est l’explosion d’une étoile. La lumière d’un tel phénomène est bien plus importante que celle du soleil tant et si bien que quand il arrive (le dernier date du début des années 1600) on assiste à plusieurs jours sans nuit. Une supernova est également le seul moyen de créer de l’or. On peut donc envisager que le big-bang a été le résultat d’une supernova, ce qui expliquerait la présence de l’or sur Terre. Plus la peine de jouer aux petits alchimistes avec vos plombages maintenant.
  • On a trouvé une cousine potentiellement habitable à la terre, située à 600.000 années lumière. Du coup, on ne peut pas y aller. L’une des lunes de Saturne ne serait pas trop mal non plus, mais on n’en est pas sûr à 100%.
  • Quand vous voyez un satellite remonter la voie lactée du nord au sud, vous pouvez être sûr que c’est un satellite espion puisque cette trajectoire coûte une petite fortune étant donné qu’elle permet d’observer toute notre galaxie. D’est en ouest, ce sont ceux que l’on connaît mais ils n’ont qu’une vision partielle de l’espace.
  • L’image que nous avons de l’espace est celle du passé. Explication : une étoile située à 600.000 ans de notre planète renvoie vers nous une lumière datant de 600.000 ans elle aussi puisque c’est la vitesse qu’il faut à cette fameuse lumière pour arriver jusqu’à nous. Dès lors, même Saturne située à tout juste 1h30 de la Terre garde 1h30 de décalage dans le passé par rapport à nous. Vous suivez ?
  • Cette théorie du voyage dans le temps a été démontrée par Einstein. Dès lors, même si nous avions les moyens technologiques de voyager dans l’espace, de nous propulser à la vitesse de la lumière pour arriver en quelques secondes d’un point A à un point B sans prendre une ride, le temps sur Terre, lui, n’aurait pas bougé. En partant à la conquête de l’espace, l’astronaute ne devrait non pas dire adieu à sa famille, mais carrément à sa planète. Dur psychologiquement !
  • Il en va donc de même dans l’autre sens. L’image que renvoie la Terre dépend de l’emplacement de la planète qui l’observe. En admettant que des petits hommes verts situés à cinq million d’années de chez nous, nous observent en ce moment, ils ne voient que des dinosaures. Ce qui ne donne pas forcément envie de venir nous dire bonjour. Si en revanche ils se baladent par hasard dans l’espace et arrivent au minimum à 100 ans de chez nous, là ils auront la vision de nos bonnes vieilles locomotives à vapeur et bientôt celle d’un peuple en pleine première guerre mondiale. Ce qui ne donne pas non plus très envie de venir en paix.
  • Pour finir, toutes les théories scientifiques connues pour êtres véridiques ne sont en fait que des “bonnes théories”. Comprenez par là qu’on a pas pu démontrer mieux, mais qu’on n’en est pas certain non plus. Comme l’homme pensait que la Terre était plate il n’y a pas si longtemps, il y a de fortes chances pour que tout ce que je viens de vous raconter soit obsolète dans quelques années. On peut également envisager que les créationnistes ne soient pas moins fous que les scientifiques…

Trackbacks & Pings

  • Chasse aux extraterrestres dans La Valle del Elqui | Voyages à deux :

    […] Pour digérer le tout, on s’offre une petite balade par les vignes, en passant par la distillerie de pisco Capel (le 1er du pays) puis, en soirée, direction l’obervatoire El Pangue. Une petite escalade en voiture et nous voici plongés dans la nuit noire. Enfin, presque ! Le ciel est tellement pur que la lumière de la voie lactée parasite la noirceur de la nuit. Vous imaginez bien qu’on est resté bouche-bée pendant trois heures, la tête en l’air pour profiter au max du spectacle. Un moment inoubliable, sinon le plus beau de notre séjour dont je vous ai rapporté quelques anecdotes ICI. […]

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :