Menu

Ce que nous avons appris à Bariloche

Histoire & civilisation

Une forte immigration allemande et suisse datant de la seconde guerre mondiale. Le guide du routard avait même rebaptisé la ville Naziland… On ne l’a pas trop remarqué, si ce n’est une gentille blondinette dans une agence de voyages et pas mal de restaurants à fondues et de chocolateries.

La retraite s’obtient à 60 ans quelque soit ton statut et ta nationalité. Il faut seulement justifier une adresse argentine pour toucher 2000 pesos. De l’argent de poche pour les riches, un vrai revenu pour les pauvres et ceux qui n’ont jamais travaillé. Merci Cristina !

Merci aussi pour rendre le pays quasi autosuffisant, avoir racheté la dette du pays (on ne sait pas trop comment…) et te débrouiller pour racheter le pétrole aux Espagnols.

Une présence mapuche encore, mais plus discrète qu’au Chili.

Gastronomie

Des fondues et des chocolateries donc. On n’a pas goûté les premières (mais pour 25 € à deux, on aurait pu) par contre on a évidemment goûté le chocolat en branche, spécialité locale oblige.

Les lacs alentours permettent aux pêcheurs locaux de vivre et aux amateurs de bonnes fritures de changer de l’éternelle parilla.

Malgré les innombrables forêts, on a pas trop vu de champignons (ou on ne pense pas qu’ils étaient commestibles).

Un peu de viande de cerf, séchée surtout ou en pâté, qu’on a malheureusement pas goûtée et qui semble être une spécialité patagonienne.

Le guiso argentin de Chantal Alegre (riz, viande fumée, lentilles, carottes)reste le meilleur plat argentin que nous ayons mangé 🙂

Transports

Depuis le Chili (à Osorno exactement) plusieurs compagnies assurent la traversée. Andesmar ou Cruz del sur en font partie. Petit déj ou déjeuner inclus dans le prix. Films pendant le voyage (“Cheval de Guerre” est nullissime, soit dit en passant… ) Prix : 20 €. Trajet : 5h environ avec un passage par la douane.

La douane chilienne ne rigole pas. Les chiens reniflent et rererereniflent chaque sac pendant vingt bonnes minutes. Interdit de faire passer depuis l’Argentine de la viande ou des légumes et déclarer tout objet artisanal.

Les tickets de bus intra-urbains pour se rendre au Campanario par exemple s’achètent pour 1,20€ l’aller retour dans des boleterias, pas dans le bus. Pour Villa Angostura, direction le terminal des bus comme point de départ : 1h15 de trajet, 12 € l’aller retour.

Les commentaires sont fermés.

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :