Menu

Balade dans les ruines d’Encarnación

Retour vers le futur 4. Soy el nuevo Michael “Jota” Fox. Après quatre ans passé chez les Jésuites, quand on arrive à Trinidad, on a l’impression que les élèves sont devenus des Indiens, les profs des pères et la salle de classe une vaste cathédrale. Les murs de pierres se reforment dans le temps recomposé et d’antiques cantiques parviennent jusqu’à nos oreilles. La vaste plazza est animée et la vie reprend  ses droits. Là, à l’image de l’angelus qui décore la corniche, un jeune prêtre apprend un air de flûte à un adolescent. De l’autre côté on fait marcher le feu pour préparer le repas. A l’église primitive il ne se passe pas grand chose à cette heure là. J’essaie de donner un coup de main à droite à gauche. Mais plutôt gauche qu’adroit (mes compétences en audiovisuel ne me servent pas énormément à cette époque) je finis par rouvrir les yeux et laisser les images d’autrefois s’évanouir peu à peu comme le serpent de fumée sur la tige d’encens. Le temps refait sa loi ; l’herbe pousse, invariablement, sur les tombes trois fois centenaires. Depuis le sommet du campanil, pas un chat, pas un brin de vent, pas un son. Juste le silence etouffant du soleil. Retour vers le présent, dans la sérenité des ruines, quelque part au bout du monde, un après-midi de  mars.

Plus de photos en cliquant sur la photo.

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :