Menu

Que voir à São Paulo ?

Tour d’Ivoire à tour de contrôle : Quoi de neuf?

Tour de contrôle à Tour d’Ivoire : Rien!

Tour d’Ivoire à tour de contrôle : Vraiment ?

Tour de contrôle à Tour d’Ivoire : Vraiment !

C’est un peu la première des réflexions que l’on se fait en débarquant à São Paulo. Métro bondé, visages figés, corps pressés, compressés. A peine sortis des souterrains, l’avenue Paulista, Les Champs-Elysées brésiliens matinés d’un petit air de la Défense. Justement on est dessus. Sur la défensive. Qu’est-ce qu’on fout là ?! Les voitures défilent au milieu des buildings ; les gens, pour la première fois, semblent tirer la tronche et se foutre de tout. Paris, sort de cette ville!

Après milles et une galères  pour trouver les clefs de l’appartement que nous prête Julia, une amie de Marie que nous ne verrons malheureusement jamais, la nuit que nous n’avons eue qu’à moitié lors du voyage en bus nous rattrape sous la forme d’une sieste dévastatrice. Réveil à 20h, quel jour on est ? Tiens, Paris à poussé dans la nuit… Tudo bem? Une Churrascaria chez Sujinho et tout va définitivement mieux. Deuxième nuit. Les idées claires. La journée peut enfin commencer.

5€ de l’heure pour aller sur Internet (vous attendrez qu’on arrive à Iguazu pour lire ce post). Autant se balader à pied pour découvrir la ville et arrêter les dépenses aussi salées mais moins goûteuses que la viande de la veille. Liberdade d’abord, le quartier Japonais qui, selon moi, fait plus chinois qu’autre chose, même si je ne suis jamais allé au Japon. Le Centre enfin, moins bien fréquenté, avec ses tours en décomposition où les années 30 côtoient le XXIème siècle. Les impressions se mélangent : sympa, impressionnant, colossal, délabré, triste, démesuré, vivant… mais, pour ma part, je n’y vivrais pour rien au monde. Nous ne monterons pas au 41ème étage de l’édifice Itália, le sommet de cette jungle urbaine. Nous ne visiterons pas le Patio du Collège Saint Paul (fermé comme beaucoup de monuments depuis notre arrivée), qui donnera son nom à la ville, où les jésuites s’installèrent le 25 janvier 1554, loin de se douter que dans leur sillage allait naître la cinquième plus grande agglomération urbaine au monde.

En parlant de jésuites, les signes sont là. Nous aurons croisé sur Paulista un établissement financier Saint Louis de Gonzague (mon ancien boulot), sous l’Itália building un magasin de vêtements Spielberg (tandis qu’à Clap! ils en font des dossiers)… Paris, tout São Paulo te rappelle à moi. Mais, tu ne me manques pas. Pas encore en tout cas. São Paulo, ♪ tchau! I have to go now… ♫

Comme dans beaucoup de grandes villes il aura finalement fallu s’acclimater. Le troisième et dernier jour aura été le meilleur. Brocante, visite du charmant centre Butantan (après une entourloupe en taxi), balade dans la rue Oscar Freire jusqu’au temple de la Havaïnas… juste le temps de déguster une petite Gold et tchao pour de bon.

Retrouvez toutes nos photos de São Paulo ICI !

Matthieu

Laisser un commentaire

Suivez nos aventures !

Si vous voulez tout savoir de nos voyages à deux autour du monde, suivez nous sur Facebook  !

%d blogueurs aiment cette page :